Log In

Le fantasme africain…

Le fantasme africain...

Je vous ai déjà dit tout le bien que je pense de l’Afrique, ce continent gigantesque qui est un des poumons du globe terrestre et qui lui permet encore de rêver de croissance et d’expansion, tellement ses richesses sont innombrables. Mais, comme c’est le cas de tous les pays où la misère est aussi prégnante qu’organisée par les riches que nous sommes, la population est prise en étau entre le bonheur consumériste apparent que nous lui montrons et son indigence financière pour tenter de la satisfaire. Ceci entraîne des comportements extrêmes qui vont de la corruption la plus débridée, que nous entretenons avec discrétion, à la prostitution la plus ravageuse dont nous tirons un plaisir malsain.

Il n’y a pas d’hôtel en Afrique qui ne puisse être accusé de proxénétisme hôtelier. Pas un. Il vous reste les chambres d’hôtes ou les logements assurés par tous les moyens alternatifs à l’hôtellerie traditionnelle. Les halls d’hôtel se garnissent d’étalage de jambes et de seins dont il n’apparait que ce qu’il faut pour attirer le chaland. Ces femmes sont la plupart du temps jeunes, au moins mignonnes et souvent belles, savamment habillées de peu de tissu et de beaucoup de peau apparente. La couleur de leur peau est exotique pour nous, les blancs, mais luisante et profonde parfois ou alors claire et chocolatée, mais cette peau est toujours ou souvent source de fantasme chez le commun des Européens. Surtout, et c’est là que réside le fond du problème, aux dires d’un de mes amis, blanc marié à une Africaine et résidant en Afrique depuis bientôt cinquante ans, quand tu touches à une Africaine, tu ne peux plus rêver de qui que ce soit d’autre. Est-ce la raison pour laquelle les Français et autres nationalités des pays du nord reviennent systématiquement dans ce continent exotique et érotique ? L’Afrique est un continent majeur où tout est excessif, ou on l’adore ou on le hait. Il ne peut y avoir de demi-mesure dans cet environnement qui se veut extrême dans beaucoup de domaines, tant dans celui des richesses en matières premières que dans les passions qui animent ses habitants. La prostitution est un moyen de survie pour des familles entières. Il n’est pas rare de voir des jeunes femmes, chrétiennes et musulmanes pratiquantes, louer leurs corps en toute connaissance de cause, et pour nourrir leur famille qui, ici, prend une autre dimension que chez nous où la famille en tant que telle n’est plus depuis déjà quelques temps. Encore une fois, le remède ou la solution à un problème si l’on veut vraiment s’en débarrasser demande une analyse réelle de ses causes primordiales. Soigner les effets d’un mal de tête avec de l’aspirine est stupide si nous ne recherchons pas la ou les raisons de leur naissance. Il en est de même de la prostitution, le remède apparent de la misère n’en est que le placebo qui nous donne bonne conscience en profitant d’un système pernicieux, esclavagiste et malhonnête.

Il ne suffit pas de dire que l’argent gagné à vendre, ou plutôt à louer, son corps est la garantie de la survie des familles dont un ou plusieurs membres pratiquent ce commerce de la chair humaine. Il faut remonter aux sources et retrouver les justifications de la pauvreté de tout un continent de plusieurs centaines de millions d’âmes alors qu’il suffit de donner un coup de pied dans une motte de terre pour en voir sortir la fortune, il suffit de jeter un noyau de fruit par la fenêtre en Afrique Centrale pour retrouver le lendemain un arbre tellement le climat y est propice. Même si j’exagère à dessein, l’Afrique c’est cela. C’est aussi la raison de base qui y a attiré, depuis toujours, tous les aventuriers dont les plus malhonnêtes et les plus voyous, regardez du côté de Balkany et des membres de sa bande habituelle, il y en a d’autres, beaucoup d’autres, de droite et de gauche, qui pillent en s’assurant l’impunité par la mise en place de gouvernements et de présidents fantoches et corrompus. Notre avenir provient de ce continent et de l’Amérique du Sud, ce sont les poumons de notre très petit univers, nous devrions les respecter, nous devrions les protéger, ils contiennent encore les remèdes à tous nos maux, nous ne devons pas nous en priver par avidité, par cupidité et surtout par stupidité. Je n’écris pas cela pour donner des leçons à qui que ce soit, chacun fait ce qu’il veut en toute responsabilité, user des services d’une prostituée ou vendre des bonnets de laine à des clients africains, même avec élégance et discrétion, sont des actions qui déterminent qui nous sommes vraiment et il n’y a pas pire juge que soi-même dans le tréfonds de nos cœurs. Le monde est ce que nous en avons fait et ce que nous en faisons. Si l’un d’entre nous change, c’est le monde entier qui change, si plusieurs d’entre nous changeons, l’évolution obtenue n’en sera que plus flagrante.

La solution à la misère est simple à trouver et à mettre en place. Mettons le budget de nos actions et recherches à des fins militaires et nous sauverons le monde avec facilité. Les sommes colossales dépensées à détruire sont supérieures à celles nécessaires pour survivre ! Qu’attendons-nous ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com