Log In

« LA » Chronique du week-end… (115)

"LA" Chronique du week-end... (115)

Synode à la joie !

Ma foi en un créateur de l’univers est toute personnelle, elle ne peut d’ailleurs être que personnelle, librement vécue et tendue vers une définition du monde et de ce qui le compose, elle-aussi toute personnelle également. La foi est un mode de communication entre la divinité que d’aucun choisisse et la personne même qui assume ce choix. Dès que cette communication passe par un filtre, quel qu’il soit, la « friture » que nous retrouvons sur cette ligne en gêne le fonctionnement et en détourne le contenu juste pour justifier l’existence du filtre en question. C’est ce que font les religions en s’interposant entre les croyants et les différentes divinités qu’ils prient et vénèrent. Un exemple flagrant vient de nous être donné par le dernier synode…

Les évêques désavouent le pape s’écrient en chœur les journalistes en peine de sujet croustillant à se mettre sous leurs plumes venimeuses. Peut-être, ce serait dommage, pour une fois que nous avons un pape jésuite, le premier de la compagnie de Jésus, mais aux enjolivements franciscains, généralement nous avions droit à des jésuites purs jésuites sans être jésuite, c’est-à-dire incroyables, dans le sens où ils ne disent absolument jamais la vérité et encore moins ce qu’ils pensent. C’est un jugement peut-être excessif mais que je peux réviser à tout moment, ils sont finalement sûrement pires encore que ce que je peux imaginer. Moins je ne sais pas mais j’attends des preuves et je suis prêt à changer d’opinion mais je vous avertis, ce n’est pas gagné. Revenons à nos affaires religieuses. Ce brave François veut donner un petit coup de rafraîchissement à la doctrine catholique, lui faire entrevoir les aspects les plus « modernes » d’un monde en perdition matérialiste. Tout d’abord et en bon jésuite qu’il est, je ne peux lui faire confiance. Est-il honnête dans sa recherche d’ouverture, dans sa volonté de pardonner comme le Christ l’aurait supposément souhaité ? Je ne le crois pas, mais cela reste mon opinion, que je partage avec moi-même mais que je peux réviser comme je le disais plus haut. Je crois qu’il a une vision du monde et qu’il espère la mettre en œuvre. Qu’elle soit bonne ou mauvaise pour le genre humain, je n’en sais rien, mais je dois dire que l’histoire nous a appris, avec des leçons payées aux prix forts, que les religions n’ont fait que séparer les hommes, que les faire se détester et se battre entre eux, nous le voyons tous les jours sur nos écrans impavides, sans émotion nous relatant les misères des uns et des autres de par le monde pour des raisons de différence de foi. Je crois qu’en matière de religion il en va comme en politique, nous devons nous prendre en charge, nous devons assumer notre réflexion personnelle et bâtir nos opinions respectives et générales. Comme je le disais ci-dessus, il s’agit d’établir une communication directe entre le récipiendaire de notre foi, le bénéficiaire en quelque sorte, que tous les Dieux me pardonnent de mon audace, et celui qui la possède et rien d’autre. Dès qu’une institution se crée, qu’elle organise la communication pour d’autres, ses ouailles, il y a fort à parier que, les êtres humains étant ce qu’ils sont puisque la chair est faible, le détournement de la communication soit exercé rapidement et totalement au profit d’une hiérarchie qui n’a pas lieu d’être entre une divinité et celui qui la prie.

Je n’ai donc aucun espoir en provenance d’une quelconque religion, toutes incapables d’amour, de tolérance et de partage. Sur le papier, les écritures nous disent « tout le monde il est beau tout le monde il est gentil », mais entre les lignes le texte est beaucoup plus amer, plus agressif, plus vindicatif, et tellement égocentré sur celui qui détient la connaissance donc le pouvoir. Comme dans la politique on s’aperçoit que les mécanismes du pouvoir, justement, sont exactement les mêmes et que les réflexes, à la fois pavloviens et malhonnêtes, des hommes sont identiques quelle que soit la source du pouvoir qu’ils ont sur leurs congénères. Alors les évêques s’opposent au pape simplement parce qu’ils n’ont pas encore compris où il voulait en venir, peut-être lui non plus d’ailleurs, qui sait ? Je ne crois pas qu’un dogme aussi vieux et puissant puisse être remis en question en quelques mois de papauté, il faudra certainement du temps et d’autres moyens pour en arriver là où François aimerait emmener l’église catholique. Il le sait, mais il fallait qu’il marque de son empreinte le début de l’itinéraire qu’il se promet de prendre et de poursuivre, si tant est qu’il n’aille pas ad patres avant de voir l’ombre de son but. Les crimes entre frères ne sont pas interdits s’ils sont faits dans l’intérêt de l’église nous ont appris les papes précédents, ou je me trompe ? Rien ne sort de la bouche d’un homme politique ou d’un religieux à ce niveau de pouvoir sans que tout cela soit pesé et soupesé bien des fois et sous le contrôle de plusieurs paires d’yeux. Pourquoi ce synode serait-il différent des autres, on n’y a dit que ce que l’église voulait qu’on entende…

Amen !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com