Log In

Europe solidaire ? A l’argent et à ceux qui en ont…

Europe solidaire ? A l'argent et à ceux qui en ont...

Durant cette petite semaine, je vais vous parler souvent de l’Europe, de ce grand continent qui a décidé d’unir ses pays dans le plus grand intérêt de ses peuples… oups… Pardon ? Qu’ouïs-je, qu’entends-je, suis-je éveillé ou dors-je… Désolé, je rêve… de ses oligarques. On voit bien dans l’idée même qui a germé dans la tête de ces mangeurs à tous les râteliers que ce ne sont pas leurs électeurs, leurs habitants qui les préoccupaient le plus, mais bien le commerce qu’ils pouvaient établir entre ces mêmes peuples pour en garnir les poches des industriels qui gavent nos élus de leurs bienfaits. L’Europe n’est même pas solidaire et ses constituants ne font que se battre entre eux pour voler le gâteau de leurs voisins.

Vous voulez un exemple, regarder Lafarge qui se fait gober par Holcim, croyez-vous que c’est pour faire d’un géant un géant encore plus grand ? Le but non avoué des actionnaires placés sous la houlette d’un président malin est bien de déplacer le siège du groupe pour faire de l’optimisation fiscale comme ils nomment la fuite devant l’impôt. Vous me direz que la Suisse ne fait pas partie de l’Europe, bien évidemment. Mais encore une fois, ce n’est qu’une preuve de plus que rien ne peut être fait dans notre système de gestion libérale capitaliste à outrance contre l’inégalité devant l’impôt, devant l’absence de solidarité entre un monde des entreprises qui s’enrichissent en vendant au peuple leurs produits tout en refusant de lui accorder un honnête partage et une certaine justice fiscale en payant sa part sur l’argent que le peuple en question lui a fait gagner. Il n’est pas question de politique ici, uniquement de justice. Quand Pfizer souhaite acheter les laboratoires anglais Astra Zeneca, ce n’est pas parce que cela fait beau dans le paysage mais c’est aussi et surtout pour fuir les USA et s’installer en Angleterre pour diminuer sa charge fiscale une fois encore. D’ailleurs les fonctionnaires américains s’émeuvent de voir partir un de leurs fleurons industriels et s’énervent de perdre des impôts colossaux payés par celui-ci. Pourquoi ces entreprises décident-elles de s’éloigner de leurs bases historiques ? Tout simplement parce que des états ont choisi de brader leur fiscalité pour attirer ces candidats à l’évasion fiscale. C’est en particulier le cas de notre voisin, la perfide Albion, qui comme à l’accoutumée ne pense qu’à elle comme nous-mêmes ne pensons qu’à nous dans ce monde de brutes. Cameron a décidé que son pays présenterait le « système fiscal le plus compétitif du G20 ». Comment imaginer que votre allié, que votre partenaire, que votre associé, puisse être à ce point négligent de la relation qu’il entretient avec vous et détruire tout esprit d’amitié ou d’intérêt général entre lui et vous comme tous vos autres membres. Il décide de faire ce qu’il avait déjà dit, dérouler le tapis rouge aux entreprises françaises, mais pas seulement, il va jusqu’à trahir le propriétaire du Royaume Uni, les USA, en attirant à lui tous ces bons américains qui s’opposent à la sécurité sociale des pauvres tout en planquant leur argent hors de la vue de leur administration.

Il y a quelque chose de pourri dans notre monde, dans notre Europe, dans notre France et certainement chez tous nos hommes politiques qui savent tout cela et qui ne l’empêchent pas parce qu’ils en tirent profit. Comment peut-on croire encore en la bonne foi de ces vermines qui ne se gênent même plus de leurs abjects comportements, qui n’ont plus honte de rien, pourvu que l’argent rentre dans leurs escarcelles et qu’ils soient adulés par ceux qui les corrompent comme ceux qu’ils rançonnent. Cette Europe-là n’est pas la mienne, elle n’est d’ailleurs à personne d’autre qu’à ceux qui l’ont bâtie avec tous ses vices et ses imperfections organisés pour fluidifier les avantages financiers et sociaux de ses maîtres. Quelle amitié entre les peuples peut naître lorsque les états passent leur temps à tenter de tirer toute la couverture à eux ? Tout cela est fait en dépit du bon sens et surtout du long terme. On préfère un petit profit immédiat qu’un gros demain, on évacue tous les projets bénéfiques pour la société s’ils ne défendent pas les bénéfices des donneurs d’ordre entrepreneuriaux qui manipulent toutes les marionnettes que vous allez élire dimanche prochain. Cameron est disposé à trahir ses amis pour retrouver une croissance illusoire qui lui fera gagner les prochaines élections. Où est la loyauté dans nos rapports entre Nations, comment voulez-vous que nous ne devenions pas tous des tricheurs avec de tels exemples aux plus hauts niveaux des états ?

Notre vie n’est que ce que nous en faisons, mieux vaut vivre en pauvre dans l’éthique que riche dans la fange, encore faut-il être capable et de consentir à certains sacrifices. Mais qui vous dit que vous ne seriez pas plus heureux avec moins de tout. Mais cette absence de biens a pour conséquence immédiate un surcroît de liberté, de solidarité et de vrais rapports avec les autres.

N’est-ce pas suffisant ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

1 Comment

  1. Pangloss Répondre

    La Suisse n’est pas un pays pauvre et elle s’en sort très bien avec son taux d’imposition. Il faudrait peut-être se demander pourquoi.
    Peut-être parce qu’elle est plus démocratique et mieux gérée que la France?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com