Log In

C’est fini… On recommence ?

C'est fini... On recommence ?

Les fêtes font désormais partie du passé, nous sommes maintenant au pied du mur de l’an 2015 de notre ère, de notre air et de notre aire. Eh oui nous devons mettre en route notre machine, si tant est qu’elle se soit arrêtée pour ces quelques heures de plaisir superficiel et sans autre intérêt que celui de retrouver ceux que l’on aime. Cette machine correspond effectivement à son temps, à son environnement et à son territoire, c’est la France, un tout petit pays sur une toute petite planète, peuplé par d’irréductibles râleurs plus forts en gueule qu’en courage révolutionnaire qui fit sa réputation. Je me remets en route aussi et pas pour constater les changements que j’espérais l’an dernier mais bien pour voir la continuité de ce que je ne souhaitais pas…

Les vœux du président ? Que voulez-vous en dire ? La méthode de ce Coué qui s’ignore, si j’ose, ne fonctionne pas depuis le début de son séjour dans le sanatorium de l’Elysée, mais il continue avec sa verve habituelle, qui ne trompe plus personne mis à part ses affidés et ses « amis » qui se font prendre les uns après les autres avec les mains dans le pot de confiture de la République qu’ils changent en bananière à chaque fois qu’ils agissent. Certains lui trouvent du courage, de la volonté, mais comme le disait si bien Dalida, « paroles, paroles, paroles ». Du vent, voilà ce que sont les mots, des vibrations et de l’air en déplacement, voilà pourquoi certaines rafraichissent et d’autres réchauffent. Celles de notre président n'ont qu'un intérêt climatologique, malgré l’haleine fétide du mensonge et de la trahison, elles n’aggravent pas le trou de la couche d’ozone, ni n’augmente notre réchauffement climatique et n’apporte aucune inquiétude supplémentaire sur notre vie quotidienne immédiate. Globalement c’était donc moins nocif qu’on aurait pu l’imaginer…

Pendant ce temps la Lituanie est entrée dans le concert des nations victimes de l’euro, c’est le dix-neuvième membre de la zone du même nom. Non, je ne suis pas contre l’Europe, non je ne suis pas contre l’euro contrairement à ce que je vous donne à penser. Encore une fois l’Europe ne peut exister que par ses peuples et donc il s’agit avant tout non pas de faire un peuple unique appelé « européen », mais bien un patchwork de différences qui se marient et se conjuguent, qui s’additionnent, qui se complètent, qui animent une nation qui cultive ses particularités régionales pour mieux les valoriser et les partager. Il s’agit donc d’une association de pays et de peuples qui décident de partager leurs vies et leur avenir, en résumé il s’agit d’une Europe politique dans le sens grec ancien, une Cité cosmopolite et multiculturelle riche de sa multiplicité de couleurs et de valeurs. Sans cette acceptation du partage politique des peuples notre communauté ne sera qu’une association de malfaiteurs où seuls les nantis profitent alors que les autres souffrent. L’euro n’est que le ciment fait par les banquiers autour des prisonniers d’une gestion financière et consumériste de nos vies qui se résument à l’acte de consommer.

Les Lituaniens, après les Estoniens et les Lettons, sont éblouis par l’ouverture d’un marché qui les protège du géant voisin, la Russie, qui leur rappelle de durs souvenirs. Il en sera bientôt de même pour l’Ukraine ou ce qu’il en restera après sa scission en deux parcelles pro et anti russe. Dès que celle-ci sera partie prenante de notre Europe décadente, elle sera membre de l’OTAN, installera des missiles à têtes nucléaires sur son territoire pour menacer, sous les ordres de Washington, un Poutine en souffrance et en manque d’amour comme tout bon dictateur. Enfin nous revoilà dans la croissance par la guerre froide, tant désirée par l’empire américain qui a besoin pour survivre d’ennemis et de sujets d’enrichissement et de développement de sa paranoïa aigüe. Les trois petits pays déjà cités ont déjà fait ces premiers pas qui constituent l’encerclement stratégique de la Russie par des pays « alliés » des étasuniens et qui acceptent leurs armes et leurs troupes par l’entremise discrète mais qui ne trompe personne de l’OTAN qui n’est qu’une succursale mal dissimulée de l’impérialisme américain.

Donc 2015 commence bien pour les guerriers en tout genre, pour les mercenaires et autres marchands d’armes et de munition où notre pays des droits de l’homme excelle parmi les autres grands destructeurs du genre humain. Et pendant ce temps-là des cargos complets, sans équipage et à la dérive, errent sur les mers du petit monde méditerranéen. Cargos que nous avons remplis, nous-mêmes, de gens qui souffrent de quitter un pays qui était jadis un berceau de l’histoire des hommes, où toutes les communautés vivaient en paix avant qu’on leur mette dans le crâne que les autres étaient l’enfer comme le disait un écrivain imbécile que des imbéciles ont cru sur parole. L’enfer n’est pas les autres, il est en chacun de nous, nous sommes des porteurs de germes destructeurs qui chez certains se développent et atteignent leur paroxysme dès lors que la destruction devient totale, alors que chez d’autres ces mêmes germes ne peuvent croître et se multiplier grâce à leur volonté de construction d’un monde moins injuste et plus humain. Ces derniers n’ont pas gagné, comme vous pouvez le constater vous-même.

Donc, tout se passe comme prévu, la haine va continuer à déferler et la paix va se sentir frigorifiée dans ses haillons misérables durant l’hiver interminable d’un monde sans but et sans autre vision de l’avenir que l’accumulation de choses et de billets de banque. Quelle tristesse, dès le 2 janvier… Ça commence très fort… Mais vous n’êtes pas obligés d’acquiescer…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com