Log In

Editôt ou éditard… (125)

Editôt ou éditard... (125)

Depuis le début de la communication des pièces, « empruntées » par Edward Snowden à l’administration américaine, nous avons appris que nos conversations les plus intimes, nos recherches les plus personnelles ou même professionnelles sont fouillées, analysées et archivées par l’agence machiavélique NSA de nos alliés ou prétendus comme tels, nos voisins transatlantiques, les étasuniens. La question majeure que nous devrions nous poser est « pourquoi » tant de « curiosité malsaine ». Quelles sont les motivations de nos « amis » d’en face, ces gens capables de faire la guerre uniquement par intérêt économique ? Quelle confiance méritent-ils ? Pour ma part, aucune !

Si nous essayons de comprendre les raisons de ce comportement pour le moins schizophrénique avec d’un côté le visage doux et généreux des libérateurs de la seconde guerre mondiale et celui hideux du mensonge des armes de destruction massive de Saddam Hussein, pour récupérer des contrats de pétrole à bon compte et le certitude d’un Moyen Orient incapable de survivre en paix, nous sommes au moins perplexes, dans tous les cas incrédules et souvent horrifiés. Comme à l’accoutumée nos journalistes dénoncent timidement ces faits sans jamais se poser les bonnes questions, celles qui touchent à la paranoïa des étasuniens, généralisée, où seuls les intellectuels et une minorité d’activistes et militants ont pris la vraie dimension de la maladie développée par tous les présidents, qu’ils soient démocrates ou républicains, de cet empire en cours de déliquescence aigüe.

Nous sommes jaloux de la croissance américaine mais que cache-t-elle lorsque le constat que nous faisons est que ce peuple est à la fois un mélange d’inculture globalisée, de violence exacerbée et de suffisance teintée d’arrogance odieuse. Parce que là aussi tout est lié, l’économie, la paranoïa, et ses tristes conséquences. Notre vue parcellaire, tronquée et truquée par les médias à la solde des politiciens menteurs et corrompus, ne peut nous délivrer le message subliminal qu’elle voit sans regarder ou qu’elle regarde sans voir. Il faut regarder l’ensemble des événements, la somme des actions menées pour avoir une petite idée de ce qui se cache derrière. La machine à billets sans valeur qui appartient au patron de la réserve fédérale et à la disposition des patrons étasuniens du monde occidental tourne à tout rompre pour permettre aux habitants de cette contrée de consommer à s’en faire éclater leurs cervelles qu’ils ont minuscules.

Vous pensez que tous les Américains ne sont pas tous identiques et que j’ai tort de généraliser, certes. Mais malheureusement, si vous faites l’étude vous-même des mœurs de nos « alliés » par l’entremise d’interviews réalisées auprès de toutes les couches sociales et de tous les milieux, le point commun des réponses reposent principalement sur la grandeur de leur pays, le fait que ce soit le seul pays puissant et libéral du monde où la démocratie est la plus majestueuse. Évidemment, c’est faux. Le rêve américain n’est justement qu’un rêve. Ce n’est pas la liberté d’entreprendre qui est la meilleure caractéristique de la Liberté elle-même. C’en est une toute petite partie et certainement pas la plus belle et la plus généreuse. Ce n’est pas la liberté de s’armer à en effrayer le commun des mortels, en mémoire des explorateurs de la première époque de cette terre qui appartenait à des Indiens que l’on a massacré au nom de la chrétienté et de l’enrichissement, qui est la vraie image de la Liberté, qui, elle, n’a pas besoin d’arme pour exister.

Alors quelles sont les réponses que nous pouvons fournir au questionnement du début de cet article trop court pour vraiment entamer une recherche approfondie qui serait nécessaire ? Je ne vois qu’une seule raison qui se détache de toutes les autres qui en sont des conséquences, c’est la peur. Notre « ami et allié » américain a peur. Ils tremblent de voir les autres les dépasser, les prendre de vitesse, les supplanter dans tous les domaines où ils croient exceller, où ils se sentent si supérieurs à leurs voisins terriens. Que ce soient les Chinois, les Indiens, pas ceux que les pionniers ont passé par les armes pour leur voler leur terre mais ceux qui habitent l’Inde, les Européens, nous aurions été capables de remplacer les ricains à la première place si et seulement si… ceux-ci n’avaient pas gangréné nos administrations de leurs espions, n’avaient pas corrompus des traîtres à leurs patries et n’écoutaient en permanence nos politiciens et hommes d’affaire de toute façon acquis à leur cause mais dont ils se méfient tout de même.

Pourquoi un géant aurait-il peur de plus petits que lui ? Tout simplement parce que dans notre univers tout est cycle, naissance, développement et mort. La lutte contre le fonctionnement cyclique de la nature prend toute notre énergie et tout notre temps. C’est surtout la peur de la mort qui nous motive le plus et les USA en tout premier lieu. Ils craignent de ne plus avoir le rôle qu’ils se sont accordés eux-mêmes en fonction de leur économie sous transfusion en continu depuis des décennies. Ils savent qu’ils sont en faillite selon leurs propres règles économiques, celles qu’ils ont imposées au monde et qui l’ont mené dans le mur vers lequel il se précipite en accélérant de plus en plus. Ils ont peur, ils font dans leurs dessous et c’est ce qui nous vaut leur arrogance qui tente de cacher les tremblements générés par leur effroi de se regarder dans un miroir pour y constater qu’ils sont transparents, vides et dangereux. Ils ne veulent pas admettre que leur American Way of Death est la source de toutes les malédictions qui tombent sur la tête des consommateurs qui les ont suivis sur cet itinéraire qui n’est qu’une voie sans issue. Ils ont peur et cela les rend très dangereux, très très dangereux, trop dangereux.

Pour soigner la paranoïa des étasuniens je vous propose d’organiser le « Paranothon », nous allons rassembler des fonds pour envoyer les grands manipulateurs d’outre-Atlantique dans l’espace, le plus loin possible, loin, très loin. Pour nous débarrasser des plus liberticides d’entre nous, donnez !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com