Log In

Après Bozzo… Sarko le clown !

Après Bozzo... Sarko le clown !

S’il est vrai que notre président, aussi vain et ridicule soit-il, est doué pour faire des petites blagues, on ne peut pas être mauvais en tout, n’est-ce pas, il vient de trouver un comparse pour un show en duettiste en la personne de son prédécesseur. Le premier avantage que je vois à cette « association » est que la différence de taille ne créera aucun problème entre les deux « pas très hauts hommes ». Non seulement ils ne sont pas hauts mais, de plus, ils sont encore moins grands. Sarkozy reprend, avec le cynisme et la mauvaise foi qu’on lui connait, son rôle de politicien vif, dynamique, efficace et surtout, cerise sur le gâteau à la crème avariée, il est drôle. Mais ne serait-ce pas dans le sens ancien de ce terme, quand un faquin était traité de drôle ? La question est posée, j’ai ma réponse…

Se moquer de Hollande avec toutes les promesses, toutes aussi irréalisées les unes que les autres, est un peu comme tirer sur une ambulance. Si nous pouvons attendre cela de petits blogueurs tels que moi, il m’apparait complètement contre-productif d’employer de telles méthodes lorsque l’on brigue un second mandat présidentiel après avoir été remercié à la fin du premier. Ces gens-là n’ont pas de hauteur et encore moins de grandeur, comme je le disais déjà plus haut. Ils n’ont pas non plus de distance ou quand ils en ont elle se cantonne aux électeurs qui les ont élus et avec qui ils installent de véritables insurmontables fossés qui se creusent au fur et à mesure de l’exécution de leurs mandats. Le plus triste dans tout cela c’est que le comique troupier Sarkozy n’est pas doué pour l’improvisation. On avait vu comment il perdit les présidentielles durant l’émission où il ne put pas couper, ni répondre intelligemment au « moi président » de son complice dans l’humour, son ennemi d’hier, son partenaire d’aujourd’hui au cirque français, Hollande. L’improvisation demande de l’intelligence pas de fourberie ou alors après. Il a du métier mais il est possible d’être un bon professionnel sans avoir pour autant un QI important, ce qui semble être son cas.

Monsieur « petite blague » s’est donc trouvé un associé, à deux nous n’avons pas fini de rire, mais il est des rires qui ne font pas du bien, qui ne détendent pas, qui auraient même une fâcheuse tendance à exaspérer. Il n’a toujours pas compris qu’il est la vedette des premiers de la classe qui se croient au-dessus de la moyenne des Français et qui nous regardent, nous les sans dents, avec arrogance et mépris. Il est leur vedette, mais pas celle des autres électeurs, qui ne le supportent plus depuis longtemps, et j’ose espérer, s’il se présente une nouvelle fois devant le peuple, qu’il prendra une déculottée que la Communauté Européenne nous reprochera de lui avoir administrée puisque les fessées sont interdites. Le problème dans tout cela est que les mêmes travers peuvent être reprochés à son comparse dans l’humour comme dans la politique, arrogance et mépris sont les attitudes les mieux réparties dans le monde de la politique, à gauche, à droite, au centre et même dans les coulisses… Le rire que ce petit homme génère ne fait s’esclaffer que ses fans (de radis, désolé je n’ai pas pu m’empêcher, moi-aussi je fais des petites blagues). Ceux qui rient avant même qu’il soit drôle, ceux qui idolâtrent pour éviter de réfléchir et qui, donc, n’entendent pas que les critiques acerbes faites par Sarkozy à Hollande pourraient lui être opposées aussi.

Que ce soit au niveau des promesses non tenues comme de tout le reste, la liste serait trop longue pour mon article, l’un ne vaut pas mieux que l’autre, ils sont malheureusement pour nous aussi nuisibles qu’inutiles. La moquerie ne cache que très mal l’absence totale de vision, de projet, d’envie pour le pays, la Nation. Ces gens n’ont aucune envergure et ne sont bouffis que de vanité. Leur point commun, en plus de l’humour qui n’est absolument pas comique pour ma part autant de la part de l’un que de l’autre, est justement qu’ils sont des gestionnaires à la petite semaine, même pas des ménagères qui feraient mieux qu’eux, juste des mauvais dealers qui confondent recettes et bénéfices et creusent le montant de leurs dettes qui sont aussi et surtout les nôtres. Non, il n’y a vraiment pas de quoi rire à les entendre tous les deux se gausser de nous en continuant d’essayer de nous faire prendre des vessies pour des phares d’Alexandrie. Les bouffons ont cela de bien qu’ils inspiraient les rois et leur servaient de conscience, mais ils ne dirigeaient pas les affaires, le roi avait toujours le dernier, que la morale ou l’éthique du bouffon l’apprécie ou non. Nos bouffons à nous n’ont même pas de conscience, ni de morale et encore moins d’éthique et, de plus, ils dirigent le pays. Cela ne me fait pas rire du tout, cela aurait même une certaine tendance à m’exaspérer comme je le disais ci-dessus, cela me consterne et me fatigue.

Les médias, qui présentent en boucle les petites phrases assassines des uns et des autres, n’y gagnent rien et s’avilissent encore un peu plus en montrant leur appui total à un système qui les enrichit économiquement autant qu’il les appauvrit intellectuellement.

Alors mes frères humains, mes concitoyens, rions entre nous et n’attendons pas des plaisanteries douteuses de nos élus la moindre source de rire profond et réel que nous connaîtrons seulement lorsque nous les aurons congédiés.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com