Log In

Vive la malbouffe !

Vive la malbouffe !

Alors nous connaissions le yaourt qui vous facilite le transit intestinal, un peu comme notre gouvernement de traîtres à leur cause, celle même qui l’a fait élire, le beurre qui renforce votre cœur, en admettant qu’il vous en reste un après tant de misères, nous voilà maintenant avec le yaourt anti cholestérol qui n’est en fait ni anti cholestérol ni quoi que ce soit d’autre hormis un générateur de profits substantiels pour sa marque. Cela va même plus loin, 30 % des consommateurs potentiels sont même « non répondants » à ces produits magiques que sont les phytostérols… Autrement dit c’est encore une fois une arnaque des rois de la malbouffe…

C’est encore un article du « Canard Enchaîné » qui attire l’attention sur ce problème récurrent, que génère notre industrie agroalimentaire plus orientée vers le profit maximal que vers la santé de leurs propres clients. Il est indispensable de réfléchir de plus en plus avant d’acheter un aliment quel qu’il soit. Nous sommes des adeptes du farniente mental, comme de la fainéantise intellectuelle en général, et nous comptons trop sur l’honnêteté de nos fournisseurs de victuailles et, à ce titre, abondons dans le sens que leurs publicités mensongères nous suggèrent en achetant leurs poisons, par la simple démission du travail qui s’ensuivrait si nous devions fabriquer nos propres yaourts nous-mêmes dans le cas d’espèce. Bien entendu, je sais ce que vous allez me dire, « je n’ai pas le temps de faire mes yaourts moi-même, je travaille, je perds entre une et trois heures par jour dans les transports pour me rendre chez mon employeur, comment voulez-vous que je fasse quoi que ce soit à la maison en plus du ménage, des enfants… » Eh oui, je sais bien. Mais que préférez-vous, vous empoisonner vous-même ainsi que votre progéniture, compenser les soucis de santé par des médicaments fabriqués par d’autres voyous de l’industrie pharmaceutique qui vous guérissent, si tant est qu’ils le fassent ce dont je doute, ou trouver un autre moyen de consommer plus propre et peut-être moins ? Alors évidemment, les consommateurs alertés se ruent sur les institutions européennes pour demander la suppression des phytostérols et de la fausse publicité qui nous les fait consommer, mais… L’Europe est entre les mains de ces faiseurs de malbouffe, l’industrie agroalimentaire, des industries pétrolières et pharmaceutiques, des banquiers qui les financent, j’en passe et des pires. Comment espérez-vous que quelque chose change ? Rien ne changera jamais sans votre prise de conscience et votre évolution, positive pour vous et négative pour ces bourreaux en cravate.

Je sais que je suis désagréable en vous responsabilisant toujours et sans cesse, d’ailleurs je n’aurai de cesse que lorsque la mort m’emportera, peut-être demain, peut-être plus tard, qui sait ? Je reviens sur cette responsabilité, celle à laquelle échappe nos gouvernants, elle est nôtre, elle n’appartient qu’à nous. Cette même responsabilité qui n’a plus droit de cité, celle dont on vous débarrasse petit à petit pour mieux vous asservir et vous réduire à l’esclavage insidieux qui consiste à obéir sans réfléchir aux publicités qu’on nous assène à longueur de programmes lobotomisants. Nous n’avons pas le droit de nuire à l’avenir de la santé de nos enfants, tout est lié. Les produits que nous absorbons change nos métabolismes à notre insu et peut-être même à celle de ces apprentis sorciers que sont nos biochimistes et bio généticiens. Je ne suis pas contre le progrès, nouvelle déité de notre époque décadente, je suis contre celui qui nuit aux qualités morales et physiques des hommes, et tous les Dieux savent qu’elles sont nombreuses, variées et bien dissimulées. Il faut changer notre mode de vie, notre consommation, notre vision de l’avenir si nous en avons une, ce dont je doute aussi puisque même nos dirigeants n’en ont aucune. Mes propres enfants furent réfractaires au bon lait qui sortait des pis des vaches, lui préférant celui archi bouilli, aseptisé à outrance et rempli de produits chimiques dont je ne connais même pas le nom. C’est dire que nous n’avons plus le goût des vraies choses. Une enquête aux USA a montré que plus de 35 % des enfants de moins de 8 ans pensaient que le lait était issu des usines et ne savaient pas que les vaches en étaient les sources. Evidemment c’était aux Etats unis mais quand même. Je serai curieux de faire la même étude en France. Non, je ne veux pas retourner à l’âge de pierre, encore que… C’est dire à quel point notre consommation, si éloignée de la nature même qui nous permet de la cultiver et d’en profiter, est génératrice d’autant de misère que de fausse joie…

Comme le disait Marshall Sahlins dont je vous ai déjà parlé, si nous recherchons le bonheur, nos ancêtres n’étaient-ils pas plus heureux que nous ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com