Log In

A la guerre comme à la guerre…

A la guerre comme à la guerre...

J’ai toujours été étonné du fait qu’on puisse imaginer poser des règles strictes afin de réguler les manières de guerroyer. La Convention de Genève me parait un trait d’esprit des plus drôles commis par nos hommes politiques. C’est à mourir de rire, enfin surtout de mourir, n’est-ce pas, et pas pour ceux qui rédigèrent cette Convention, non, pour les peuples soumis et asservis par leurs rédacteurs et signataires. Je crois en effet que le meurtre ne peut être réglementé, la guerre n’étant que le meurtre devenu industriel et donc, par voie de conséquence, profitable…

J’entends nos journalistes à la solde des gouvernants dire et répéter le terme de barbarie… Mais sont-ils à même de savoir ce qu’est la barbarie dont ils font les unes de leurs journaux vides d’information et pleins de ce fiel qui sort des bouches des gens qui nous manipulent. La guerre c’est la barbarie à l’état pur. Mais qu’est-ce que la barbarie ?

Wikipedia : Pour les Romains, les barbares, sans nécessairement de connotation péjorative, étaient les peuples étrangers à l'Empire. Le terme barbarie a ensuite longtemps désigné une contrée étrangère mal définie. On le retrouve dans le nom du canard de Barbarie, en fait originaire d'Amérique du Sud.

Plus précisément, les Européens jusqu'au XIXe siècle ont appelé Barbarie la côte des Barbaresques, c'est-à-dire le littoral du Maghreb du Maroc à la Libye.

La barbarie, avec une connotation péjorative cette fois, désigne le comportement attribué par xénophobie au barbare et par extension une extrême cruauté.

Donc, en fait et en résumant, les barbares sont des étrangers que l’on imagine détenteurs d’une extrême cruauté. Encore une fois, la peur est distillée précautionneusement sur ce qui nous est étranger, dans tous les sens du terme. Les Romains ne pouvaient imaginer qu’une autre civilisation puisse être aussi évoluée que la leur. Il en est de même de nous, occidentaux chrétiens, et même de façon encore plus exacerbée. Nous sommes les meilleurs, les plus beaux, les plus intelligents, les plus forts. Les autres ne sont que… Rien, ou peut-être des nuls, qui ne méritent pas plus que l’esclavage et la soumission ??? Alors comment imaginer mettre des règles là où, justement, tout est permis. La fin justifiant les moyens, tous les coups tordus, les pièges, les chausse-trappes, les trahisons, les bombes contre les cailloux, enfin tout, vraiment tout est autorisé pourvu que l’on gagne.

Les crimes commis par l’état islamique sont qualifiés de barbares. Mais est-il plus ou moins barbare d’étêter un être humain que de lui tirer dessus avec des munitions à l’uranium appauvri, comme le font nos soldats en imitant leurs confrères américains toujours en avance d’un cran sur eux dans la barbarie… Comment peut-on expliquer que la décapitation est non règlementaire à des gens qui ne savent pas où est Genève et encore moins ce qu’est une Convention relative à la guerre ? Qui respecte d’ailleurs cette fameuse convention si inutile et dérisoire ? Pas Israël en tout cas, pas les USA, pas les Russes, pas les Chinois, pas… Enfin, personne ne la respecte et on fait des reproches bien sordides à des gens qui n’en ont cure, les membres de l’EI, aussi sordides que ceux qui font les reproches en question quand ce sont eux qui commettent des crimes à longueur d’année. La guerre autorise toutes les exactions et seuls les vainqueurs pourront se donner le droit de juger les perdants pour les crimes qu’ils auront commis alors qu’eux-mêmes en auront réalisés peut-être plus. Gloire au vainqueur, honte au vaincu. Alors oui, décapiter un homme est barbare, mais c’est le lot de nos alliés Saoudiens, Qataris et autres Emiratis qui lapident, étêtent, amputent sur place publique et devant les caméras de télévision qui diffusent en direct ces sentences demandées par des tribunaux officiels. Pourquoi l’EI serait-il plus barbare que les bourreaux saoudiens ou autres ? Y aurait-il des dispenses de barbarie pour les uns qui n’existeraient pas pour les autres ? Y a-t-il des degrés que j’ignorerais dans la barbarie ? Le fait de passer une frontière rendrait-il la barbarie moins… barbare ? Punition « normale » en Arabie Saoudite, la décapitation deviendrait-elle barbarie en Irak ou en Syrie ? Nos chefs, comme à leur habitude se moquent de nous et leurs complices des médias nous transmettent leurs messages manipulateurs sans aucune vergogne. Il n’y a pas de guerre juste, il n’y a pas de guerre bonne, il n’y a pas de guerre propre, et il n’y a certainement pas de guerre sainte.

La convention de Genève comme tout le reste, l’ONU, l’OTAN et toutes ces organisations porteuses du message rédempteur et bienfaiteur de l’humanité qui consiste à appliquer l’American Way of Death partout et sans cesse, sont des accessoires absolument inutiles et dispendieux de nos états. Leur fonction n’est que de conserver la suprématie de la pensée libérale et affairiste au détriment des membres de nos communautés, tout en se donnant une bonne conscience apparente mais qui ne trompe finalement que peu de monde.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

1 Comment

  1. Pangloss Répondre

    La guerre consiste à tuer des gens, de les brûler, de les écraser, de les étrangler, de les étouffer, de les assourdir, de les étriper, de les amputer avec toutes les armes possibles. Et accessoirement de les enfermer derrière des barbelés, de les affamer, de leur laver le cerveau, de détruire leurs maisons, de terroriser leurs alliés, de massacrer leurs animaux, d’abattre leurs forêts, d’empoisonner leurs rivières, de stériliser leurs champs.
    La guerre est à l’évidence un crime en soi. C’est une véritable saloperie. Leur seul moyen de bien la faire est donc de la faire le plus salement possible.
    C’est pourquoi la notion de crime de guerre me fait bien marrer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com