Log In

Radicalisation ? Oui, mais de quoi ?

Radicalisation ? Oui, mais de quoi ?

L’Islam est un problème récurrent dans nos sociétés occidentales depuis quelques années. En fait, depuis que nous avons décidé de semer le trouble et la terreur, pour garantir nos approvisionnements en matière et garder la main mise sur des territoires. Territoires qui nous appartenaient jadis et que nous avons du mal à laisser entre les mains de leurs vrais propriétaires. Donc, si vous suivez mon raisonnement, et, si vous vous souvenez de mon article sur les 10 stratégies de manipulation des masses, vous en tirerez les conclusions simples et claires, nous causons des problèmes qui nous sont difficiles à résoudre en apparence, en apparence seulement. Tout vous était expliqué dans l’article déjà cité…

Mais l’Islam ne s’est pas radicalisé depuis très longtemps, même les frères musulmans ne sont pas si anciens, leur création se situe au début du XXème siècle. Et quand nous disons radicalisé, est-ce bien le mot qui convient ? L’Islam ne se radicalise pas, comme le Christianisme ne s’est pas radicalisé lors de l’inquisition ou la conversion de continents complets par la force, comme ce fut le cas de l’Amérique du Sud, de l’Afrique et d’ailleurs. Non, une religion n’est rien d’autre que ce que ceux qui la dirigent en font. Pour le Christianisme nous avons de la chance, l’église se charge de semer la bonne et la mauvaise parole, la hiérarchie catholique ensuite la fait parvenir jusqu’aux ouailles situées dans les endroits les plus reculés. Pour l’Islam, il en va différemment. Aucune structure centralisée, aucun organisme qui régit, ordonne et distribue les rôles et les missions du clergé. En fait, c’est une gentille anarchie dans le sens le plus négatif du terme. De plus des tendances opposées par l’histoire se livrent une lutte de plus en plus brutale et dramatique, les chiites, les sunnites, les wahhabites, j’en passe et des meilleures. Quel joyeux bazar !

Mais me direz-vous, si l’Islam ne se radicalise pas, s’il n’est entre les mains d’aucune autorité connue et reconnue internationalement voire mondialement, que se passe-t-il donc ? Qui pousse des gens, apparemment normalement constitués, à commettre des actes irréparables, abominables, inhumains ? En réalité il s’agit d’une gigantesque course à l’échalote… Je m’explique, il y a une compétition, comme dans tout organisme en expansion, chaque cellule essaie de se faire une place dans l’échiquier sur lequel elle doit se mouvoir et progresser, il en est de même de toutes les tendances dont je parlais plus haut. Nous n’avons pas eu à faire grand-chose pour pousser les factions en position de combat à déclencher les hostilités entre elles. Quelques corruptions par ci par là, des promesses de pouvoir et de rétribution, enfin rien de très malin comme d’habitude. Des espoirs de propriétés énormes ou de présidence à vie, enfin tout ce que peut garantir une démocratie sur le déclin à une démocratie naissante qui ne sera que le pâle reflet de la dictature.

Nous avions le temps de résoudre les soucis de ces communautés religieuses opposées depuis les quelques siècles qui nous séparent de la naissance du Prophète Mahomet mais au lieu de cela, comme l’avaient certainement imaginé quelque jésuite à l’intelligence machiavélique, nous n’avons fait que mettre de l’huile sur le feu, comme l’avait dit Jacques Chirac en parlant des premiers problèmes de Charlie Hebdo. Mettre de l’huile sur le feu, voilà une idée qu’elle est bonne dirait Coluche… Notre volonté hégémonique n’est pas la seule, chaque religion monothéiste est bâtie sur la destruction des religions polythéistes, celles-ci ont officiellement toutes disparues, non pas parce qu’elles étaient polythéistes, comme le disent tous les clergés des monothéismes environnants, le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam, mais bien parce que les monothéistes ne supportent pas que quelqu’un ne partage pas la même foi qu’eux… et ils sont prêts à tuer pour cela, ils le prouvent tous les jours.

Mais l’Islam, qui nous fait tant peur, n’est pas à craindre, certains musulmans oui, mais une infime minorité. L’Islam c’est aussi des gens, comme nous, intelligents et qui raisonnent, je ne parle bien évidemment pas de moi, en voici deux exemples, le premier par le révolutionnaire Nasser, en 1953, qui donna l’indépendance à l’Egypte et la fit passer de la monarchie absolue à la République. Le second touche aussi l’Egypte mais il y a seulement quelques jours, lors d’une allocution devant un parterre de religieux dans la plus ancienne des universités du monde, Al Azhar. Vous constaterez que tous les musulmans ne sont pas les assassins sanguinaires dont vous parlent vos journalistes mécréants, à la solde des états qui les manipulent pour nous retirer toute liberté et établir un ordre mondial autoritaire. Nous avons aussi commis des actes abominables et nous en sommes sortis par le haut, enfin me semble-t-il, ou dans tous les cas nous aurions pu en sortir par le haut si nous l’avions voulu.

Alors voilà, les êtres humains sont les seuls animaux doués de la parole et la pensée, mais nous sommes aussi les seuls capables de jeter du haut d’immeubles des homosexuels ou étêtés d’autres êtres juste pour imposer notre point de vue… Ce n’est pas une question de religion mais de manque d’humanité… Non ? Ou je me trompe ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com