Log In

Safari photo chez Maurice…

Safari photo chez Maurice...

Je suis en Afrique australe, sur l’île Maurice pour être plus précis. Il fait beau, après deux ou trois cyclones avant que nous n’arrivions et avant les prochains, normal c’est la saison. La nature est luxuriante, le peuple mauricien est hospitalier, chaleureux, aimable et doué d’un sourire ineffaçable, chose devenue très rare dans les pays riches tant l’insatisfaction nous gâche la vie. Pourquoi suis-ici ? Certains, médisants, diraient que c’est pour me reposer d’un travail que je n’accomplis pas, d’autres parleraient de vacances, ce qui revient au même, mais pas du tout. Je suis missionné par le gouvernement, pas le nôtre, je n’y ai pas d’amis et ne suis pas de la promotion Voltaire ni d’aucune de l’éna, d’un vrai gouvernement, celui de l’Européanie… Non, ce pays n’existe pas encore, mais ça va venir…

Je suis donc en voyage d’étude, comme disent les consultants et experts qui se déplacent aux frais de la princesse. Le but de mon reportage est de prendre le plus d’informations possibles sur un nouveau mammifère, apparenté à l’homme d’une façon ou d’une autre, c’est ça qu’il s’agit de découvrir, je parle de l’homo touristicus. Cet être sauvage, qui se déplace généralement en horde, est très belliqueux et facilement reconnaissable à son arrogance, surtout lorsqu’il vient du nord et possède dans les nombreuses caches qu’il appelle des poches, des morceaux de papier verts à qui il voue un respect incommensurable. On pourrait presque dire qu’il aime à se promener avec ses images pieuses pour les faire admirer par d’autres espèces, y compris les hommes, qui n’en ont pas et dont le Mauricien fait partie dans sa majorité.

Recouvert de fils tirés du pétrole ou de produits naturels en fonction de son milieu d’origine, l’homo touristicus est pour ainsi dire habillé comme les hommes mais avec cette particularité que ses jambes ne sont jamais entièrement cachées. Soit elles découvrent, à différentes hauteurs, les extrémités de ses membres inférieurs finis par ce qu’on pourrait appeler des sabots horribles de toutes couleurs, des crocs les appellent-ils, qui lui font des pieds énormes et hideux. Soit ses jambes peuvent être entièrement nues et montrer jusqu’à la raie qui partage en deux le bas de leur dos où il semblerait qu’ils aient mis leur cerveau. Le premier type est plutôt relatif aux mâles, le second à la femelle, quelle que soit son âge et sa corpulence.

Ces nouveaux animaux, en effet nous ne savons pas encore si cet animal, si ressemblant à l’homme qu’il soit, est capable de réfléchir et de penser par lui-même, de concevoir des concepts et d’imaginer, sont parfaitement reconnaissables dans les milieux dans lesquels ils se meuvent. Ils ont toujours une espèce de boite noire ou parfois de couleur qui fait des bruits secs à chaque fois qu’ils le portent à l’œil. Ensuite, ils regardent le dos de la boite et expriment une satisfaction plus ou moins grande qui est certainement due à une cause aujourd’hui encore inconnue. Ils se montrent respectivement les dos de leurs boites, dans une espèce de rituel de partage, qui se termine par des grognements qui montrent leur joie du bonheur enfin trouvé. Ici je dois vous prévenir qu’une autre espèce animale ressemble beaucoup à l’homo touristicus, c’est l’homo faux-culs (prononcez focus mais à ne pas confondre avec eux), mais cette dernière est surtout présente dans les gouvernements des pays qui garnissent le monde de la médiocrité de leurs représentants.

Leurs lieux d’habitation changent en fonction des saisons, la plupart du temps ils vivent dans les pays de l’hémisphère nord où se cultive le culte des billets verts dans des endroits appelés « bureaux » ou encore « usine ». Ensuite dès qu’ils ont amassé un bon paquet de ces morceaux de papier, ils partent soit dans les montagnes enneigées soit sur des plages ensoleillées. Ne me demandez pas pourquoi ces êtres étranges passent du froid au chaud avec tant de facilité, c’est sûrement une de leurs particularités tout autant que leur manque total de goût vestimentaire. Et c’est ainsi qu’ils vont de par le monde avec leurs boites noires pour une joie qui se lit sur leurs visages surtout lorsqu’ils arrivent devant des espaces réservés à leur alimentation appelés « restaurants ». Certains sont réservés à de petits groupes, d’autres laissent la place aux hordes avec ce qu’on appelle des « buffets ». C’est encore plus vrai lorsque ces sauvages d’un nouveau genre donnent beaucoup de leurs papiers verts à des organisateurs du « all inclusive » (le tout compris en Français). Il semblerait que lorsqu’ils en arrivent à ce stade, ils se gavent comme des oies avant Noël, mangent et boivent au point de ne plus ressembler à rien d’autre qu’à des hommes normaux dans les mêmes conditions.

Mais le plus troublant dans leurs actes sans cohérence est qu’ils ne s’intéressent à rien, ils utilisent leurs boites magiques mais ne se demandent pas ce qui donne du sens à ce qu’ils mettent dedans. Ils n’essaient jamais de communiquer avec d’autres espèces et se contentent de retourner dans leur habitat naturel sans aucun remord d’avoir manqué quelque chose. Dernier détail, vous voyez sur la dernière photo comme l’homo touristicus est peureux, dès qu’il entend le bruit d’un cerveau qui travaille, il s’enfuit à toutes jambes.

Voilà ce que nous sommes, des consommateurs de tout et de rien, dans tous les pays que vous visiterez dites-vous bien que pour comprendre la culture d’un peuple il vous faudra parler sa langue et connaître son histoire qui vaut autant que la vôtre. Seuls les peuples sont intéressants car ils sont ceux qui ont fait leurs pays, leurs monuments, leur grandeur et leur décadence. Les peuples sont la clef de tout parce qu’ils sont faits des Hommes et jamais une photo ne devrait être prise sans y mettre à la fois l’émotion et le respect que nous devons au sujet photographié car soit il est une source, soit il est une création. Les plus beaux souvenirs sont ceux qui sont dans vos mémoires et que vous n’avez jamais pu photographiés.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Safari photo chez Maurice...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com