Log In

50 nuances de cris…

50 nuances de cris...

Étrange démocratie qui voit des chefs de partis hurler contre l’initiative de quatre parlementaires qui désirent s’informer hors des sources habituelles… A ce qu’ils disent. Jacques Myard (UMP), député des Yvelines, Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne et président du groupe d’amitié France-Syrie à l’Assemblée nationale, Jean-Pierre Vial, sénateur UMP de Haute-Savoie, président du groupe d’amitié France-Syrie au Sénat, et François Zocchetto, sénateur UDI de la Mayenne, président du groupe UDI-UC, membre du groupe France-Syrie au Sénat. «C’est une mission personnelle pour voir ce qui se passe, entendre, écouter. Ensuite, nous en tirerons des informations», disait mardi Jacques Myard. Encore une bonne excuse pour la Le Pen d’annoncer la connivence entre l’UMP, l’UDI et le PS.

Il est vrai que nous retrouvons une unanimité rare entre tous les capitaines de nos partis traditionnels, ceux qui tiennent le pouvoir depuis si longtemps sans jamais en faire quelque chose de positif pour le peuple qui les a mis en place et élus. Tout le monde est vraiment d’accord pour critiquer violemment l’idée saugrenue, partagée par des élus de différents partis, d’aller voir sur place ce qui se passe alors que les combats font rage dans cette région du globe qui risque de déclencher la prochaine conflagration mondiale. Le Sarkozy qui les traitent de gugusses m’a abasourdi, j’aurais parié qu’il leur aurait dit « revenez pauvres cons » mais non, gugusse fut son injure triée et choisie parmi les innombrables dont il affuble ses collaborateurs et ses ennemis, en fait tous ceux qui l’entourent. Cambadélis, le Talleyrand d’opérette qui rêve de sortir grand vainqueur du congrès de ce qui reste du PS, veut même sanctionner le pauvre socialiste qui s’est mis dans cette galère, alors qu’il n’était même pas frondeur. Enfin, ce bel accord parfait entre tous les états-majors de nos partis en déliquescence avancée nous montre bien que la démocratie n’est qu’un doux rêve qui ne deviendra jamais réalité. L’autonomie de nos élus vis-à-vis de leurs partis n’existe pas, on le voit avec la volonté affichée des socialistes à ne parler que d’une seule voix et, donc, à faire plier les réfractaires et les frondeurs.

Mais plusieurs questions se posent… Un voyage de parlementaires ne se fait pas sans préparation, je pense donc que nous sommes encore en train de nous faire enfumer par nos trop chers élus. Un rendez-vous avec un président de la république, fut-elle la Syrie, ne se décrète pas comme cela, même lorsque nous sommes Français, cela ne suffit plus à ouvrir les portes. Alors je crois, mais je peux me tromper, que tout cela était orchestré mais que, comme à l’accoutumée, nos GO se sont pris les pieds dans le tapis et que l’information a « fuité », les prenant par surprise, et, comme il est politiquement incorrect de parler à un dictateur, de jeter les parlementaires délégués avec l’eau du bain. De plus, je ne ferai qu’un simple rappel de la présence de Bachar et de Kadhafi auprès du prédécesseur de Hollande à l’Élysée quelques petits moments avant qu’ils ne soient tous deux désignées comme persona non grata, qu’on les voue aux gémonies et que nous leur déclarions la guerre. Comment passer du paradis à l’enfer en si peu de temps ? Là est le mystère de la politique étrangère française.

Une autre question touche à la raison de ce voyage de nos pieds nickelés qui se sont trouvés un nouveau partenaire de mauvais coups. Les Pieds Nickelés est un groupe de trois hommes : Croquignol (avec son long nez), Ribouldingue (avec la barbe) et Filochard (avec un seul œil valide). Ce sont des escrocs donc on peut aisément penser qu’ils auraient pu faire de la politique. Il va nous falloir trouver un nom à notre quatrième mousquetaire. Si Simplet n’était pas utilisé pour un des sept nains, cela aurait été parfait, enfin je vous laisse le soin de réfléchir et de me faire des propositions, je ne peux pas tout faire non plus. Il semblerait, à entendre les auteurs de ce voyage mal organisé, qu’ils aient souhaité s’affranchir des informations banales et tronquées de notre gouvernement et de chercher, à la source, de vraies informations relatives à la situation réelle en Syrie. Je trouve l’idée plutôt bonne. Au lieu de répéter en permanence les éléments de langage donnés par les Américains et leurs grandes oreilles, il est bon, me semble-t-il de tenter de s’instruire par nos propres moyens et, si possible, au plus près de la situation que l’on examine. Je ne comprends pas que nous puissions leur reprocher cela ou alors… Pourquoi ?

Autres questions, quelques petites dernières, ce pourquoi a forcément une réponse, pourquoi ne parle-t-on plus à nos ennemis ? Comment trouver des raisons de faire la paix si tout dialogue est rompu ? Comment et pourquoi peut-on vouloir éliminer aujourd’hui notre partenaire d’hier ? Seule la discussion peut amener la fin des combats. Je parlais de Talleyrand ci-dessus, ce fin stratège, qui survécut à tous les régimes depuis la révolution jusqu’à la monarchie en passant par l’empire, l’avait compris bien avant tout le monde, il faut connaître ses ennemis pour les vaincre, que ce soit sur un champ de bataille ou autour d’une table de négociation. Mais ce n’est pas la dimension de nos hommes d’état qui peut égaler celle d’un Talleyrand, imaginez Sarkozy, Hollande, Fabius, pauvres hères sans courage et incompétents, leur hauteur de vue se situe au niveau de la semelle de ce ministre de Napoléon.

Donc, nos pieds nickelés « augmentés » sont rentrés à la maison pour se faire tancer. Au lieu de les remercier, au lieu de les avoir officiellement mandatés, on les gronde, on les punit… Allez comprendre quelque chose à notre politique internationale…

Au pays des lobotomisés, les simples d’esprit sont rois !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com