Log In

Hollande, Juncker… Même combat !

Hollande, Juncker... Même combat !

Quand un homme ou une femme politique nous parle quel est le crédit que nous devons apporter ou donner à ses paroles ? Y a-t-il un moment où ces gens de pouvoir se reposent, cessent de mentir ne serait-ce qu’un moment afin de recharger leurs batteries, de regonfler leurs cages thoraciques avant de reprendre la litanie triste et sombre de leurs mensonges et de leurs attaques assassines contre les leurs ? Eh bien non, ils ne se reposent jamais et je ne serais pas étonné s’il s’avérait que l’un d’entre eux reconnaisse qu’il ne peut dormir qu’avec les yeux ouverts. C’est le prix à payer pour la trahison et le mensonge permanent.

Accablés par les demandes incessantes faites à leur mémoire pour ne pas se tromper dans les propos qui se suivent et s’enchevêtrent avec des interlocuteurs différents passant du journaliste au confrère pour passer ensuite à des chômeurs (pas souvent) et des chefs d’entreprise (beaucoup plus souvent), leurs nerfs sont soumis à rude épreuve. Il est étonnant que certains d’entre eux résistent si longtemps lorsque nous voyons l’âge de certains élus et en particulier chez nos sénateurs. Comment peuvent-ils résister toute une vie. J’ai bien une idée mais je n’ose la dire… Alors oui mais juste pour vous faire plaisir… En fait, ils ne font rien, nos hommes et femmes politiques ne font rien du tout. Tout le boulot est fait par les fonctionnaires subalternes, des gratte-papiers, des ronds de cuir dirait Courteline. Sinon, comment une ministre de la culture aurait le temps d'aller visiter le chantier du Louvre d’Abu Dhabi ? Comment notre président aurait le temps d’aller inaugurer tant de manifestations, qu’elles soient guerrières ou pas ? Comment tous nos ministres, le premier aussi, trouvent-ils le moyen d’être tous les jours devant les caméras de télévision, devant tous les micros des journaleux qui passent leur temps à cirer des chaussures de qualité payées par les deniers du peuple. Alors quand Juncker, ancien premier ministre du Luxembourg au moment de la fraude fiscale proposée et acceptée par plus de 300 groupes multinationaux, nous dit qu’il va tout faire pour nous sauver de la fraude fiscale… Je doute un peu… Je doute même beaucoup… En fait, je ne le crois pas du tout ! De sa réponse aux attaques dont il a été la cible il est facile de tirer au moins deux conclusions qui lui sont toutes deux défavorables.

  1. Il dit la vérité et n’était au courant de rien concernant l’organisation parfaite d’une évasion fiscale mise sous le contrôle de l’état luxembourgeois et il apporte la preuve de sa parfaite inutilité. Si le chef d’un gouvernement ne se préoccupe pas de ce type de contrats, d’une valeur totale de plusieurs centaines de milliards d’euros, alors même qu’il est entouré de conseillers issus du milieu bancaire dans un pays de banquiers, c’est qu’il est non seulement inutile mais aussi nuisible.
  2. Il dit un nouveau mensonge et, dans ce cas, il apparait encore plus capable de nuisances et de malversations. Pire encore, s’il ment sur le passé, comment peut-on lui faire confiance sur le futur, comment peut-il espérer être crédible ? Ou alors peut-être prend-il les Européens dans leur ensemble pour des décérébrés, des abrutis, des lobotomisés ? Et là il rejoindrait, en suivant ce point de vue, l’ensemble des noblesses d’état qui garnissent les assemblées, les ministères, les présidences de tous les états d’Europe.

Dans un cas comme dans l’autre, nous sommes les dindons de la farce, mais, si je puis m’exprimer, je préfère un dindon rebelle plutôt qu’un dindon lobotomisé. Non seulement ils ne font rien mais même en admettant qu’ils aient vraiment du travail, je me demande lequel est-ce car au regard des résultats, ce serait mieux s’ils ne travaillaient pas. D’ailleurs la Belgique nous donne un excellent exemple de fonctionnement sans gouvernement. C’était presque mieux sans eux qu’avec…

Alors voilà où nous en sommes, un président de commission européenne qui ment comme un arracheur de dents et un collège de commissaires tous aussi tricheurs et menteurs que lui, j’en veux pour preuve la présence de Moscovici dans cette équipe de bras cassés. Des présidents et des premiers ministres qui mentent sans arrêt, pour la France l’exemple donné par le traitement de l’affaire de la mort du jeune Rémi Fraisse en est encore un flagrant à la lecture des rapports des gendarmes rapportés par Médiapart. Des représentants du peuple qui ne représentent qu’eux-mêmes et donc nous mentent derechef… Mais que nous reste-t-il de nos institutions, de nos personnels administratifs et politiques ? Que du vent, des mensonges et des trahisons…

Jusqu’où s’arrêteront-ils ? Comme disait Coluche…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com