Log In

« LA » Chronique du week-end (136)

"LA" Chronique du week-end (136)

Connaissez-vous Axelle Lemaire ? Non ou très peu ? Normal, elle est surtout connue dans son immeuble, je dirais même sur son palier, ou alors au PS, d’où elle sort comme beaucoup des membres de cette gauche caviar traîtresse à sa cause et à ses électeurs. Mignonne, on ne peut quand même pas n’avoir que des moches en politique, intelligente, elle était l’invitée de Laurent Ruquier qui est au rire ce qu’elle est au gouvernement, un porte-drapeau qui enjolive le paysage et le rend moins gris. Mais sur le fond, elle n’a évidemment pas déçu son chef, qui a certainement dû la regarder avec avidité, elle a bien défendu une cause désormais perdue, celle d’un gouvernement en perdition et en constante opposition aux idées qui l’ont créé.

Ils étaient tous baba, la bouche ouverte au point d’en avoir le maxillaire inférieur qui butait sur leur table, abasourdi d’une telle fraîcheur et d’un visage avenant chez un ministre, écoutant un langage qui ne sentait pas autant le bois que ses prédécesseurs, professionnels du fait, parlant même un propos presque pas politiquement correct pour retrouver du crédit pour le PS mais suffisamment pour ne pas faire fuir le peu de supporteurs qui restent. C’est un ovni cette ministre et tous les poseurs de question en étaient réduit à lui lécher la pomme, les pieds et lui cirer les chaussures. Eh oui, ministre du numérique dans une chaîne de télé qui l’est aussi, avec des journalistes prêts à acheter le dernier IPhone venu, elle ne risquait pas de trouver une quelconque opposition hier soir, que des groupies lobotomisés qui n’allaient pas plus loin que les apparences, des consommateurs dont le chef, le Ruquier, avouait qu’il était prêt à perdre ses libertés pour plus de sécurité. C’était bien la peine de nous fatiguer avec votre « Je suis Charlie », mon ami, triste sire, profiteur d’un système qui l’enrichit contre ses lâchetés et ses abandons.

Ce double langage est exténuant, cette compassion factice qui se change en trahison efficace car ces gens sont les modèles des téléspectateurs lobotomisés dont les jeunes, qui les adulent, sont les principales victimes. Ils sont à la solde des tenants du pouvoir, quel qu’il soit, ils sont toujours du côté du manche, ils s’accrochent à leurs revenus et leurs prébendes comme une puce à son chien. Parasites mentaux d’une société paranoïaque, ils sont le reflet de ce que désirent nos gouvernants en guise de citoyens, des objets manipulés dont le seul choix, la seule vocation est de devenir d’excellents consommateurs, sans cerveaux, sans intelligence. Et le pire est qu’ils se disent de gauche. Heureusement que je n’en suis pas, de gauche, sinon j’aurais honte, certainement autant que si j’étais de droite… Le Caron, journaliste, dont la carrière bénéficie de son passage chez le Ruquier en question, a bien essayé de poser une question moins flagorneuse que les autres mais elle resta sans réponse réelle, juste des éléments de langage comme savent les présenter les vieux briscards de la politique dont Axelle Lemaire souhaite grossir les rangs. Même si sa façon de s’exprimer semble plus « populaire », elle n’en est pas moins un élément qui reste étranger aux vrais problèmes des Français, qu’ils soient numériques ou analogiques…

Pendant ce temps-là, des trombes d’eau et un vent diabolique qui s’abattirent sur le Vanuatu, faisaient leur lot de victimes. Les océans se réchauffent, cette augmentation de température favorise la création de cyclone, de tempêtes qui dévastent malheureusement des pays qui, dans la plupart des cas, n’avaient vraiment pas besoin de cela pour connaître la misère et la destruction. Les maisons de tôles et de bois ont volé pendant que les belles villas des riches propriétaires, ancrées au sol sur des fondations solides et profondes, regardaient passer la tornade au travers de leurs vitres prévues pour lui résister. Forte de moins de 270 000 habitants dont la moyenne d’âge est parmi les plus jeunes du monde, une population qui travaille de 116 000 personnes, cette île du Pacifique ressemble à un paradis… tant qu’il n’y a pas de catastrophe de la nature de Jam. Malgré une croissance supérieure à 3 % en 2013, un taux de chômage de 1.7 %, un surplus budgétaire de 0.3 % du PIB, la balance commerciale de ce petit état est en net déficit et les problèmes ne tarderont pas d’arriver, surtout après le coût que ce nouveau malheur va générer.

Pendant ce temps-là nos chaînes de télé d’information en continu nous montrent l’arrivée des « survivants » de l’émission « Dropped » dont on se moque éperdument. Non pas que nous ne partagions pas la souffrance des familles des disparus, mais point trop n’en faut. Il suffit de quelques minutes dans un journal télévisé pour rendre compte de ce genre de souci. Laissez les familles faire leur deuil de leurs membres perdus et cessez d’être des voyeurs, des êtres sans âmes qui ne recherchent dans la misère des autres que des moyens de supporter les leurs. Mais c’est vrai que des artistes, des personnes en vue, intéressent le commun des lobotomisés, il lui parait ainsi faire partie intégrante d’un monde magique, celui du show-business, qui le fait rêver et qui lui sera inaccessible à tout jamais comme il le sait inconsciemment. Les paillettes font rêver et font résister aux pires des scénarii.

Pendant ce temps-là, les gens des médias se repaissent de leurs images en boucle sur nos écrans, nos politiciens de leurs mensonges et nous de nos lâchetés… Elle n’est pas belle la vie ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com