Log In

« LA » Chronique du week-end… (123)

"LA" Chronique du week-end... (123)

Il est étonnant de constater que des gens, réputés sérieux et intelligents, aient autant de mal à se mettre d’accord pour se faire du bien. C’est une fois de plus le constat, triste et finalement assez schizophrène des pays qui débattaient du climat à Lima au Pérou. Cette ambivalence de nos représentants tient plus à leur soutien à des politiques productivistes et libérales qu’à de véritables réflexions sur le monde que nous voulons avoir, et encore moins sur celui que nous souhaitons rendre à nos enfants qui regrettent certainement de nous l’avoir confié sans le savoir. Car ne l’oublions pas, la terre ne nous appartient pas, elle nous a été prêtée par les générations futures…

Mais ce n’est pas tout. Le pire est à venir quand on voit que l’alerte donnée par un « voleur » de données et d’informations s’est changée d’une accusation qui mettait en cause un voleur d’Etat en une inculpation à son encontre. Bien sûr que le détournement de documents ou de dossiers de leur véritable but, celui d’archiver des décisions étatiques absolument iniques et malhonnêtes est lui-aussi basé sur un manque d’éthique, évidemment. Mais quel moyen avons-nous de nous défendre contre ces bandits de grands chemins que sont les multinationales et les corrompus qui leur obéissent au doigt et à l’œil comme Juncker, le président de la commission européenne, le tout en minuscules comme le voyou qu’il est. La question qui se pose toujours lorsque ce type d’événement survient repose sur la morale, l’éthique, l’honnêteté intellectuelle, que des mots que nos politiciens ne comprennent pas et qu’ils méprisent tout comme les peuples qui les nourrissent. Est-ce que nous avons le droit d’utiliser des méthodes non éthiques pour corriger les pilleurs que sont nos élus et hauts fonctionnaires ? Là est la question !

Plusieurs problèmes naissent automatiquement dès le début de ce questionnement. Premièrement, les lois et les règles sont faites par des tricheurs et des gangsters qui savent comment les contourner et s’en protéger. Ensuite, la justice ne fait qu’entériner le fait que les avocats du peuple ont forcément moins de réussite que les avocats des riches et des puissants, qu’ils soient politiciens ou personnages politiques, pour la bonne et simple raison que ceux des nantis connaissent mieux les juges que le droit et que cela suffit à geler ou à gagner des causes qui moralement devraient être perdues. Enfin un autre point mais pas l’ultime, le temps joue toujours en faveur du nanti et jamais, absolument jamais, au profit des faibles et des pauvres, jamais. Le temps est relatif dans ce domaine aussi, ce qui vient confirmer l’approche d’Einstein et de sa théorie qui s’occupait surtout de physique mais qui, nous le voyons ici, tient lieu de théorie universelle dans l’avantage de ceux qui tiennent déjà le haut du pavé.

Ce même temps qui fait que la bourse de New York, qui s’est bien « ramassée » cette semaine et c’est bien fait pour elle et ceux qui y ont perdu de l’argent, fera toujours moins de mal aux riches qu’aux pauvres du fait même que les riches ne jouent pas avec des sommes dont ils risquent d’avoir besoin contrairement aux joueurs plus modestes. Les riches ont le temps, ils peuvent tenir leurs positions et faire que les pertes envisageables ne soient finalement qu’un retard de leurs gains futurs. C’est aussi le temps qui fait que les puissants et les nantis craignent moins les affres des changements climatiques car ils savent qu’ils trouveront bien un endroit à l’abri des plus grandes catastrophes dont les « sans dents » ne pourront pas se protéger. Ils auront le temps et le choix des lieux et des moments. Je prie pour que toutes les bourses s’effondrent et ruinent tous ceux qui jouent impunément de l’argent qui ne devrait être qu’un outil à produire du bonheur pour tous et non pas à une oligarchie toujours insatisfaite et insatiable.

Nous ne résoudrons nos problèmes de pollution que lorsqu’il sera trop tard, l’être humain est incapable de mettre son égoïsme de côté, de se passer de leur petit confort stupide et sans aucun sens commun, d’enfin chercher la réelle définition de la solidarité humaine entre voisins d’une planète si petite, terriblement insignifiante au regard de l’infinité de l’univers. Comment les êtres humains peuvent-ils penser qu’ils sont si importants alors qu’ils n’existent pas ou si peu dans la magnificence de tout ce qui les entoure et dont nous ne connaissons rien ? Les hommes sont vains et leur haute opinion d’eux-mêmes ne fait que les aveugler encore un peu plus. Comment des êtres peuvent-ils être capables de faire autant de grandes choses et d’autres parfaitement minables, viles et non éthiques ? Là est une autre question importante. Lorsque je suis en colère je me mets à penser que la seule espèce au monde qui mérite l’éradication est l’espèce humaine alors que c’est elle qui martyrise et détruit tout ce qu’elle touche…

Mais vous commencez à me connaître, je suis excessif, mais parfois notre imbécilité mériterait une bonne correction et ma seule crainte est qu’elle n’arrive sans qu’on y soit préparé.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com