Log In

Editôt ou éditard… (99) Tu me fais de Le Pen…

Editôt ou éditard... (99) Tu me fais de Le Pen...

Jean-Marie Le Pen sait se faire aimer. Il a toujours les mots doux qui font qu'il rentre sans peine dans le tréfonds des cœurs de ses adeptes comme de ses opposants, en un mot comme en mille, il est touchant. Sa sensibilité n'a d'égale que sa connaissance de la langue du peuple qu'il dit défendre mais auquel il ne comprend rien. Comment puis-je être sûr de ce que je dis ou plutôt de ce que j'écris ? Je vais vous le dire tout de suite, ne vous inquiétez pas, je crois d'ailleurs que vous devriez avoir d'autres sujets d'inquiétude autrement plus importants… Si vous me permettez…

Effectivement, la grande force de cette famille, quelque peu décalée eu égard à leurs opinions un peu déconnectées de la réalité de notre univers, est qu'elle domine parfaitement la langue française et qu'elle en use et abuse en abondance. Elle, cette fameuse famille, profite de cette connaissance pour damer le pion de ses concurrents, qui certes parlent excellemment le même idiome mais qui ne se font pas comprendre par ceux qui les écoutent. Ce que nos journalistes, quelque peu aux ordres du politiquement correct et des partis et pouvoir en place, appellent du populisme n'en est pas. Et quand bien en serait-ce, est-il étrange de voir des hommes politiques qui s'intéressent à leur peuple et souhaitent communiquer avec eux en se faisant comprendre et en les comprenant itou ? Le populisme est un de ces mots inventés pour détruire les ennemis du politiquement correct. C'est comme le mot régime, il suffit de dire que « le régime de Bachar El Assaad » est ceci ou cela pour que la connotation péjorative nous explose au visage. Le mot régime, le mot populisme sont des mots magiques, dès qu'on les prononce ceux qui en sont affublés deviennent automatiquement des mécréants. Ce n'est pas de populisme que nous devons accuser les Le Pen, non, certes non. C'est de mensonge, de triche, de viol de nos contradictions et de nos colères. Le populisme c'est s'occuper de son peuple et s'en faire comprendre, le travers des Le Pen est beaucoup plus grave et dissimule bien d'autres soucis que les significations de « populisme » peut nous donner. Sachant que leur maniement de la langue française est excellent, sachant que la moindre petite expression un peu raciste va faire décoller tous les faux antiracistes, tous les cerbères de la tolérance intolérante des partis qui se rapprochent de plus en plus d'une droite fétide représentée par les Le Pen en question, comment peut-on encore croire à un débordement du vieux renard que le cyclope tortionnaire aurait pu commettre par inadvertance ? Dans tous les cas, moi je ne peux m'y résoudre, je ne peux y croire.

Mais alors dans quel but cet homme, filou parmi les filous de la politique française depuis tant d'années, malin parmi les malins, pourquoi fait-il de telles embardées capables de désarçonner le meilleur des cavaliers ? Nous avons différentes tendances dans le clan de l'extrême droite française. Ils vont des royalistes les plus orthodoxes aux brutes épaisses sans cerveaux. Le problème avec les premiers est qu'ils ont des doctrines, même des dogmes auxquels ils croient mordicus et dont ils pensent qu'ils représentent « La Vérité à l'état pur ». Toutes ces « tendances » confondues font une masse qui représente le fond de commerce de cette famille malfaisante, je chiffrerai cette masse de supporteurs à un pourcentage qui semble ridicule mais… Ce nombre qui est, à mon humble avis, entre 3 et 4 % des électeurs inscrits. Vous allez me dire que ce n'est rien et que nous n'avons pas à les craindre… Vous vous trompez, les bolcheviques gardèrent le pouvoir plus de 70 ans en URSS en ne représentant qu'une masse de 10 % du corps électoral… Aberrant mais tout de même réel et dangereux… Pour en revenir aux raisons de la divagation malsaine de Jean-Marie Le Pen, il doit faire plaisir aux plus extrêmes de ses fans comme séduire dans le même temps les mécontents, les cocus de la République, les trahis de Hollande, Sarkozy et leurs semblables. Ces derniers ne sont pas des « méchants », ils sont seulement déçus, ils veulent seulement envoyer des signaux à leurs anciens partis mais ne sont bien entendu pas compris du tout. C'est le fait de rester das cet état de colère permanent qui les envoie d'une manière irrémédiable dans les bras de ces usurpateurs du FN. Quant à la Marine, elle peut couper le lien qui liait le blog se son père d'avec le site du parti qu'elle préside, elle partage l'avis émis, elle acquiesce dans la silence des boudoirs qui meublent son domicile tout en gémissant sur la sénilité précoce de son gentil papa qui ne sait plus bien ce qu'il dit. Elle a besoin de ces forces du silence, de ces brutes épaisses comme de ces belliqueuses fins de race qui rêvent d'un retour de la Monarchie, cependant, officiellement, elle ne peut faire mine d'agréer aux propos excessifs et démonstratifs du mode de pensée de son propre père. Il s'agit à la fois de séduire des délaissés et d'entretenir la hargne des sauvages qui sont la base de la droite extrême et violente.

Je suis profondément antisioniste et déplore la conduite de l'état totalitaire d'Israël qui fait subir aux Palestiniens ce que son peuple a subit il y a peu, très peu, durant le dernier conflit mondial. Mais rien ne peut permettre à quiconque de souhaiter, encore moins d'organiser, la mort de qui que ce soit pour des raisons de religion, de couleur ou de nationalité. Il en va de notre humanité, la politique est sale, on le sait, mais nous, nous sommes des humains et nous devons respecter tous nos frères quels qu'ils soient et les traiter comme nous aimerions qu'ils nous traitent.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com