Log In

Editôt ou éditard… (112)

Editôt ou éditard... (112)

Il y a encore des gens qui honnissent la théorie du complot, qui se moquent des gens qui en font de temps à autre l’apologie ou qui, comme moi, font simplement remarquer que le hasard ne peut seul expliquer des milliers de faits avérés, qualifiés de coïncidences par ceux qui les voient, comme par les médias qui en parlent. J’assistais, médusé, à l’interview de François Asselineau lors de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2 samedi soir, et je constatai, une fois de plus, comment les journalistes procédaient pour discréditer, pour ridiculiser, pour détruire ceux qui s’opposent à la religion du politiquement correct, sur ordre de leurs maîtres qui les nourrissent et les corrompent.

Bien entendu c’est le principe de l’émission, prendre deux cerbères, un de chaque bord politique connu et reconnu, un UMP et un PS grosso modo, et leur demander d’assassiner ceux qui ont l’audace de passer devant eux pour faire leur promotion, soit d’un livre, d’un film, d’un spectacle ou d’un disque ou encore d’un parti politique. Pour les personnalités que ces pseudo journalistes reçoivent, il s’agit, pour ces asociaux journalistiques, d’assassiner ceux qui sont les plus dangereux, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas encore entrés dans l’arène habituelle des joutes politiquement correctes et entendues. Les Besancenot, Poutou, et autres gauchistes patentés ont droit à des questions moins insidieuses que des Larouturou ou Asselineau. Pourquoi ? Tout simplement parce l’extrême gauche fait partie du paysage politique obligatoire pour empêcher les gens de réfléchir. Ils sont de dangereux révolutionnaires qui veulent tout mettre au pas de leur collectivisme exacerbé et cela a pour conséquence immédiate de faire voter pour l’UMP ou le PS principalement. La peur est un sentiment très « travaillé » par nos hommes et femmes politiques. En revanche, un Asselineau, dont je ne partage pas les opinions mais qui est un honnête homme qui réfléchit et ne dit pas de sottises ni trop de mensonges, est abominablement dangereux. Il donne à réfléchir et là est le vrai souci pour les lobotomiseurs professionnels qui nous gouvernent à tour de rôle depuis des décennies. Le journaliste mâle, ce soir-là, s’en prit à ce candidat malheureux à la dernière présidentielle et il voulut à tout prix lui faire dire qu’il était un « adorateur » du FN, ce qui dans l’esprit de ce journaliste à un seul neurone la pire des condamnations. Or ce n’est pas parce que nous souhaitons quitter l’Europe ou abandonner l’euro que nous sommes forcément du FN. C’est mon cas, je souhaite effectivement sortir de cette gabegie européenne et si j’avais un jour la position pour organiser un référendum sur cette question je le ferai mais cette fois avec une application certaine à respecter le désir et la volonté populaires. Ceci est exactement l’opposé de ce que firent Sarkozy et le PS un an après que le peuple ait refusé d’adhérer et de participer à cette farce européenne.

Il est facile quand on tient le micro de montrer sa détestation de tout ce qui n’est pas socialiste pour cet Aymeric Caron qui ne vaut pas le centième d’un vrai journaliste. Peut-être, comme le dit le quotidien 24 heures, est-ce parce que sa copine, qui travaille pour le premier flic de France Cazeneuve, doit lui demander de défendre la pensée socialiste, enfin quand j’écris socialiste je devrais socialo-capitaliste. De plus il semblerait que cette copine, toujours selon le même quotidien, ait réussi à faire protéger par la police son bienaimé journaleux à la suite d’une menace d’un juif intégriste. Comme le dit 24 heures, Ruquier sait choisir ses cerbères, après Pulvar compagne de Montebourg, Caron compagnon d’une aide de camp du ministre de l’intérieur, est-ce un hasard… Je vous rappelle que je ne crois au hasard… Cet apprenti journaliste n’avait de cesse de vouloir prouver qu’Asselineau était un frontiste… Heureusement, cet énarque a su prouvé que l’enseignement de cette lamentable école n’est pas inutile pour savoir se sortir d’un mauvais pas. Il lui ferma son clapet à plusieurs reprises, ce qui n’empêcha pas ce triste sire de journaliste de pacotille de remettre cela en permanence. Même Ruquier s’en est aperçu et en était quelque peu perturbé, c’est dire, son regard en disait bien plus que ce qu’il prononçait pour faire taire son cerbère devenu sauvage. Voilà comment on traite démocratiquement les partis non représentés dans nos médias. On les harcèle, on les condamne, on les humilie, on ment et on caricature leur politique et leur stratégie pour les rendre abjectes à la Nation. Mais nous ne sommes aussi stupides que ces gens en ont l’air. En écoutant ce que disent les agressés, il est facile ensuite de se documenter et de voir où est la vérité et où est le mensonge. Léa Salamé, plus à droite que son complice, était beaucoup plus mesurée tout en gardant une attitude très conformiste eu égard au politiquement correct auquel elle a voué sa cause professionnelle.

Ne regardez plus la télé, pour ma part, je le fais de moins en moins et ma désintoxication se passe à merveille. Si vous voulez être informé, faites-le par vous-même en allant de-ci de-là sur les sites internet qui vous donneront d’autres avis que ceux qu’on souhaite que vous ayez. Alors, pour en revenir à la théorie du complot citée plus haut, allez regarder cet article et on en reparlera. En fait qui complote vraiment ? Caron ou les autres ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com