Log In

Vote pour la Palestine… Mais vote pour rien…

Vote pour la Palestine... Mais vote pour rien...

De façon tout à fait symbolique l’assemblée nationale française a reconnu l’existence d’un état palestinien. Rien de courageux à cela et bien sûr aucun engagement de notre gouvernement à confirmer dans les faits la volonté des représentants du peuple… (sic). N’oublions pas que 135 états ont déjà fait cette même démarche mais l’ont porté jusqu’au bout, pour l’immense majorité d’entre eux, par une reconnaissance officielle. Nous, nous n’en sommes pas là… Le temps que Fabius et ses coreligionnaires convainquent notre autre pays du fromage à ne pas le faire et on restera ainsi pour des décennies… Les courageux ne répondent pas à l’appel de la politique française, n’est-ce pas ?

Cela ne me dérange pas que chacun ait sa religion tant que celle-ci reste confinée à leur intimité personnelle et familiale. Lorsque la religion devient une doctrine politique le danger est né. Que des membres du gouvernement soient de confession juive n’est pas répréhensible, tout autant que les autres confessions, musulmanes, chrétiennes, ou même athée. Mais dès lors que la religion que l’on pratique ou non, nous oblige à des prises de position contraire aux volontés du peuple que ces gens sont censés représenter, il y a souci, vrai souci, intolérable souci. Nous ne devons pas, en tant qu’état, prendre des décisions qui ne soient pas relatives à la séparation, officielle depuis plus d’un siècle, de la religion d’avec l’état en question. Quelle que soit la religion, nous vivons dans une république, certes bananière, mais laïque avant tout. Notre politique nationale n’est dictée que par l’intérêt du peuple qui vit dans nos limites territoriales reconnues de tous et que nous devons protéger.

138 pays ont voté à l’ONU, en 2012, pour que la Palestine devienne un observateur, cela ne leur confère pas de droit de vote ni la possibilité de présenter une proposition de résolution mais les Palestiniens sont témoins de ce que l’ONU fait en permanence. Sur les 193 états membres du grand machin que nous appelons l’ONU, 70 % d’entre eux ont reconnu l’état palestinien, soit 135. La volonté démocratique de la France, dont je confirme une nouvelle fois qu’elle est, en tant que pays, celui qui établit et rendit célèbres les Droits de l’Homme et du Citoyen, n’est pas franchement en avance sur son temps… Nous ne faisons que faire admettre une réalité par une assemblée sans pouvoir qui ne fait qu’exercer un vœu pieu. Nous aurions dû être les premiers à reconnaître l’état palestinien, sans attendre qui que ce soit ou quoi que ce soit. Mais la politique ne prend en compte que les problèmes économiques et stratégiques, qui sont eux-mêmes soumis à la puissance de nos alliés qui nous manipulent par la menace, leur violence exacerbée et volontaire.

Que la Shoah ait été la raison pour laquelle, pour se débarrasser du problème de conscience posé par la seconde guerre mondiale, l’état israélien fut créé est devenu un remède pire que le mal. En effet, il ne fut pas, dans le même temps, créé un état palestinien dont le peuple de religion musulmane, à qui l’on retirait une terre qu’ils partageaient avec les palestiniens de religion juive. Car, à bien y regarder, la Palestine était habitée par des personnes qui pratiquaient ces deux religions entre autres. Pourquoi avoir donné aux uns ce dont on privait les autres. On aurait effectivement dû faire un état palestinien juif, un état palestinien musulman et un dernier chrétien. Ceci aurait permis dans un premier temps de contenter tout le monde et ensuite de permettre ces peuples qui vivaient déjà ensemble à continuer. Mon idée me parait à peu près bonne dans le sens qu’on aurait eu trois états palestiniens qui auraient même pu partager leurs noms avec des différences minimes au sujet de leurs aspirations religieuses.

Ce qui est étrange est que personne n’y ait pensé ou plutôt que personne ne voulait que cela soit. Créer un état d’Israël, dont la constitution contient son adhésion totale en termes de religion d’état au Judaïsme, sans en créer d’autres avec d’autres types d’adhésions religieuses était inéquitable alors qu’ils peuplaient le même territoire depuis des millénaires. La dernière et meilleure solution était de faire un état qui reprenait l’ensemble des peuples habitant la Palestine et de leur donner l’opportunité de créer un nouveau type de fédéralisme, sur base religieuse en lieu et place d’une base territoriale. C’est original comme idée mais pourquoi nous empêchons-nous de laisser libre cours à nos imaginations. Ce n’est pas parce que les choses auxquelles nous pensons n’existent pas encore qu’elles n’existeront jamais ? Et là nous touchons du doigt le seul vrai problème de nos sociétés, nous ne voulons prendre aucun risque et n’appliquer que des concepts que nous connaissons depuis longtemps, même s’ils ne produisent que des conséquences néfastes.

Alors, le problème palestinien, malgré la grande finesse, inutile mais quand même, de nos députés, ne sera pas réglé de sitôt. C’est injuste pour eux, c’est même intolérable mais c’est comme ça que les pays riches et repus règlent les problèmes du monde, non ? En défendant uniquement leurs propres intérêts !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com