Log In

Editôt ou éditard… (135)

Editôt ou éditard... (135)

Au XVIe siècle, La Boétie affirmait que « nul tyran, nul exploiteur, nul corrupteur ne peut réussir sans la complicité de ceux dont il abuse. C’est une grande vérité, une vérité qui délivre. » Pour « se libérer de la servitude volontaire » il est vain de s’attaquer à un autre que soi : « Révolution bien ordonnée commence par soi-même. » Il est étonnant de voir quel génie peuvent avoir certains et quelle nullité peuvent avoir d’autres… Comme je le dis souvent, l’Homme est capable du meilleur comme du pire même si c’est dans le pire qu’il est le meilleur. Le FN va faire plus de 30 % des voix aux départementales ? Quelle surprise ! Alors même que notre dictateur amateur, le Manuel Valls, grand adorateur de l’article 49-3, et son traître parmi les traîtres de président, Hollande, ont fait le lit de la Marine, en ont même changé les draps car les anciens sentaient la transpiration, celle de la peur, la sueur froide de la perte de leur pouvoir.

Tout d’abord, je vais commencer par vous fâcher. Chaque Français a le droit d’avoir l’opinion qui lui sied. Si l’un de nous est FN c’est son problème, le nôtre étant de lui faire changer d’avis par la réussite de nos raisonnements et leur application dans nos vies quotidiennes afin de prouver que sa solution n’est pas la bonne. On ne peut pas être Charlie et traiter de tous les noms ceux qui n’ont pas les mêmes opinions que nous, quelle que soit l’histoire et quelle que soient les conséquences. Je préfère une opinion contraire à la mienne qui s’affiche plutôt que la même qui se cache et pourrait me surprendre. Avec le FN, on ne risque pas la surprise. Ils sont racistes, ok nous le savons ; ils sont antisémites, ok nous le savons aussi ; ils sont repliés sur eux-mêmes et meurent de trouille autant que notre président et son orchestre sinon ils ne rejetteraient pas tout et tout le monde comme ils le font, ok nous le savons encore ; ils ont aussi de moins mauvaises idées et en particulier sur l’Europe, presque ok nous le savons toujours mais ne voulons pas l’avouer. Mais quelles que soient leurs idées, au moins en ont-ils, n’est-ce pas mieux que les béni-oui-oui qui garnissent les bureaux de vote (il y en a tout de même de moins en moins, ils préfèrent la pêche) et qui gardent au pouvoir des partis arrogants et incompétents depuis tant d’années ?

Non, je ne suis pas un adepte du FN, mais les cracheurs d’injures de la « bienpensance », aussi nauséabonds que ceux à qui elles sont adressées, me font pitié. On ne peut alimenter le feu et se plaindre d’avoir trop chaud ou de se brûler, il faut savoir ce que l’on veut. Mais cela aussi n’est-ce pas une partie du plan qui voit tous les pays riches devenir de plus en plus conservateurs pour ne pas dire réactionnaires ? Il est inutile de vous affirmer une fois de plus que la dérive « droitière » des pays développés empire de jour en jour. Les partis nazis font flores et les dingues de tous styles remplissent nos colonnes de journaux qui ne font que faire gonfler les peurs et les lois liberticides qui les accompagnent. Si notre président, l’autre pays du fromage, n’avait pas fait cause commune avec son ennemi, la finance, peut-être aurait-il eu de piètres résultats mais au moins aurait-il conservé sa dignité et le respect de ses électeurs. Nous sommes capables de pardonner quelqu’un qui se trompe de bonne foi ou qui n’arrive pas à atteindre le but qu’il s’est fixé s’il a vraiment fait des efforts pour y parvenir. Mais nous ne pouvons pas pardonner celui qui nous a trahi et continue de le faire sans discontinuer depuis le premier jour de son entrée en fonction.

Les 20 % qui vont encore voter pour le PS sont les irréductibles, ceux qui ne veulent pas croire que la trahison peut être permanente et qui espère encore en une reconstruction autour d’un projet digne des idées sociales prônées par l’ancien PS. Il est inutile de les insulter eux non plus, c’est leur droit de continuer d’espérer. Je peux même dire que c’est une chance pour eux. Ils ne sont pas plus bêtes ou plus intelligents que les autres électeurs, ils ont leur opinion et nous devons la respecter. Ce qui fait la beauté d’un combat ce n’est pas la force des combattants, c’est la conviction et la pugnacité qu’ils développent pour gagner la lutte. C’est comme cela que nous voyons des clubs de football de division nationale ou moins encore, battre des richissimes équipes de première division. Bien sûr, me direz-vous, c’est rare de voir ces joueurs amateurs devenir des champions. Oui, c’est vrai mais au moins eux ont et méritent la véritable gloire, celle d’avoir combattu dans l’honneur et pour le sport. Ce n’est pas seulement le but atteint qui devrait nous réjouir mais l’itinéraire qui nous y mène car celui-ci nous apprend autant que la réussite, peut-être plus, le débat est ouvert.

Alors mes frères humains, mes compatriotes, mes concitoyens, commençons par arrêter d’être les complices de ceux qui nous abusent et nous organisent la société du « pain et des jeux » qui leur permettra de nous manipuler comme ils le souhaitent dans leur intérêt propre. Faisons notre révolution intérieure, celle qui nous libérera du joug que nous avons posé nous-mêmes sur nos cous, celle qui nous fera briser les chaînes qui nous lient les mains et les pieds, cette révolution personnelle qui nous fera cesser de prendre des vessies pour le phare d’Alexandrie comme tentent de nous le faire croire tous les politiciens qui se succèdent aux manettes depuis trop longtemps. Il nous faut reprendre la main. C’est cela ou l’esclavage…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com