Log In

Editôt ou éditard… (114)

Editôt ou éditard... (114)

Evo Morales, ce nom ne vous dit normalement pas grand-chose, voire rien pour les gens n’ayant aucun attrait pour les noms hispanisant. Eh bien c’est le nouveau Président de la Bolivie ! Il est normal que cela ne prenne que quelques secondes du temps de nos informations télévisées puisque c’est un vrai Président, un de ceux qui enlèvent l’argent de la poche des multinationales pour financer les écoles et les voies de circulation. Enfin, c’est un bon Président pour moi mais pas pour tout le monde… La preuve, personne ne parle de son troisième mandat gagné avec une franche majorité…

Quand je dis majorité, c’est mieux que cela, c’est une élection dès le premier tour avec 61 % des voix. "Aujourd'hui nous sommes dignes, plus jamais nous ne serons mendiants, ni humiliés" dit-il et répète-t-il sans cesse. Bien entendu, les occidentaux lui trouvent beaucoup de défauts, surtout depuis la nationalisation des sociétés qui touchaient aux hydrocarbures. Il a aussi le défaut de trouver des solutions à ses problèmes sans leur demander leur aide. Ce berger, gardien de lamas, reconverti en syndicaliste pur et dur, n’est pas un énarque, non puisque c’est quelqu’un de bien, mais il a le bon sens des gens de la terre, de ceux qui savent que les chiffres et les statistiques ne servent qu’à tromper les gens qui acceptent de se faire moquer. Il existe d’autres solutions que celles de notre droite, de notre gauche, de notre centre et de nos extrêmes, encore faut-il les rechercher, les imaginer, admettre que nos recettes éculées ne valent pas tripette pour se mettre enfin au travail. Comment un paysan peut devenir Président ? Là est la question ! Chez nous c’est impossible, aucune chance d’être élu si vous n’êtes pas du sérail. Même Larouturou ne peut se vanter d’avoir fait 3 % environ aux européennes que parce qu’il est un ancien des appareils EELV et PS. Son collectif Roosevelt et son nouveau parti n’en sont que le résultat d’une vie politique empêchée dans ces deux structures complètement rétrogrades et monarchiques dans leur essence. Alors même qu’il était un rouage de ces deux mouvements il n’avait pas sa place dans le trio de tête et n’avait donc aucune chance de parvenir à faire passer ses idées, qui, encore une fois, n’ont rien de révolutionnaire mais sont tout simplement de bon sens. En Bolivie, preuve est faite que tout est possible. Comme quoi cela ne sert à rien d’avoir inventé les droits de l’homme si l’on est incapable de les appliquer chez soi. C’est simple à comprendre non ? Serions-nous un pays où les politiciens ne sont que des incompétents, des menteurs et des hypocrites ? La réponse est oui ! Il faut cinq ans seulement dans l’appareil politique d’un parti traditionnel pour faire d’un militant convaincu et efficace une personne d’appareil corrompue, méprisante, menteuse et hypocrite.

Il n’y a plus d’avenir dans nos pseudos républiques démocratiques, une preuve de plus est cette loi anti terrorisme qui n’est rien d’autre que la naissance de Big Brother. Même les grandes compagnies de l’Internet sont d’accord pour fliquer les sites et leurs utilisateurs, c’est dire si l’on est loin de la démocratie et de la liberté. L’avenir du monde ne viendra pas des vieilles nations fatiguées qui ne savent même plus ce que démocratie signifie et où la liberté n’est qu’un concept intellectuel. Cet avenir ne verra jour que grâce aux pays sous-développés, que nous essayons bien de garder dans leur état misérable, mais dont certains ont su prendre la vraie dimension de notre haine de tout ce qui n’est pas occidental et chrétien, et qui, malgré nous et nos attitudes impérialistes, trouvent des issues qui ne sont pas celles que nous avions pu imaginer. Ils ont des cerveaux, que leur peau soit d’une couleur ou d’une autre, que leur religion soit la nôtre ou pas, ces êtres sont des humains comme nous et comprennent le monde comme nous. Mais cette compréhension ne se limite pas à des rabâchages incessants de vieilles habitudes comme c’est le cas chez nous, ils inventent, et nous surprennent. Je ne doute pas cependant que, à l’instar de ce qui se fit pour Hugo Chavez, les USA et leurs affidés européens trouveront bientôt des terroristes et des armes de destruction massive dans le grenier d’Evo Morales et que cela sonnera le glas de ce mort qui s’ignore, comme Allende, comme tant d’autres sacrifiés à l’American Way of Death. Quand on veut tuer son chien, ne dit-on pas qu’il a la rage ? C’est comme cela que le monde reste ce qu’il est, la proie des faiseurs de papier monnaie, des spéculateurs et du profit roi.

Alors Monsieur le Président Evo Morales, au nom de moi-même et de tous ceux qui pensent que la liberté ne s’achète pas avec des dollars, je vous félicite pour votre réélection et vous souhaite la meilleure des réussites, pour votre peuple d’abord, votre pays ensuite et vous-même au titre de l’expérience inouïe que vous menez pour le bien de ceux que vous aimez, les Boliviens et les habitants de votre beau pays.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com