Log In

Des veaux… Davos…

Des veaux... Davos...

Bonne nouvelle, notre président, notre autre pays du fromage, est le premier président de gauche au sommet de Davos. Je vous laisse le soin de trouver le prix que coûte le droit d’entrée dans ce forum des riches et des parvenus. Enfin, il n’est plus de gauche depuis son élection, ça nous le savons, nous avons payé assez cher pour l’avoir appris, mais il est aussi le premier à avoir hurlé que son ennemi était la finance et le premier aussi à se rendre à son logis montagnard au pays où s’emmagasinent tous l’argent sombre, noir ou encore pourri du monde, dont les sources sont la mort par le trafic des armes et de la drogue, comme du rapt et du terrorisme. Pour une première c’est une première, il a bien fait d’y aller…

Pour ajouter une superbe cerise sur le gâteau il va maintenant rendre les honneurs à un monarque pas éclairé du tout, qui était la source du terrorisme et du pétrole réunis… Quel homme ce président, renoncer à son ennemi et flatter l’œuvre d’un pourfendeur des droits de l’homme… Si ça ce n’est pas un homme de gauche, ce n’est pas un homme du tout… Euh ! En une semaine il redore son blason de 21 % et dans la semaine suivante il fait tout pour retomber dans l’enfer des mauvais sondages qui lui minent son avenir de présidentiable pour une ultime fois, merci à tous les Dieux disponibles, deux fois c’est déjà trop. Davos, symbole du libéralisme exacerbé, débridé, déchaîné, comment cet ennemi de la finance peut-il se rendre dans l’antre de ces sauvages de l’argent roi, qui en veulent toujours plus, par tous les moyens, légaux ou… disons limites. Comme je le dis souvent, la légalité de nos actes ne sous-tend pas leur moralité, le respect des lois iniques nous rend iniques nous-mêmes. Alors pourquoi donner ce blanc-seing à cette population d’hommes d’affaires et de politiciens prêts à tout pour s’enrichir et défendre une société qui va de mal en pis pour l’immense majorité de ses membres ? Pour le plaisir, sûrement…

Que peuvent se dire ces gens à Davos ? Nous ne savons que ce que ces personnalités manipulatrices et puissantes veulent bien transmettre à leurs chiens fidèles, je parle ici des journalistes aux bouches ouvertes qui vont là-bas pour récupérer leur becquée, et nous donner en pâture un salmigondis de propos insipides sur les bienfaits d’une croissance, dont on rêve mais qui ne reviendra jamais, ou du bonheur des opérations spéculatives sur les cours des matières premières alimentaires qui affament la moitié de la planète et les enrichit démesurément. Ils ont certainement parlé aussi des conditions de la baisse du pétrole qui semble ruiner les pays producteurs, gavent tout de même les compagnies pétrolières et favorisent la mainmise des occidentaux sur ce marché lourd de conséquence sur le monde entier.

Je dis bien semble ruiner les pays producteurs parce qu’en fait il y a au moins deux sortes de pays producteurs, ceux qui sont nos amis et ceux qui ne le sont pas. Ceux que l’on veut conserver dans nos relations et ceux dont les présidents ne nous plaisent plus et que nous souhaitons changer. Le pétrole saoudien, quels que soient les cours, ne changera pas de mains, leurs réserves financières sont telles que rien ne peut les effrayer, de même pour le Koweït, les Émirats, le Qatar, le Bahreïn. Pour ce qui est des pétroles irakien, libyen, africains, là c’est autre chose, et pire encore pour celui du Venezuela et d’autres petits collectivistes qui survivent dans ce monde de brutes. Après avoir semé la pagaille en Libye et en Irak, leurs pétroles se retrouvent sur les marchés, alors que ce sont les meilleurs de notre terre, parmi les moins chers. Eh oui, ceci est l’avantage de travailler avec les « rebelles » ou les terroristes, avec ces états qui n’en sont plus et où chacun vend ce qu’il peut pour s’enrichir personnellement au détriment des peuples qui s’entretuent. Pour le Venezuela c’est pire encore, les étasuniens veulent ruiner ce pays pour le récupérer et le remettre dans leur giron pour pouvoir, comme ils le font dans beaucoup de pays sud-américains, se servir de ces nations et se fournir en matières premières et en main d’œuvre pas chère. Quel bel avenir que voilà, grâce à Davos…

Quant au voyage de Hollande au pays de l’or noir pour dire combien il aimait le défunt roi, nous sommes là dans le cas précis du mendiant qui tend sa sébile à celui qui l’humilie de sa fausse compassion, de sa diplomatique façon de le ridiculiser. Nos droits de l’homme sont décidément à géométrie variable. Ce royaume où l’on tranche des têtes plus souvent que l’état islamique, on tranche des mains aussi pour meubler entre deux décapitations, on lapide, on traite les femmes comme on ne traiterait pas le plus infâme des animaux, on boit du whisky par container alors que l’on prône une abstinence totale aux fidèles du royaume où se trouvent les lieux saints de l’Islam, on dépense de l’argent de la plus stupide des façons à la face des nations qui meurent de faim. Voilà le royaume du mensonge et de l’hypocrisie, voilà le royaume qui ne nous achète même pas de Rafale et qui se gausse de nous, voilà le royaume d’un Islam qui n’a rien à voir avec le Prophète, voilà le royaume qui ne défend qu’un nombre impressionnants de princes ventripotents qui se complaisent dans leur luxure et leurs débordements, voilà enfin le royaume où se rend notre président, de gauche, adepte des droits de l’homme comme moi je le suis de la bave de crapaud.

L’argent fait faire bien des choses, rarement des belles…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com