Log In

Qui veut être calife à la place du calife ?

Qui veut être calife à la place du calife ?

L’imbroglio irakien est tel que même un premier ministre n’y retrouverait pas son prédécesseur. Les Américains, toujours eux, après avoir mis en place un chiite autoritaire au pouvoir en 2006 se ravise et décide, en parfaite opposition à la Constitution irakienne, de changer de cheval au milieu du gué, oups… pardon, de la pagaille. C’est ainsi que la poupée Nouri Al-Maliki est mise au placard pour mettre à sa place celle dénommée Haidar Al-Abadi… Les marionnettes se suivent et se ressemblent, chiites tous deux, proches l’un de l’autre et membres du même parti, qu’espèrent nos « alliés » américains ? Semer encore un peu plus de discorde et d’huile sur le feu… Bravo, c’est fait ! Quel talent !

Alors que les partisans du califat sont à cent kilomètres de Bagdad, les politiciens, aiguillonnés par ceux qui les corrompent, se battent entre eux pour prendre des postes qui n’ont plus rien d’honorifiques et qui se changent de plus en plus en symboles d’un pouvoir dont la déliquescence n’est plus à prouver. A vouloir tout régenter les gendarmes de la planète en oublient souvent que les règles qui sont valables chez eux ne le sont peut-être pas partout. Mais évidemment, parler d’histoire, de culture, d’ethnies, de religions à des étasuniens s’avère aussi utile et efficace que de grimper l’Everest en maillot de bain avec des palmes et un tuba. Non seulement ils ignorent tout des gens qu’ils détruisent pour sauvegarder leurs intérêts, dont on ne comprend pas grand-chose à première vue, mais ils ne veulent même pas faire l’effort d’apprendre, ne serait-ce qu’écouter. Ils sont forts alors ils commandent, ils décident, ayant la capacité de faire sauter la planète des centaines de fois, encore que une seule fois suffirait, ils estiment être dans leur bon droit en nommant celui-ci et en retirant celui-là dans des pays tellement loin des USA que moins de 1 % des Américains seraient capables de montrer où se trouve Bagdad et peut-être même l’Irak dans son entier. La démocratie à l’américaine c’est ça, je suis le plus fort alors tu fais ce que je te dis. L’avantage est que c’est clair et qu’on ne voit là aucune ambiguïté. Même nous, pays européens, ne pouvons résister à la pression constante de notre embarrassant allié. On va encore le fâcher, cet « ami » qui ne nous veut pas que du bien, parce que nous n’avons pas les moyens, pour la France, de participer ni aux frappes ni à la fourniture d’engins et de matériels militaires au pouvoir fantoche mis en place par Obama. Encore pire, certains états se refusent de livrer des armes à des pays en guerre, comme l’Allemagne, ou encore ne veulent simplement pas perdre une neutralité qui les met à l’abri des sautes d’humeur américaines, comme la Suède. Il devient difficile pour les Américains de se trouver des partenaires dans leurs entreprises de déstabilisation du monde, cela peut se comprendre. Les Etats Unis se comportent avec la même délicatesse qu’un éléphant dans un petit magasin de porcelaine, on reconnait là leur élégance et leur finesse habituelles. Ils ont su démontrer leur talent à maintes reprises au Moyen Orient jusqu’en Afghanistan, jusqu’à un enlèvement bidon d’un Ben Laden dont nous ne savons toujours pas aujourd’hui s’il était mort depuis longtemps avant cette opération, digne de James Bond, ou s’il est toujours en vie en train de gérer la fortune colossale de sa famille saoudienne en costume cravate sur la cinquième avenue de New York tout en finançant le califat d’un côté et les extrémistes du Sahel de l’autre. Ce Monopoly est intéressant, le problème repose sur notre impossibilité de trouver où se niche la meilleure adresse, cette fameuse rue de la Paix…

Avec tous les dossiers, les écoutes, les espions que les USA ont à leur disposition, comment ne savaient-ils pas que Maliki allait être ce qu’il a été, mais à l’époque leur choix n’était pas considérable et ils étaient encore sur place. Qu’est-ce qui nous prouve que son successeur, Al-Abadi, ne sera pas le même voire pire. Là-aussi, les dossiers ne doivent pas manquer entre les mains grassouillettes des conseils d’Obama, qui, à leur corps défendant, ne comprennent rien à ce qu’ils font eux-mêmes. Donc, en plus d’une guerre, dont le pouvoir irakien est déjà le perdant, contre le califat qui se rapproche dangereusement, les autorités hautement inspirées qui garnissent la maison blanche, souhaitent aussi semer la zizanie et le trouble dans les organes qui dirigent le pays. C’est fait, des troupes fidèles à Maliki sont partout dans la capitale irakienne et se montrent dans les quartiers qui comptent à l’intérieur de celle-ci. Il ne manquerait plus que les hommes politiques se battent entre eux, via les forces de l’ordre et l’armée, pour obtenir un superbe bouquet final.

Si tout cela n’était pas aussi dangereux pour des millions de personnes c’en serait risible, heureusement que le ridicule n’a jamais tué personne. Que des gens qui ne manquent de rien jouent de la vie de gens qui manquent de tout et surtout qui la risque quotidiennement pour des intérêts qui les dépassent est une injure à l’humanité. Cette insulte à la face des peuples du monde, qui n’ont pas la chance d’être parmi les contrées qui comptent mais font partie des nations qui permettent à celles-ci de générer toujours plus de richesses pour elles-mêmes et de pauvreté pour les autres, sera punie un jour, je l’espère.

Dans cette attente, veuillez agréer, mes Frères Humains, l’expression de mon complet désespoir.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com