Log In

Information quand tu nous tiens…

Information quand tu nous tiens...

Un des inconvénients majeurs de la surabondance d’informations repose sur l’impossibilité, pour le commun des mortels de vérifier la qualité des informations qu’il est supposé recevoir ou rencontrer sur les différentes sortes d’écran et autres tablettes ou smartphones. Mais ce qui est vrai pour Monsieur ou Madame tout le monde ne l’est plus pour des journalistes professionnels, ou alors ils ne méritent plus cette appellation et la carte passe-partout qui l’accompagne. « Personne n’a le droit de communiquer de fausses nouvelles », ça c’est le principe de base et la justice peut sanctionner l’auteur de propos mensongers rendus publics et ayant nuit aux personnes citées. Mais ce principe de base n’est pas respecté… peu s’en faut…

Dans cette ère où la manipulation politique est de mise dans tous les partis, à tous les niveaux, et pour toutes sortes de raisons, l’information devient une matière première de base dans cette méthode de gestion des relations humaines qui consiste à occuper le terrain et les esprits, quitte à dire et montrer n’importe quoi. Il n’est plus question de relater des faits précis et soumis à un contrôle professionnel et journalistique mais bien de transmettre un flot de « nouvelles » qui n’ont d’intérêt que par leur présence et le remplacement constant d’informations qui arrivent sans cesse et à une vitesse toujours plus grande. Il s’agit donc de produire des informations qui n’ont pas forcément d’intérêt pour le spectateur mais qui occupent l’espace de son esprit disponible ensuite agressé par la publicité jointe aux programmes informatifs qui financent le système. A un tel rythme, il faut une armée pour contrôler, vérifier le contenu des programmes diffusés et des informations qu’ils contiennent. Dans une ambiance basée exclusivement sur la recherche du profit, les charges et les salaires étant ce qu’ils sont en France, d’armée il n’y a point et il n’y aura jamais. Donc, on répète ce qu’on entend, on récrit ce qu’on lit, on diffuse des images en boucle sans jamais regarder, contrôler, vérifier si tout ce qui est dit, écrit, ou montré est vrai ou non. C’est terrible. Nous baignons dans un bouillon de culture qui mélange les mensonges volontaires et involontaires, les erreurs dues à l’empressement comme à l’inculture des journalistes chargés de commenter, et, pour crédibiliser le tout, on crée des plateaux d’experts qui ne le sont pas, de savants qui ne le sont pas non plus et de témoins tirés du public qui ne font qu’attester de la médiocrité et de l’inutilité de ce qui est précipité devant les yeux des lobotomisés que nous sommes. C’est ainsi que les erreurs et mensonges de la presse sont repris par les politiques qui en font une réalité puisque leur source est la presse et que celle-ci se targue de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Bien évidemment c’est faux et cela ne veut absolument rien dire.

Par exemple, parmi les mensonges proférés par Sarkozy durant sa propagande appuyée sur une interview qui n’en était pas une, le magistrat Madame Claire Thépaut, n’est pas présidente du syndicat de la magistrature, n’est même pas membre du bureau et n’a pas non plus de passé de militante. Mais Sarkozy dit un mensonge, repris par TF1, et repris une autre fois par tous les seconds couteaux de l’UMP mourante, thuriféraires de son éminence Sarkozy, qui donnent une crédibilité imméritée à des mauvaises blagues de potaches boutonneux. Non seulement il ne faut rien croire de ce que disent les médias, mais la plupart de temps nous sommes plus près de la vérité en inversant simplement le contenu de leurs propos. Nous sommes anesthésiés par la publicité et toutes les formes de manipulation de masse, assommés des mystifications des uns et des autres, qu’ils fassent partie des médias ou de la politique, gavés de menteries qui ne servent à rien d’autre qu’à donner à ceux qui tiennent les rênes du pouvoir ou qui les ont tenues une véracité et une crédibilité qu’ils ne méritent pas. Nous n’y sommes pas obligés, nous ne sommes pas obligés de lire les journaux, d’écouter la radio ou de regarder les télévisions en oubliant que nous avons nos propres capacités d’analyse et de réflexion. Les experts de la télévision ou des autres médias ne sont experts de rien du tout la plupart du temps, ils ont simplement la chance d’avoir eu, à un moment de leur carrière, l’opportunité de vivre dans une situation qui s’apparente à celle dont on leur demande de parler et souvent grâce à des relations qui les introduisent dans les médias en question. Leurs compétences ne sont pas forcément mises en doute mais il parait étonnant de voir des spécialités qui n’existaient pas la veille prendre le devant de la scène le lendemain. De quoi parlons-nous ? ce n’est pas parce que j’ai passé quelques jours sur les barricades des révoltés du 25 janvier 2011 au Caire que cela me donne le droit de dire ce que pensaient ces gens ni comment ils entendaient agir. En revanche, ayant vécu près d’une douzaine d’années en compagnie des Egyptiens, en ayant épousé une Egyptienne, en donnant du travail à des Egyptiens et Egyptiennes, jeunes ou plus âgés, je peux dire que je ne les connais pas, que je peux éventuellement avoir compris quelques bribes de leur culture et de leur mode de vie mais en aucun cas puis-je me traiter d’expert, de spécialiste ou grand mamamouchi de l’Egypte et des Egyptiens. J’ai tout entendu de la bouche de ces journaleux sans scrupules qui falsifient volontairement ou non les faits, que je me méfie grandement de ces petits génies de l’info qui connaissent tout et savent tout de tout et de tout le monde.

Ne croyez rien ni personne, vérifier tout par vous-même, une seule information que vous jugerez vraie parce que vous l’avez contrôlée vaut bien plus qu’un torrent de mensonges ou de manipulation larvée.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

2 Comments

  1. Djef Bernier Répondre

    Excellent glavio dans la soupe, cela dit la vérification : avec quoi : un moteur de recherche, une carte de presse ? Peut-être connais-tu Ploum.net, j’ai rencontré il y a peu, c’est écrit gros, le tour est vite fait. Sur la notion de valeur tu vas trouver quelques idées de billet (au moins).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com