Log In

Benêt Hamon se trompe d’école… oups… Benoît, Benoît…

Je dois dire que nos ministres ont le chic pour trouver les meilleures solutions pour semer zizanie et colère dans les rangs de leur population lobotomisée. Benoît Hamon ne fait pas mieux que les autres, il envisage de réformer le système de notation des élèves, bien, les gars de la manif pour tous sont déjà entrain de fourbir leurs pancartes et leurs petites expressions assassines. Il va enfin pouvoir se vanter de faire aussi bien que la ministre Taubira. Cela ne veut pas dire que je suis opposé sur le fond, je signifie par ces premières critiques le sens aigu de la déconvenue, peut-être un moyen pour sélectionner les ministres ?

 

Comme d'habitude on s'oppose ou on adhère sans trop réfléchir, juste parce qu'une idée nouvelle, ou pas, vient changer nos habitudes. Sur le fond Hamon a raison de vouloir réformer l'école mais les notes ne sont rien eu égard à tous les autres problèmes auxquels les maîtres et les professeurs, oups… les professeurs des écoles et les professeurs ont à régler en faisant leurs classes. La première des choses à modifier c'est la quantité d'enfants que nous entassons dans des classes souvent inadaptées à de telles quantités d'élèves. Les rythmes scolaires en est une deuxième, le rétablissement du respect des professeurs dans certaines écoles et lycées de banlieues défavorisées en est une troisième, et une litanie pourrait être faite de la liste des récriminations des uns et des autres. Mais encore une fois, le fond n'est pas là. En bon révolutionnaire changé en capitalo-néolibéral social-démocrate, benoît Hamon en a oublié de lire Ivan Illich sur le sujet, ou alors en a-t-il déjà oublié le contenu ? L'école est à refaire, elle est aujourd'hui une usine de formatage de consommateurs, de travailleurs à qui on retirera tout espoir d'avoir de bons revenus et une retraite décente, mais en bon adorateur de la croissance illimitée cela le réjouit sûrement. Elle est la première pierre de l'édifice des inégalités et il est faux de dire ou même de penser que l'école donne les mêmes chances aux enfants de Neuilly qu'à ceux de La Courneuve par exemple. Un élève sur deux des écoles de banlieues n'ira jamais au bout de ses études secondaires dans de bonnes conditions, c'est à dire d'en tirer les compétences nécessaires dans l'enseignement supérieur. Le reste n'est pas mieux loti, je ne vais pas vous assommer de statistiques, Internet les tient à votre disposition sous le contrôle impoli de la NSA. L'école n'a effectivement pas besoin de réforme mais plutôt d'une refonte complète avec une vision précise de ce que les enfants doivent en tirer.

 

Et c'est là que le bât blesse. Que souhaitons-nous trouver aux sorties des écoles ? Des singes savants à qui l'institution a fait avaler des kilos de culture mal ficelée ou des êtres humains capables de penser, de réfléchir de façon autonome et responsable. Attendons-nous de nos enfants qu'ils deviennent des futurs êtres « augmentés » par le truchement de mécanismes greffés et implantés dans leurs corps jeunes et vigoureux ou voulons-nous qu'ils aient du cœur et de l'intelligence qui ne doivent rien aux machines, fort bien élaborées mais qui les changent en un type de robot que je ne voudrais pas pour nettoyer ma maison. Tout est dans la vision de notre futur commun, l'école est le reflet de la société de demain, si l'école fabrique des hommes amorphes et apathiques qui se laissent manipuler sans émettre une seule critique et ingurgiter la mauvaise alimentation et les mauvais préceptes dont l'économie mondialisée a besoin pour assouvir son besoin de croissance via une consommation effrénée qui ruine la planète après avoir anéanti les capacités intrinsèques des êtres qui la peuplent. Malheureusement les gouvernants détestent les gens qui réfléchissent, d'ailleurs si la majorité d'entre nous le faisait, il y a bien longtemps que la caste qui nous dirige aurait disparu corps et bien. Les gouvernants de tous les pays du monde sont tous d'accord, pour une fois. Ils désirent retirer à leurs peuples toute velléité de contestation et de refus de leurs procédés souvent ignobles de tromperies et de mensonges. C'est une des raisons pour lesquelles les hommes politiques sont les moins bien placés pour réformer ou rebâtir l'école. Ils sont même à l'opposé de ce qu'il faudrait faire, ils n'ignorent rien de ce qui est bon pour les enfants et étudiants, la preuve ils mettent leurs enfants dans des écoles privées de très haut niveau, que nous leur payons, mais ils préfèrent que le pouvoir reste entre les mains d'eux-mêmes et de leur descendance.

 

C'est pour cela que Benoît Hamon ou un autre ne changeront rien, leurs vues sont identiques parce que leurs espérances sont les mêmes, qu'ils soient de droite, du centre, de gauche et même des extrêmes. Alors faites ce que des membres de ma famille ont fait, faites de vos enfants des élèves « non scolarisés » et faites-leur vous-même leur apprentissage. Ils gagneront en spontanéité, en réflexion personnelle, et surtout en humanité non consumériste et réfléchie. Mais cela demande bon nombre de sacrifices personnels… Êtes-vous prêts à les faire pour promettre à vos enfants un avenir qui, pour ne pas être forcément radieux, sera responsable et digne.

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com