Log In

Une nouvelle aventure…

Une nouvelle aventure...

Vous le savez je ne vote plus depuis la présidentielle de 2002 à l’issue de laquelle mon dégout fut tel que je trouvai tous les arguments nécessaires à une abstention politique raisonnée qui dure depuis lors. Je n’ai pas changé d’avis ou plutôt partiellement dans le sens où je ne crois pas que nous pourrons faire du neuf avec du vieux. En revanche, nous pouvons faire du neuf avec du neuf, c’est le moins qu’on puisse espérer. Je ne voterai toujours pas dimanche uniquement parce que je n’ai plus de carte d’électeur que j’ai préféré mangé il y a quelques années, mais si je devais voter, comme je vous l’ai déjà susurré, je voterais Nouvelle Donne.

Ce ne sont pas des saints, ils sont humains donc imparfaits mais donc aussi perfectibles. La création de ce nouveau parti a fait naître un espoir chez beaucoup de déçus de la politique. Hier, j’ai aidé des membres de ce nouveau parti à distribuer des tracts à la sortie du centre commercial « Italie 2 », place d’Italie à Paris. Quelle ne fut pas ma surprise de voir des gens refuser de prendre un tract mais s’en repentir et revenir sur leurs pas pour m’en demander un. Pourtant ce n’est pas le temps d’antenne accordé à Nouvelle Donne qui peut avoir fait connaître ce minuscule parti, dans sa dimension et par son âge mais grand dans ses intentions. Les médias, à la solde des partis bien en place qui se partagent le gouvernement depuis trop longtemps, n’ont que faire des bonnes intentions d’un nouveau parti qui viendrait bousculer un ordre bien établi et qui rémunère tout le monde de la meilleure des façons possibles. Ces gens qui n’en peuvent plus des mensonges et des trahisons sont contents d’espérer de nouveau, de pouvoir croire en une sortie par le haut d’un problème qui nous a mis si bas, voulaient lire quelque chose de frais, qui ne sente pas le faisandé des rodomontades habituelles de la gauche envers la droite et vice versa. Certains d’entre eux me posèrent des questions, voulaient en savoir plus, tentaient de trouver des raisons pour accomplir leur devoir électoral dimanche prochain. J’ai essayé de faire du mieux que j’ai pu, non pas pour les convaincre de voter pour Nouvelle Donne, car ce n’est pas cela le plus important, mais de réfléchir et de se dire que quelque chose est possible pour tourner la dernière page d’un livre malsain pour en commencer un nouveau que nous devons écrire nous-mêmes. L’avantage de ce nouveau parti politique est qu’il a été imaginé par des gens qui ont eux-mêmes fait partie du sérail mais qui n’en sont pas restés là, et même si nous pouvons reprocher ceci ou cela à tel ou tel, la rédemption n’est-elle pas possible ? J’ai été chef d’entreprise toute ma vie, bien entendu, j’étais un patron un peu différent, disons original, mais n’ai-je pas le droit d’être un patron aujourd’hui décroissant. J’ai l’habitude de dire que sans la cupidité et la barbarie des premiers industriels, jamais Karl Marx n’aurait écrit « le manifeste du parti communiste » et n’aurait jamais généré autant d’émules. Une extrême entraine l’autre, nous allons le constater dimanche avec la formidable abstention et la montée proportionnelle à celle-ci des petits partis extrémistes qui, de ce fait, vont se trouver renforcer grâce peut-être à une meilleure mobilisation de leurs adeptes.

Je ne nourrissais plus d’espoir officiellement mais j’en étais confit officieusement, je rêvais de ce moment où les gens réagiraient et dans un élan du cœur et de la raison réunis, remonteraient leurs manches et se prendraient en charge. Bien sûr, Nouvelle Donne n’est pas la panacée et ne sera que ceux qui la font en feront, mais s’ils tiennent leurs engagements, s’ils suivent à la lettre la charte qui les motivent, nous pouvons tenter cette expérience et l’appuyée de nos actes et de notre soutien. Rien ne se fera jamais sans effort, sans courage et sans ténacité, c’est à nous de nous prendre par la main et ensemble de créer un monde où il fera bon vivre et où nos enfants et petits-enfants seront fiers de marcher au côté de ceux qui leur auront redonné un avenir qu’ils croyaient à jamais perdu, ou plus exactement que nous croyions perdu pour eux. Vous allez être étonnés de mon langage d’aujourd’hui, j’aurais pu vous parler de l’incompétence et de l’inconséquence des ingénieurs de la SNCF et de RFF qui sont les plus nuls du monde dans cette nouvelle gabegie qui voit des trains trop larges pour pouvoir entrer en gare et engendrer une dépense colossale de plusieurs dizaines de millions d’euros. J’aurais pu vous parler des crétineries écrites par l’ancien locataire à titre précaire de l’Elysée, le petit Sarkozy, qui conseille de faire ce qu’il honnissait et ce qu’il aurait pu et dû faire lorsqu’il avait les rênes du pouvoir. Beaucoup de sottises faites par nos gouvernants, leurs ennemis jurés et tout ce petit monde de la politique française, petit non pas par sa taille, toujours trop importante, mais par ses comportements et ses attitudes, par ses mesquineries et ses scandales, encore un sujet que j’aurais pu développer, la mise en garde à vue de madame Balkany… Il y a de quoi écrire des milliers de Bibles tellement nos édiles font montre de leurs indélicatesses et de leurs vices.

Non, aujourd’hui c’est jour de repos, c’est jour d’espoir et de renouveau, je veux y croire et souhaite n’être pas déçu une fois de plus… Mais qui ne tente rien n’a rien ! Tentons donc…

A bon entendeur, devenez, sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com