Log In

Ahhh ! L’Afrique…

Ahhh ! L'Afrique...

Je suis encore en Afrique centrale pour les deux prochains jours, je vais la quitter pour l’Afrique australe et même l’Océan Indien. J’ai de la chance. Beaucoup de chance. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’Afrique est un continent qui, à lui seul, peut laisser croire au monde que son avenir n’est pas complètement sombre, voire inexistant, et de s’apercevoir de cela est une chance pour moi, pour nous. Mais je ne suis pas le seul à penser ainsi et ceux qui partagent le mieux mon point de vue sont ceux-là mêmes qui sont en train de détruire ce continent absolument merveilleux. De le détruire et de se l’approprier au détriment de ses peuples et avec la complicité des organes politiques corrompus locaux à la solde de ceux qui les paient généreusement.

Le Continent africain, qui possède à lui seul un quart des terres fertiles mondiales, concentre 41 % des transactions foncières, sur un nombre total de 1515 transactions à travers le monde, selon un récent rapport de l’ONG Action Aid International, datant de fin mai 2014. Depuis l’an 2000, plus de 1600 transactions de grande échelle ont été documentées, soit une superficie totale de 60 millions d’hectares a avancé l’ONG qui a précisé qu’aussi, « il est probable que bon nombre d’acquisitions de moyenne ou grande envergure demeurent à ce jour ni documentées, ni quantifiées ». Nous avons ici la preuve du mépris dont les pays riches et industrialisés font preuve à l’égard des pays du tiers monde. Ce ne sont pas des pays en voie de développement mais bien des pays en voie de sous-développement rapide et intégral organisé par nous, les nantis. Non seulement nous les spolions de leurs matières premières à bon compte, en plus nous les pillons en leur facturant des intérêts mortifères sur des prêts qui n'ont jamais servis à la sauvegarde des peuples et qui n’ont même pas quitté les coffres de nos banques de la Françafrique sur nos beaux boulevards proprets.

Non contents d’acheter à vil prix des terres parmi les plus fertiles du globe, nous exploitons ces mêmes terres pour une agriculture qui n’a rien à voir avec le pays mais seulement à notre fourniture d’agro-carburants. Ceci signifie en clair que ces peuples africains seront voués à des famines à répétition pendant que nous roulerons avec désinvolture dans nos rutilantes voitures, dans nos villes polluées et peuplées de gens lobotomisés. Ce qui leur faut c’est une agriculture vivrière qui les autonomise et leur donne les victuailles de leur survie. Leurs terres ne sont pas cessibles et d’ailleurs la terre appartient-elle vraiment à quelqu’un ? Les pays qui achètent ces terres, les multinationales qui en font autant, ne tiennent aucun compte des déséquilibres qu’ils engendrent tant qu’ils en tirent des profits substantiels. Les élus corrompus des pays d’Afrique vendent sans l’autorisation des vrais propriétaires des terres, les peuples, à des prix ridiculement bas contre quelques millions d’euros sagement déposés dans les paradis fiscaux que nos élus européens font mine de pourchasser, seulement mine car chacun y trouve son compte, vous imaginez bien, n’est-ce pas ?

Il est dramatique de voir à quel point, au lendemain de la commémoration de la libération du camp de concentration d’Auschwitz, nous continuions à envisager avec une belle et tranquille sérénité le génocide de centaines de millions d’êtres humains. Nous reprochons aux nazis d’avoir industrialisé l’extermination d’une communauté religieuse mais que faisons-nous nous-mêmes ? Nous réitérons les mêmes faits sous couvert de notre indépendance énergétique et alimentaire au détriment de ceux qui nous pourvoient de nos besoins, les peuples africains sous prétexte que les noirs sont moins « bien » que les blancs. Sommes-nous si cyniques que cela, sommes-nous pire que les barbares de Charlie Hebdo dont les corps sont à peine ensevelis ? Sommes-nous vraiment capables de tant d’ignominie juste pour sauvegarder notre niveau de confort ? Quand comprendrons-nous que nous devons partager ce que nous avons sur cette petite boule bleue où nous sommes les voisins d’un même immeuble, que dis-je d’un immeuble, du même palier ? Si l’un de nous prend un courant d’air c’est le monde entier qui va s’enrhumer, ne le voyons-nous pas ?

Devrais-je avoir honte d’être blanc, j’aurais aimé être noir pour avoir une véritable raison de vivre à me battre pour changer les choses, à venir manger dans les assiettes bien remplies des blancs, dans leurs beaux restaurants ou dans leurs intérieurs raffinés en comparaison de nos cases de petits noirs. Oui, Nougaro chantait déjà le combat et la nécessité d’être noir pour assouvir le besoin naturel des hommes, aspirer au bonheur et à la Justice. Venez mes frères de couleur, comme disent les gens politiquement correct, venez vous servir chez nous, venez à votre tour piller nos magasins remplis de vos denrées, nos usines pleines à craquer de la main d’œuvre bon marché de vos frères et des matières premières que nous vous avons volées. Est-ce que c’est cela que nous voulons ? Pousser les peuples à la colère et au rejet de tout respect de lui-même et des autres ?

Si c’est cela que nous souhaitons vraiment, réjouissons-nous, nous sommes sur la bonne voie.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com