Log In

« Cash Investigation », un journalisme du même nom

"Cash Investigation", un journalisme du même nom

Elise Lucet est une journaliste dont je vous laisse le soin de vous approprier le curriculum vitae, comme beaucoup de femmes elle est courageuse et volontaire. Si nous avions besoin d’une preuve de ce comportement exemplaire, et si rare chez nos journalistes corrompus par leur amour du confort et d’eux-mêmes, il suffisait de regarder l’émission sur France 2 hier soir ; « Cash Investigation ». Sa façon de s’attaquer ne serait-ce qu’au commissaire européen au commerce, 2009-2014, Karel De Gucht, comme à quelques sommités du monde des affaires est tout à son honneur. Voilà un journalisme comme je l’aime, sans ambiguïté, sans marchandage abjecte, bravo.

Bien sûr, sur le fond, nous savions que la Chine faisait travailler ses enfants, nous savions aussi que ses horaires de travail sont ceux que Pierre Gattaz rêve d’imposer aux salariés français, c’est-à-dire 12 à 13 heures par jour, avec deux jours de congé par mois et, comble du luxe, 2 jours fériés par an, payées 150 € par mois. Si ça ce n’est pas de la compétitivité, je n’y comprends plus rien. C’est contre ça que nous devons nous battre, le nivellement par le bas des forces vives de notre planète, asservies au profit toujours plus gros de nos esclavagistes riches et opulents. Que des gens meurent au Congo dans des mines qui fournissent ce que nos téléphones ont besoin, que des enfants se tuent à des tâches que nous ne donnerions même pas à des adultes, quoi de plus normal pour ces « grands managers » qui refusent de répondre aux questions d’une journaliste qui ne fait rien de plus que son travail. Quand Samsung offre les billets et les séjours à un millier de journalistes qui viennent du monde entier pour le lancement d’un de leurs produits maudit, comment voulez-vous qu’ils en disent du mal, en plus on leur offre au moins un par personne, que demander de plus ? Oui, nous sommes à la merci de ces personnes avides et cupides qui tiennent nos vies et nos gouvernements au collet et serrent de plus en plus fort au fur et à mesure de nos prises de conscience de leurs méfaits, de leur iniquité, de leur malhonnêteté, de leur totale absence d’éthique et de respect de soi et des autres. En fait, nous savions tout cela mais maintenant que la lucarne magique a projeté face à nos yeux esbaudis l’abjection de ces conduites proprement inhumaines, nous ne pouvons plus faire mine de ne pas savoir. C’est comme si nous les mettions nous-mêmes au travail, que les réduisions nous-mêmes à l’esclavage, ces gosses, ces mineurs de fond qui meurent quotidiennement pour que nos égo enflent en montrant notre dernier téléphone ou tablette ou je ne sais quelle stupide outils de gloire sociale. Et c’est ce qui se passe, nous sommes des criminels, nous sommes des voyous, nous sommes responsables et nous sommes donc coupables. Au contraire de ces politiciens qui inventèrent le concept de responsabilité sans culpabilité après avoir assassiné des milliers de personnes par injection de sang contaminé. Oui, nous sommes responsables et coupables. Rendez-vous compte qu’une ville est sacrifiée par la Chine, avec tous ses habitants, tous ses enfants et adultes qui n’ont comme but dans leur vie de survivre au cancer qui leur tombera dessus un jour ou l’autre. Mais ce n’est pas grave, ils sont Chinois, ils ne sont que cinq millions et ils sont loin de nous, n’est-ce pas ?

Mais il existe des solutions, tout espoir n’est pas perdu. Il n’existe pas de problème qui n’ait sa ou ses solutions. Elle est simple, refusons de consommer stupidement, refusons de placer notre ego à une place de choix qu’il ne mérite pas et qui nous fait prendre de mauvaises décisions. Nous n’avons pas besoin du dernier portable pour prouver que nous sommes des gens biens, des personnes qui ont réussi, des hommes et femmes modèles. Nous sommes des gens bien sans tout cela, nous avons des cœurs débordant d’amour pour nos prochains, c’est d’ailleurs notre générosité qui fait le succès, en ces périodes de fin d’année, des quêtes organisées sur les voies publiques ou sur nos écrans de télévision. Même si certains disent que nous nous achetons à bon compte une bonne conscience, il n’en est pas moins vrai que nous donnons, que nous partageons le peu que nous avons. Nous ne sommes pas ce que les publicitaires rêvent de nous voir devenir, des êtres égoïstes et méchants, et même si nous étions tout cela, nous avons le pouvoir de nous améliorer, de progresser dans l’échelle des sentiments et dans le respect des autres, et donc de soi en premier lieu. Quand nous voyons le triste spectacle de négociations où tout le monde parle mais où personne ne s’écoute autour d’une Ségolène tout acquise à sa carrière avec le barrage de Sivens en ligne de mire. Quand nous lisons la volonté pugnace de Valls à réaliser l’aéroport inutile et coûteux de Notre Dame des Landes. Nous pourrions être tentés par le désespoir, assaillis par la mauvaise conscience et une honte coupable. Mais nous avons la solution, la solution c’est nous. Pour en finir avec cette émission sur les téléphones mobiles, n’en achetez plus tant que le vôtre fonctionne et vous verrez la panique. Ne dites pas si je suis seul à le faire cela ne changera rien, c’est faux, notre influence est beaucoup plus grande que vous ne le pensez. Chacun d’entre nous change le monde à chaque fois qu’il prend une décision qui vise à le protéger, à l’aider à survivre comme à le détruire. Je change, le monde change, vous changez, le monde change. Votre influence dans votre milieu est plus grande que vous ne l’imaginez, il suffit de parler, d’échanger avec les autres et de faire passer vos idées. Même si vous n’arrivez pas à convaincre des milliers de personnes, ce n’est pas grave, une seule suffit, que ce soit votre enfant, votre conjoint, votre voisin, votre ami, peu importe, si vous le faites d’autres le feront aussi tôt ou tard.

L’espoir est en nous, rien qu’en nous. Ne comptons plus sur les autres et en particulier nos politiciens pour améliorer nos sorts, si nous ne le faisons pas nous-mêmes personne ne le fera à nos places. Nous n’avons pas les mêmes intérêts et donc seule notre reprise en main de nos vies pourra lui redonner du sens.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com