Log In

Pendant la commémoration, la vente continue…

Pendant la commémoration, la vente continue...

D-Day, Jour-J, en voilà des mots pour décrire l’évènement qui changea effectivement le cours de l’histoire le 6 juin 1944. Mais les commémorations sont-elles pour autant quelque chose d’utile ? La question mérite d’être posée, même si le devoir de mémoire s’impose, elle doit être posée et je dirai même que ce même devoir de mémoire nous impose aussi d’y répondre. 9 000 invités, un département coupé tant au niveau de la circulation automobile que de tout moyen de communication qui ne soit pas entre les mains de nos espions, policiers et autres fonctionnaires chargés de faire régner la sécurité tout en nous faisant peur… N’est-ce pas un peu trop ?

Je pense qu’effectivement nous ne devons pas oublier les milliers de morts qui jonchèrent nos plages normandes de gens qui n’avaient rien de commun avec nous si ce n’est un idéal de liberté et de paix. Pourquoi des Américains vinrent donner leurs vies pour des inconnus à qui ils avaient déjà sacrifié leurs parents quelques années plus tôt ? Rien que pour une certaine idée de la liberté ! Et ces 20 000 civils, morts d’avoir habité la zone de débarquement allié, écrasés par le tapis de bombes larguées si généreusement par les Etasuniens comme ils savent le faire à chaque fois qu’ils sont mêlés à un conflit, Vietnam, Irak, Cambodge, Corée, Afghanistan, j’en passe et des pires… Bien sûr, l’explication, la justification étaient la victoire, la déroute des Allemands qui furent poursuivis jusqu’à l’intérieur de leur propre pays après avoir envahi l’Europe presque entière. Mais lorsque nous voyons où nous en sommes aujourd’hui des zones de combats qui existent partout sur la planète, ne sommes-nous pas en droit de douter de l’intérêt de notre dernière guerre au titre de leçon qu’elle aurait dû nous donner et que nous n’avons pas saisie lorsqu’elle était à notre portée. A quoi sert la liberté des uns si une multitude d’autres de par le monde ne peuvent en jouir. Y a-t-il des hommes qui sont plus égaux que d’autres, comme disait Coluche, devant cette ignominie, cette abomination qu’est la guerre ou toute autre forme de lutte, qu’elle soit armée de façon létale ou de stylos à billes. Quelle leçon avons-nous tiré de ces deux dernières guerres qui montrèrent les êtres humains sous leur plus mauvais jour ? En fait, aucune ! Nous sommes les victimes d’une inconscience générale, d’une léthargie globale, d’une totale absence d’intelligence et d’émotions, le principal étant que nous roulions en voiture tout en téléphonant avec nos « smartphones » et ne se posant un problème majeur, le seul qui soit d’une importance vitale ; où vais-je passé mes prochaines vacances ? Que des civils meurent tous les jours en Libye, et partout où nous tentons d’imposer par la force une démocratie qui n’est rien d’autre que la dictature de la consommation au service des multinationales ne nous touche absolument pas, je dirais même que nous le faisons avec une relative bonne conscience. Nous sommes tellement persuadés que notre point de vue soit le seul acceptable, ce qui est déjà la preuve d’une absence totale de liberté et donc de démocratie dans nos rapports entre forts et faibles. Avons-nous tiré une leçon sur la honte de notre genre humain dans son entier sur les millions de morts civils et militaires que nous avons eus en quelques années, si petites par leur nombre et si grandes par l’ampleur de nos dégâts et pertes humaines ? Non, nous continuons allègrement à imposer nos vues partout où les faibles font mine de nous demander de l’aide grâce à une corruption que nous avons organisée et que nous entretenons en permanence. Alors les commémorations c’est bien… mais si nous commémorons des évènements dont nous n’avons pas absorbé la substantifique moelle, quel intérêt ? Juste un spectacle de plus où nos dirigeants se pavanent à nos frais, sans jamais nous offrir de résultats qui puissent nous rendre fiers d’être humain. Honte à eux, honte à nous, que de morts et de souffrances inutiles et frivoles…

Puisque je parle de spectacle, je vais vous dire ce que je pense des intermittents du spectacle en question… Comment dans un pays soi-disant égalitaire, car c’est tout de même dans notre devise nationale, pouvons-nous avoir des gens qui bénéficient d’un régime dont les autres rêvent nuit et jour sans aucune chance de jamais l’obtenir ? Quelle est la raison qui fait qu’un artiste vaille plus ou mieux qu’un ouvrier, qu’un employé, qu’un cadre de l’économie privée ? Pourquoi des différences aussi favorables aux uns et défavorables aux autres ? Pourquoi les fonctionnaires ont-ils un régime spécifique ? Pourquoi les hommes politiques tirent profit de régimes non seulement très spéciaux mais exorbitants aux frais du contribuable ? Nous ne servons pas notre pays et son peuple pour en obtenir une reconnaissance ou de l’argent ou encore des avantages immenses, nous le servons pour l’attachement que nous lui vouons. Nous sommes artistes parce que nous voulons distraire les gens par notre façon originale de montre le monde tel que nous le ressentons. Mais est-ce des raisons pour créer une injustice généralisée et mettre certains dans des draps de satin et d’autres dans le foin ? J’en viens au rapprochement qui fait que je vous parle des commémorations et des intermittents du spectacle. En fait, tout cela n’est que du « show business », une pièce de théâtre jouée mondialement en superproduction, du Cecil B. De Mill façon XXIème siècle. La réalité est plus triviale, tout cela n’est fait que pour occuper nos esprits assoupis et résignés. «Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon cœur d’une langueur monotone ». Cette phrase fut prononcée la veille du débarquement pour alerter de son imminence le réseau de résistance « ventriloquist », j’aimerai que cela soit le message qui déclenche la prise de conscience des hommes sur leur propre condition et les oblige à réagir en se reprenant en mains, eux-mêmes, sans compter sur de quelconques Messies de vivre leurs vies sans nuire à leurs congénères.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com