Log In

Trop ou pas assez ?

Trop ou pas assez ?

Une conférence de presse hier… Résultat ? Rien. Une autre aujourd’hui, prévue cet après-midi, que pouvons-nous en attendre ? Rien… Comme d’habitude dirait Claude François. Beaucoup de gens se propose de critiquer la gestion de cette affaire par le BEA et la façon, pour le moins parcimonieuse de sa divulgation des informations à sa disposition. Mais comme à l’accoutumée le vrai problème n’est pas là. Nos dirigeants sont pris finalement à leur propre piège. A force de vouloir occuper le terrain médiatique et de poser devant les journalistes les larmes aux yeux, ils en sont réduits à jouer au chat et à la souris au fur et à mesure des découvertes des enquêteurs. Ils sont pris entre le marteau des intérêts financiers induits par le transport aérien et l’enclume que sont les électeurs, téléspectateurs lobotomisés mais qui ne demandent qu’à s’éveiller…

Heureusement que les Américains, avec leurs grandes oreilles qui écoutent tout et tout le monde, qui participent aussi à l’enquête, on se demande d’ailleurs bien pourquoi, rien que leur présence ne présage rien de bon, heureusement que les Américains, disais-je, sont là sinon nos blablateurs professionnels, politiciens, hauts fonctionnaires et leurs comparses dans les grandes entreprises nous berceraient encore de leurs mensonges mielleux et soporifiques. Ils sont nuls ces Américains mais leurs intérêts ne sont pas les mêmes que les nôtres. Eux veulent que nous devenions le même type de dictature que la leur, et donc, distillent la peur pour faire que la demande populaire aille de plus en plus vers l'abandon de ses libertés fondamentales au profit d’une sécurité liberticide. C’est la raison apparente qui a fait qu’eux, Américains, nous ont dit ce que les politichiens de notre propre pays, qui affirment de tout mettre en œuvre pour tout expliquer, nous cachent depuis hier ou même plusieurs jours. Il faut être aveugle pour ne pas penser à la manipulation, au mensonge et donc au pire. Et après nos élus se moquent de nous lorsque nous pensons qu’ils sont tous pourris ou que nous imaginions une théorie du complot qui, à mes yeux, est plus crédible de jour en jour.

Revenons au vrai problème, car en fait, que le pilote soit un suicidé ou un terroriste kamikaze cela ne change pas vraiment grand-chose pour les victimes. En revanche, cela va changer beaucoup de choses dans le transport aérien. Quelle que soit la raison psychologique de cette catastrophe, le trafic aérien va prendre du plomb dans l’aile et c’est tant mieux. Tant mieux pour la pollution et pour permettre peut-être de se poser la question des motivations de nos déplacements à l’heure de la technologie qui rapproche les gens sans qu’ils sortent de chez eux. Mais si ce drame est un acte terroriste, les conséquences seront encore pires, la peur, ce que veulent installer à la fois les terroristes comme tous les régimes politiques de notre planète, moins de gens se déplaceront pour des raisons sécuritaires. Or les déplacements professionnels comme touristiques sont générateurs de gros mouvements financiers de par le monde, depuis la vente d’avions jusqu’aux agences de voyage qui vous vendent vos billets ou les sites qui font de même, les hôtels, les restaurants, tous ces métiers qui vivent de nos déplacements or de nos domiciles. Comme l’économie a pris le pas sur tout autre chose et en particulier a créé la déshumanisation de tous nos rapports en y ajoutant la valorisation de toute chose y compris de l’humain, cet aspect est devenu prioritaire pour tous les gouvernants. La politique est morte, vive l’économie.

Donc nos bavards au pouvoir ont le choix entre en dire trop ou pas assez, d’organiser des mascarades, aussi appelées conférences de presse, ou ne rien dire du tout. Après la comédie de la conférence d’hier, aujourd’hui, silence radio. Même Sapin, interviewé ce matin sur ITélé, n’a rien dit en prétextant qu’il ne parlait pas de choses dont il ne connaissait rien. Ce monsieur est un menteur, nous le savions et il nous le prouve une nouvelle fois. Si c’était vraiment le cas mon petit bonhomme mais tu ne parlerais jamais, pour notre plus grand bonheur. Ce type qui fait ce que tous les gouvernements précédents, toutes tendances politiques confondues, faisaient avant lui, avec la réussite qu’on connait, 2100 milliards de dettes, un déficit chronique, le massacre de tous les avantages sociaux acquis de haute lutte par nos pères. Ce pauvre homme ne connait rien à rien, une ménagère sait faire avec son budget sans le dépasser, lorsqu’elle n’est pas victime des publicités mensongères des banquiers qui ruinent les gens sans caractère bien trempé. De quelle réussite peuvent-ils se targuer, et lui en particulier ? Aucune, ni lui ni ceux qui l’ont précédé. Donc, en résumé, tout ce que peut dire ce triste sire doit être mis en doute et donc ne rien croire de ce qu’il dit.

Sachant que l’homme est corruptible, plus ou moins aisément, que celui-ci n’ignore rien de plus que le sens de la mesure qui lui est parfaitement étranger depuis la sortie du jardin d’Eden ou la naissance de l’humanité, comment nos élus vont-ils savoir où est la limite entre en dire trop ou pas assez ? Les paris sont ouverts, mais 2017 étant dans toutes les têtes, il y a fort à gagner à miser sur le trop…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com