Log In

Super Mario… Draghi ?

Super Mario... Draghi ?

Même l’ennemi intime de Sarkozy souhaite son retour, Villepin, c’est dire à quel point les gens ont de la cohérence et tout simplement de la suite dans les idées. Pendant que les réjouissances, sur compte d’autrui puisque c’est vous et moi qui régalons, s’organisent pour fêter la fin d’une guerre armée qui a laissé sa place à une guerre économique sans pitié qui fait tout autant de victimes, les vieux de la vieille de la politique française se gargarisent des retours de plus en plus réels de Sarkozy et de DSK. Pendant que les gens meurent en Syrie ou en Ukraine, j’en passe et des pires, d’autres se contentent de palabrer ou de se gaver… Réveillez-moi, je dois rêver…

Sans compter la BCE, cette fameuse banque européenne mise sous la férule d’un ancien dirigeant de Goldman Sachs, c’est dire si elle est bien dirigée, qui vient de découvrir qu’elle pouvait faire quelque chose contre la déflation… Il était temps, mais il n’est jamais trop tard pour mal faire… Croyez-moi, si les extraterrestres existent et qu’ils nous voient et nous comprennent, ils doivent diablement rigoler, même moi, si la situation n’était pas aussi calamiteuse pour les trois quarts de la planète, je rirais à en mourir. N’avons-nous pas d’autres préoccupations que de savoir quel est celui qui va piller la France en 2017 ? N’ont-ils pas d’autres choses à penser, alors que les Français des catégories défavorisées glissent lentement mais sûrement vers la pauvreté, ne sont-ils pas honteux de se disputer un siège qui ne sera disponible que dans trois ans ? Et pour y faire quoi ? La même chose que leurs prédécesseurs, sans cesse, remettre le même ouvrage sur un même métier à tisser qui se disloque peu à peu tellement il a servi ? Les grands se sont rencontrés hier à Bruxelles, les grands vont se rencontrer en France aujourd’hui, deux diners ce soir pour notre président et on s’étonne qu’il grossisse, le premier avec Obama et le second avec Poutine… Les grands vont se revoir demain en Normandie… Mais alors, ils se voient tous les jours ! Et ils ne trouvent pas des moyens de s’entendre malgré tous ces bons moments passés ensembles, autour d’un repas ou de festivités ? Quelle tristesse de voir les dirigeants de la planète à ce point obtus et avares de leurs propres prérogatives et bloqués dans le culte de leur égo et celui de leurs pays… Nous on se moque de tout cela nous avons, non pas un Messie mais deux, en les personnes de l’ex président qui, je l’espère, ne le sera jamais plus, Sarkozy, et l’ex ex candidat à la primaire socialiste qui aurait pu peut-être devenir le premier président à organiser des parties à l’Elysée. Je parle bien évidemment de parties de… jeux de cartes bien sûr, vous m’aviez compris n’est-ce pas ? Quelle misère, quelle malheur, nous avons les médias et les hommes politiques les plus minables du monde, enfin une compétition dont on est certain de remporter la palme d’or… Je préfère croire que je rêve !

Je reviens sur la BCE, cet organe qui pourrit la vie de plus de 300 millions de personnes en faisant s’enrichir une poignée de multinationales industrielles et financières. Je vous ai déjà expliqué mon point de vue sur l’inflation, cet outil qui permet en faisant monter les prix de réduire l’impact des crédits sur le dos de ceux qui les ont contractés. En Europe, on lutte tellement bien contre l’inflation, dans le but de protéger et d’enrichir toujours plus les grandes banques, que nous allons avoir à court terme une inflation négative, une baisse des prix, la déflation. Bravo Mario Draghi, un des anciens générateurs du crash de 2007-2008 et du scandale des « subprimes » lorsqu’il était chez le banquier « gangster », mais ils le sont assurément tous à ce niveau, Golgman Sachs. Il a fini par gagner, plus d’inflation du tout… Des millions de chômeurs, des salaires qui baissent, des avantages sociaux qui disparaissent… Oui mais il n’y a pas d’inflation et les banquiers grossissent en paix. Cependant, la déflation n’est pas bonne non plus, elle va assécher les liquidités des banquiers qui n’ont toujours pas fini de résorber les pertes putatives, en particulier en Italie et en Espagne, des emprunts toxiques aux PME. Il semble qu’il resterait plus de 112 milliards de dettes de ce type en Europe et surtout dans les deux pays cités. Alors, c’est le branle-bas de combat, Mario, comme dans le jeu bien connu, se met à courir dans tous les sens et va faire quelque chose… On ne sait pas quoi, lui non plus certainement, mais il va le faire… Je ne vous ferai pas la liste exhaustive des solutions offertes (elle est ici) à cet ancien banquier privé reconverti dans la banque européenne qui n’est que le consortium de banques presque privées lorsqu’on voit son fonctionnement, étrange non… D’ailleurs il est important de noter que le plus gros actionnaire de la BCE n’est que la banque d’Allemagne, le second étant la banque de France, à elles deux, ces deux banques représentent plus d’un tiers du capital de la BCE. Alors Draghi va se battre, une fois de plus, non pas pour nous défendre, nous les peuples européens, mais bien pour défendre ceux qui l’ont nourri et qui le nourrissent encore, les puissants banquiers occidentaux.

Vous pouvez compter sur lui, il va suer sang et eau pour sauver la finance internationale d’une chute de ses profits, il en est capable, comme son prédécesseur, Trichet, avec un nom comme ça au moins il annonçait la couleur, lui. En revanche oubliez-le vite si vous songez lui demander quelque chose pour nous, les petits, les sans grade, ça il ne sait pas faire… et ne saura jamais, nous ne sommes que des statistiques pour lui, rien d’autre.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com