Log In

A tribord toute… A droite quoi…

A tribord toute... A droite quoi...

Rien n’est simple de nos jours. J’ai pour habitude de dire que la seule façon que les hommes avaient de prouver leur intelligence reposait sur la complication qu’ils ajoutaient à tous leurs projets. En mettant des problèmes partout, le fait de tenter de les résoudre apportait la preuve de leur grande intelligence. A l’inverse de cette stratégie mortifère, je préconise de prouver notre compétence et notre capacité intellectuelle en simplifiant tout, en regardant les problèmes existants, non pas par le petit bout de la lorgnette qui ne voit que des spécialités qui obstruent la vision tout en ne montrant que très peu, mais bien par le regard qui englobe tout, le tout qui donne cohérence aux événements comme à nos comportements. Pour être clair, reculez un peu, éloignez-vous de l’arbre et vous constaterez que vous verrez la forêt qu’il vous cachait.

Il en va ainsi de toutes choses. Plus on est dedans moins on en voit la sortie, plus nous prenons de recul, et plus nous trouvons que, finalement, tout n’est pas si compliqué, la clarté prenant la place réservée jusque-là aux détails sans signification lorsqu’ils sont sortis de leur contexte. Donc, si nous prenons un peu nos distances par rapport aux tristes faits qui émaillèrent la semaine passée, nous nous apercevrons que ce n’est ni la liberté d’expression ni les discours sécuritaires qui sont les plus importants. Il en va du traitement de ces soucis comme de la médecine dont je vous parlais récemment, pour ne plus souffrir, il ne faut pas soigner les symptômes mais bien les causes du mal. Or tous les propos tenus ci et là par nos représentants ne vont pas dans ce sens. On parle de changer les prisons, d’éventuellement les privatiser, de ne plus mélanger dans les cours de promenade ou dans les cellules des musulmans « modérés » avec des musulmans « radicaux », enfin tout un panel de solutions qui n’en sont pas et qui cachent la volonté des politiques à esquiver les vraies causes de la déliquescence de notre société.

Comment des socialistes peuvent imaginer privatiser des prisons ? Cela est un mystère pour moi. L’attachement marqué à la droitisation de ce gouvernement n’a jamais été aussi fort et les discours sécuritaires aidant, cela ne va pas s’arranger. Marine Le Pen va devenir une ringarde de la droite molle si le PS passe à la place de l’UMP et cette même formation sous la direction du Sarkozy, glissant vers la droite pour apparaître plus agressive et réactionnaire, prendra la place du FN. C’est la marche en avant de la dictature naissante et de la fin proche de la démocratie, si tant est qu’elle n’ait jamais réellement et profondément existée. Comme à l’accoutumée le fait de prendre des aspirines pour négocier la fin de maux de tête ne résoudra pas ce qui les a générés. Or nous voyons bien que c’est dans cette direction qui nous mène droit dans le mur depuis une cinquantaine d’années que nous allons en accélérant le plus possible. Je sais ce que vous allez me dire ; « puisque vous êtes si malin, avez-vous une solution ? » Eh bien, oui !

Comment se fait-il que je puisse avoir une solution alors que des « spécialistes », des « experts », des « professeurs », des « consultants » (en un seul mot bien que…) n’en aient pas trouvé ? Très simple, tout le monde pourrait le faire, il suffit de réfléchir et de s’empêcher d’utiliser tout ce que nous avons fait et tenté jusque-là et qui n’a jamais marché… Pas compliqué comme vous pouvez le voir. Si vous pensez simplement, avec beaucoup plus de bon sens et beaucoup moins de préjugés, les solutions possibles viendront d’elles-mêmes. Mais je vous donne la mienne ou les miennes car il y en a plusieurs possibles. Tout d’abord, remettre l’égalité en œuvre dans toute notre société, dans tous les domaines, politiques, économiques, sociaux, judiciaires, etc. Tous les domaines y compris les avantages auxquels nous sommes habitués et qui ont été transformés au fil du temps en autant de prébendes communautaristes, par exemple un seul régime de retraite pour tous les habitants de notre pays, tout le monde prend sa retraite au même âge et paie les mêmes cotisations, fonctionnaires, politiciens, employés des grandes sociétés privées comme nationales. Tout le monde sera au même régime de sécurité sociale et de retraite. Comment l’égalité peut-elle régner si chacun a ses petits avantages, ses petites faveurs électoralistes ?

Là encore je sais ce que vous vous dites, « ce type est fou »… Vous avez raison de le dire, mais je tiens à vous signaler que ce sont dans les pays les plus égalitaires que les problèmes sociaux, la criminalité, la santé, la longévité, les liens communautaires et le respect des citoyens entre eux sont les meilleurs. Alors pourquoi ne pas essayer ? Je vous avais conseillé il y a quelques temps de lire « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous » de Richard Wilkinson et Kate Pickett, vous ne l’avez pas fait ? Voilà pourquoi vous ne me comprenez pas, lisez-le et on en parlera ensuite. Une autre voie est celle que Hollande a su éviter jusqu’à maintenant pour des raisons électoralistes comme d’habitude. C’est la refonte complète de la fiscalité, autre outil de l’égalité. Alors ne me dites pas que ce n’est pas possible, dites-moi plutôt que les bonnes places doivent rester toujours aux mêmes, et souvent à ceux qui les méritent le moins. Ceux qui nous mentent sans vergogne depuis des décennies et que nous faisons mine de croire pour éviter de prendre nos responsabilités.

Nous sommes lâches, que voulez-vous que je vous dise ? Mais nous pouvons changer, nous devons changer, si nous ne le faisons pas pour nous, faisons-le au moins pour nos enfants.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com