Log In

Quand on aime, on ne compte pas !

Quand on aime, on ne compte pas !

Savez-vous ce que coûte une guerre, une vraie guerre, pas une avec l'armée française qui n'a pas le sous pour payer le plein de kérosène de ses Rafales invendables, non. Je vous parle d'une vraie guerre, avec des hommes et des chars partout, des hélicoptères et plus si affinité, celle où des tapis de bombes décorent le sol de l'ennemi, à tel point qu'il doit marcher en chausson pour ne pas réveiller les morts. Une vraie guerre ne peut être faite que par les Américains, ils peuvent dépenser sans compter, des dollars sans valeur, qui viennent s'ajouter aux milliers de milliards de leur dette abyssale.

Ça c'est de la guerre, de la vraie, de la pure, pas une guerre de petits joueurs qui comptent le nombre de missiles tous les jours pour ne pas dépasser la dose prescrite par le docteur… oups, par le ministre… Eh bien le coût d'une guerre est aussi grandiose que ce qui la génère est stupide. Alors vous voulez avoir une idée de la stupidité américaine dans le déclenchement de la guerre d'Irak, 675 milliards de dollars. Ce chiffre est avancé par le « Congressionnal Budget Office », des gens super intelligents qui calculent au préalable pour faire le budget d'une opération et ensuite contrôle durant les réalisations des points budgétés, sympa, ils s'amusent comme des fous avec le budget US qui ne cesse d'inventer des dépenses sans jamais trouver les financements qui devraient les accompagner. Eh bien figurez-vous que le 30 septembre 2002 le Congress… le CBO, prévoyait de façon optimiste que le coût de la guerre en Irak serait compris entre 6 et 9 milliards de dollars par mois. Cette guerre dura du 1er mai 2003 au 18 décembre 2011, date du départ du dernier militaire guerrier du sol irakien, soit 8 ans et 7 mois, si j'arrondis au 31 décembre la fin du conflit. Soit 103 mois de durée totale. Si on prend le montant le plus élevé de dépenses mensuelles durant les combats, soit 9 milliards par mois, on s'aperçoit que le budget était généreux puisqu'il représentait un montant total autorisé de 927 milliards de dollars. Si nous prenons le point bas de la fourchette, soit 6 milliards par mois le compte est le suivant : 618 milliards de dollars. Quel talent, mais quel talent, entre 675 et 618 il n'existe qu'une différence de 57 Milliards de dollars. Non seulement les comptables ont du talent pour être tombés si près du but, à croire qu'on leur a appris à viser, mais les militaires aussi. Arriver à se limiter à un tout petit dépassement du minimum budgété, quel talent, mais alors vraiment ; quel talent… On se croirait en plein compte… oups, conte de fée.

Quand on sait qu'il faudrait à peine 100 milliards de dollars pour régler le problème de faim dans le monde, encore un peu plus pour l'eau, et encore un peu plus pour des maladies qu'on nous dit incurables mais qui le seraient si on le voulait vraiment… C'est une question de choix, de priorités, et, comme vous pouvez le voir, celle des étasuniens n'est pas la résolution d'anciens problèmes mais la création de nouveaux. En France on est plus discret en matière budgétaire, notre futur ministère de la Défense, en plus d'être espionné par les Américains et les Chinois grâce à leurs informatiques moins chères mais un tantinet malicieuse, va nous coûter des dizaines de millions d'euros plus cher… Alors même que des enquêtes sont ouvertes pour des faits de corruption. Avec un ministère de la guerre comme celui-là, on n'est pas près d'en faire une vraie, et c'est tant mieux. Entre l'Afghanistan et l'Irak les USA ont dépensé 1500 milliards de dollars… Cela ne vous bouleverse pas ? Des gens crèvent dans les rues, d'autres ne peuvent pas se soigner, d'autres se font saisir leurs maisons par la faute de banquiers cupides et corrompus et vous supportez de voir autant d'argent dépensé stérilement et qui de plus a financé la tuerie de plus de 200 000 Irakiens et 4 500 Américains, tous ces morts sacrifiés au pétrole pas cher, à la fortune des compagnies pétrolières qui jetèrent Bush dans cette galère. Je ne suis pas bouleversé, je suis écœuré, je suis sorti de mes gonds et n'ai plus qu'à remplacer la porte par un rideau… Qu'est-ce que je dis là ? Enfin tout ça m'use, me fatigue, me lasse des hommes et de leur imbécillité.

Et après tout ce cirque, tout est à refaire, il faut retourner en Irak pour battre les Sunnites qui veulent la peau des Chiites qui sont défendus par les Syriens et les Iraniens qui deviennent de fait les alliés des Américains alors qu'ils livrent chacun des armes aux camps ennemis de leurs alliés… Je n'y comprends rien, je suis certainement trop stupide pour faire la guerre, je suis complètement dépassé. Je deviens fou à voir toutes ces cocasseries qui ne me font plus rire du tout. Alors je vais donner un bon conseil à tous nos hommes politiques, de tous les pays du monde : « n'avez-vous jamais pensé au suicide ? Pas celui de ceux que vous n'aimez pas, non, le vôtre ! Non, eh bien pensez-y vite, le temps presse et vous nous fatiguez d'attendre… »

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com