Log In

« La » Chronique du week-end… (110)

"La" Chronique du week-end... (110)

La définition de la démocratie est quelque chose de précis, cependant, lors de la mise en pratique nous pouvons percevoir des interprétations différentes en fonction des moments, des situations, des positions plus ou moins politiquement correctes que les décisionnaires doivent prendre mais qu'ils n'assumeront jamais. Il en va de même de la Constitution, qui un jour peut autoriser ce qu'elle interdira le lendemain, pour des raisons aussi fallacieuses et partisanes que nous pouvons l'imaginer de gens entièrement soumis à la société qu'ils ont participé à bâtir et à pérenniser. Alors en qui pouvons-nous nous fier ? Bonne question !

Mon excessive volonté à aller à l'essentiel me pousserait à dire « personne » mis à part nous-mêmes. Mais vous avez remarqué que je ne l'ai pas fait, ça m'a coûté mais je résiste. En fait, la notion de défense est une notion arbitraire et subjective. Ce sont nos points de vue qui font les différences entre nous tous, même si nous avons ce que j'appellerai un tronc commun, beaucoup de nos réflexions, pour ceux qui ne sont pas lobotomisés, sont la base de nos désaccords. La sociocratie a pour moyen d'avancer une structuration des décisions qui génère plus facilement l'accord. Je vous suggère de regarder cela de plus près vous serez certainement séduits. Mais voilà, heureusement il y a des choses qui forcent l'unanimité. Je suis sûr que vous voulez un exemple, allons bon, est-ce facile à trouver ? Oui, très facile, malheureusement trop facile.

Le premier, la rétroactivité des lois… Vous allez me dire qu'elle est constitutionnellement interdite, n'est-ce pas ? Eh bien non ! Enfin non, mais oui. En fait elle est proscrite par notre Constitution, c'est vrai. Mais n'a-t-on pas vu dernièrement une loi touchant à la rétroactivité fiscale ? Vous savez ce rattrapage de charges sur les salaires concernant les cotisations sur les retraites ou les complémentaires, je ne me souviens plus très bien et ce n'est pas le sujet. Mon propos n'est pas de revenir sur une loi inique et antisociale mais juste sur un principe constitutionnel non respecté. Là c'est plus grave, en fait c'est tellement grave que personne n'a rien dit dans les partis politiques de la majorité comme de l'opposition, dont les frontières s'atténuent de jour en jour grâce à la socialo-capitalo-libéro-dictature qui nous est infligée par les dirigeants d'un PS en décomposition avancée. Étrange n'est-ce pas que les barons de la droite décomposée et ruinée de l'UMP n'ait rien dit, alors qu'un lapsus, certes révélateur d'un ministre, suffit à les enflammer pendant des semaines. Peut-être parce que ce précédent fera « jurisprudence » comme on dit dans les prétoires et qu'ils pourront en user et abuser bientôt. A ce titre je propose une nationalisation sans indemnité de Total, de BNP-Paribas et d'autres multinationales, car finalement on pourrait dire que la fiscalité à laquelle ils échappent depuis tant d'années pourrait donner lieu à une loi rétroactive qui les imposerait à 50 % de leurs profits nets cumulés toutes sociétés et filiales confondues depuis leur création. Pourquoi pas ? Ubu n'est-il pas roi ? Mais il n'est plus de gauche, c'est vrai, j'oubliais… Où sont nos constitutionnalistes, nos ex présidents, membres d'office du Conseil Constitutionnel ? Partis sans laisser d'adresse ?

Le second exemple d'une unanimité retrouvée est la tuile qui va tomber sur la tête des collectivités locales et donc sur les nôtres ensuite. Vous ne savez pas ? Alors voilà… Vous connaissez Dexia, cette banque spécialisée en emprunts réalisés aux collectivités locales. Vous savez aussi quelle fut sa déconfiture. Vous savez aussi que certaines collectivités territoriales s'étaient retrouvées avec des taux réels de l'ordre de 30 à 50 % sur leurs emprunts en cours grâce aux manigances bancaires de ces escrocs qui se gavaient de crédits toxiques. Que firent ces collectivités ? Elles menèrent devant les tribunaux Dexia et compagnie. Les juges, en leur extrême sagesse, changèrent les taux abominables pratiqués par les voyous de la finance mondialisée, en des taux proches de 0. Vous rendez-vous compte, la justice donnait raison aux ennemis de la finance, drôle n'est-ce pas, on n'y est pas vraiment habitués chez nous où tout est à deux vitesses, la médecine, la justice, j'en passe et des moins bonnes. Cela signifiait en gros que les banquiers allaient payer leurs factures eux-mêmes, péché capital chez les banquiers, qui ne tolèrent jamais que la banque se substitue à ces cochons de payeurs professionnels que sont les peuples. Mais ce fut comme cela jusqu’à… Mais comme Dexia est en faillite, depuis 2011, tous les dossiers pourris de cette entreprise malfaisante sont retournés dans les escarcelles des états respectifs qui étaient concernés. En France aussi, donc… Notre socialiste d'opérette et ses caciques firent le compte de ce que les tribunaux pouvaient infliger à leur trésor, plus de 17 milliards d'euros. Alors que firent nos socialistes révolutionnaires et bolcheviques ? Il votèrent une loi entérinant les prêts et les taux afin d'empêcher les tribunaux de statuer contre eux et leurs taux prohibitifs qui auraient été ramenés à rien. Belle économie pour l’État, c'est bien, pour une fois… Oui, mais non ! En effet, ce n'est pas aussi simple, les prêts de ce fait retombent sur la tête de nos collectivités territoriales et donc sur nous par transitivité. Voilà un tour de passe passe à la socialiste, ces gens d'une fausse gauche qui préfèrent ruiner leur peuple que guérir le monde de leur ennemi qui est… la finance. Paraissait-il jadis ?

Alors oui, nous avons des raisons de passer sous silence nos différences pour enfin tenir la dragée haute à des gangs qui pillent la France et les Français depuis des lustres, au moins nous serons d'accord sur le diagnostic et le remède sur ce problème de taille, non ? Ou je me trompe ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com