Log In

Dieu loué… ou Dieudonné ?

Dieu loué... ou Dieudonné ?

Comme il est difficile d’être juste. Nos a priori, nos préjugés, nos conceptions personnelles, notre niveau d’instruction, notre culture, notre éducation, et j’en oublie certainement, sont autant d’épreuves qui nous rendent difficile, voire impossible, tout jugement objectif. Des millions de personnes se sont levées pour crier leur désir de liberté d’expression et de sa protection pour tous ceux qui ont fait profession de communiquer avec les contemporains et plus si affinité. Mais est-ce que le fait d’avoir manifesté rend les choses plus faciles. Quel type de liberté d’expression voulons-nous ? Que sommes-nous prêts à supporter lors d’attaques qui nous touchent personnellement ? Les lois sont-elles faites pour en garantir l’usage ou le freiner ?

En fait, ma participation à la manifestation de dimanche avouait à la face du monde, si tant est qu’il me regarde, que j’étais Charlie et je le suis toujours, mais… Ne suis-je que Charlie ? Non, je suis aussi Haroun et mes textes en ont fâché plus d’un parfois. Je suis aussi le Canard Enchaîné, et tous les autres organes de presse, du plus politiquement correct au plus révolutionnaire ou libertaire ou même sectaire comme certains supports religieux. Si la liberté existe elle doit être égale pour tous et pas seulement pour ceux qui ont vu leur rédaction souffrir la peine insoutenable qu’a subie Charlie Hebdo. Et c’est là que nos différences jouent. Ces mêmes différences qui font que ce qui me plait déplait à d’autres et vice versa, ces mêmes différences qui font que certains peuvent être choqués par mes propos comme je pourrais l’être par les propos d’autrui. Et oui, cela s’appelle la tolérance et je dois avouer que plus on en parle moins je la vois appliquée. Ce n’est pas parce que le Traité de Tolérance de Voltaire est en rupture que celle-ci est respectée, ce serait trop facile, n’est-ce pas ? En résumé, toute limitation de la liberté d’expression est la preuve de son inexistence.

Jusqu’où sommes-nous prêts à tolérer des attaques dirigées contre nous ou le groupe auquel nous appartenons ? Où se trouvent les limites du tolérable et de l’intolérable ? Tout est là ! Est-ce que le fait de dire, pour Dieudonné, qu’il se sent Charlie Coulibaly est un fait suffisant pour le mettre en correctionnelle ? Je n’aime pas cet humoriste qui n’en est plus un, je ne souffre pas cette façon de tout mélanger et d’insulter gratuitement une partie de notre population, en l’occurrence les Français de religion juive. Mais je lui reconnais le droit de le faire parce que justement il fonde son argumentation, que je ne partage pas, sur une démarche politique. Je suis le premier à dire que l’État d’Israël est un pays sous la dictature d’un groupe de tortionnaires qui font aux Palestiniens ce qu’ils reprochent à d’autres de leur avoir fait. Mais je n’attaque pas les gens en tant que tels, j’agresse le gouvernement, les personnalités qui le composent avec mes arguments qui ne vont jamais jusqu’à l’attaque personnelle. Cependant, ceci est ma manière de procéder, celle de Dieudonné est différente, il préfère l’agression directe et personnelle, c’est son problème et les lois sont là pour faire régner le droit entre lui et ses souffre-douleurs. De là à le mener en correctionnelle, il y a peut-être un pas que je n’aurais pas imaginé que notre administration puisse faire et je remets en question son utilité et les retombées que cette décision va générer.

Puisque nous parlons de droit et de lois, si celles-ci sont de plus en plus restrictives, c’est bien la liberté d’expression qui va en souffrir et sûrement en mourir. Il faut faire très attention, la limite est tellement fine entre démocratie et dictature. Force est de constater que toutes les démocraties ont mené à la dictature dans l’histoire. Rien qu’en France, la Révolution Française de 1789 s’est changée en Empire en quelques années, pour ensuite revenir à une Monarchie de droit divin, pour redevenir une République et retourner à l’Empire. Et pour parler de temps plus proches de nous, croyez-vous que toutes les limites que nous mettons à nos vies avec les principes de précaution et les peurs entraînées par le terrorisme, que nous avons créé, armé, entraîné et financé, ne nous mènent pas directement à une dictature larvée avant d’en devenir une totale ? Nous avons trop de lois, c’est ce qui rend notre pays ingérable et fait la joie des malandrins qui peuvent se payer de bons cabinets d’avocats qui leur permettent de faire ce que les citoyens « normaux » ne peuvent même pas imaginer. Nous n’avons plus besoin de lois mais seulement de bon sens, là est le problème. Nous sommes espionnés, contrôlés, écoutés, géo-localisés en permanence, faut-il vraiment en ajouter encore, ne sommes-nous pas déjà suffisamment sous la tutelle et le regard attentif de notre administration comme de celle d’autres comme les Américains par exemple ? Mais il n’y a pas qu’eux qui nous épient…

La liberté d’expression doit être réservée aux Nations démocratiques, d’ailleurs les autres s’en moquent, c’est le cas de beaucoup des participants à la marche de dimanche dernier parmi les hommes politiques étrangers. Alors que voulons-nous, devenir des béni oui-oui ou des hommes et femmes capables de discerner le bien du mal, le vrai du faux ? Encore faut-il le vouloir et je ne suis plus certain que les Français le souhaitent, qu’en pensez-vous ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com