Log In

Après Dracula… Luis Suarez…

Après Dracula... Luis Suarez...

Vampire, sauvage, malade, voici quelques-uns des qualificatifs dont bénéficie ce joueur uruguayen qui mordit un de ses complices de l’arène, un autre joueur mais italien cette fois. Ils se mangent entre eux ces pousseurs de ballon, ces gladiateurs sans glaive mais avec autant de hargne et d’envie de survivre dans un monde illusoire, celui de la gloire temporelle. Que peut-il y avoir dans la tête d’un millionnaire en culotte courte, qui joue à Liverpool le reste de l’année me semble-t-il, au moment d’un acte pareil, serait-il devenu fou l’espace d’un instant ? Ou le football est-il en train de devenir un sport aux dents longues ? Le pire est qu’il est récidiviste…

Avez-vous remarqué à quel point les visages de nos sportifs se défigurent lorsqu’ils atteignent les buts qu’ils s’étaient fixés ? Ils deviennent absolument laids, ils ouvrent des bouches si grandes que les lions en fermeraient leurs propres gueules de bêtes féroces et carnassières. Ils exultent d’une joie qui n’en est pas une, ils lâchent une pression qu’ils se mettent eux-mêmes en plus de toutes celles qui sont exercées par les pouvoirs qui les manipulent, leur entraineur, leur pays, les médias, et plus si affinité. C’en est horrible, que le sport de haute compétition soit capable de changer un être en une machine prête à tout ou presque pour gagner est dramatique. Mais la question, la vraie, n’est-elle pas, n’est-ce pas devenu logique ? N’est-il pas « normal » de tomber dans les excès de la violence, du dopage, du mensonge et de la triche dès lors que seul le résultat compte ? Les Français n’ont pas été très regardants lorsque leur joueur Thierry Henry se servit de sa main pour gagner un match, ils en étaient même presque fiers que leur vedette soit si maligne qu’il ne se fit pas prendre lors de sa triche volontaire. Quand un peuple accepte de gagner une compétition sportive de cette manière n’y a-t-il pas raison d’inquiétude ? Mais tout cela est, je vous l’assure, on ne peut plus logique, normal, naturel. Il faut gagner, un point c’est tout. Demain, nos joueurs de foot pourront peut-être avoir le droit de s’armer pour rencontrer leurs adversaires. D’ailleurs sont-ils encore seulement des adversaires ou plutôt des ennemis le temps de la rencontre en question ? Comment peuvent-ils après s’être insultés, s’être bousculés, s’être frappés s’échanger leurs maillots ? Les naïfs pensent que cela représente la richesse du sport, être ennemi durant 90 minutes et amis tout le reste du temps, au point parfois de jouer dans les mêmes équipes faites de mercenaires du ballon rond. Mais le mal est plus loin, plus profond, le sport mythique des premiers jeux n’existe plus, a-t-il d’ailleurs jamais existé ? Le sport n’est que le reflet de la société actuelle, sa caricature, sa dégradation ultime. Notre comportement capitaliste néolibéral, basé sur une compétition continue et l’absence de toute conscience ou d’éthique qui caractérisent le monde des affaires et nos politiques, qui en sont les serviteurs, ne trouve-t-il pas là un autre moyen de montrer son vrai visage. Nous, qui sommes prêts à tuer, comme nous l’avons vu dans l’article d’hier, pour gagner du papier, nous qui sommes prêts à vendre des êtres humains, en entier ou par morceaux, comment pouvons-nous encore espérer trouver de la noblesse dans le sport alors que ce sont des hommes d’affaires qui en détiennent les clefs, qui l’organisent, qui le mettent en scène. Aucune chance de trouver une quelconque humanité dans ce bourbier !

Le pire est que le sport est devenu un support, un vecteur de la communication capitaliste néolibérale qui pille la planète et fait chanter les pauvres au profit des riches. Le sport n’est plus que l’une des plus grandes sources de publicité que l’on puisse mettre à la disposition des marques. Dans l’esprit des gens le mythe des premiers jeux olympiques, dans la Grèce antique, est resté figé comme une image d’Épinal de la beauté et de la grandeur d’âme de ces gens qui font d’incommensurables efforts pour montrer les capacités du corps humain. Mais la machine s’est emballée, les artifices de toutes espèces viennent augmenter, de façon absolument contre nature, ces mêmes capacités pour en faire, non plus une démonstration des efforts et de la victoire sur soi mais du spectacle simplement fait pour lobotomiser le peu d’espace encore sain de nos cerveaux embrumés de consommation. Le sport devient un outil politique de manipulation des masses populaires informes et manipulées, et d’ailleurs ne voyons-nous pas régulièrement les politiques, assis près des financeurs de leurs campagnes électorales, dans les loges de nos stades ? Ne prennent-ils pas, eux-aussi comme leurs amis businessmen, le sport en otage pour en tirer quelques pour-cents d’opinion favorable au lendemain d’une compétition où nous aurions brillé ? L’homme est devenu une machine à records, cette compétition contre lui-même comme contre tous ceux qui veulent atteindre le même but que lui montre bien que la mécanisation, la marchandisation de l’être humain est en route depuis déjà longtemps. Nous avons applaudi lorsque cet homme, ce Sud-Africain aux jambes de synthèse courait au milieu de compétiteurs non handicapés lors des jeux olympiques. Nous n’aurions pas dû ! Il n’y a rien de magnifique à montrer un détenteur d’une machinerie qui autorise son public à penser que tout est possible, y compris de devenir un robot à condition d’obtenir le résultat escompté.

C’est dit, pour les prochains jeux, je vais me faire greffer des roues et une voile… On ne sait jamais, je pourrais peut-être finir ma vie en champion, riche et adulé ? Mais en fait, je suis heureux comme je suis, ce qui me peine repose sur ce que je vois, ce que j’entends et ce que je comprends… Mais peut-être suis-je dans l’erreur et que le monde entier souhaite devenir un univers de robots consommateurs ? Qui le sait ? Qui détient la Vérité ? Nous le saurons le jour où nous ne pourrons plus y changer quoi que ce soit…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com