Log In

Editôt ou éditard… (140)

Editôt ou éditard... (140)

Les discussions inutiles concernant la future loi sur la sécurité ne changeront donc rien. Cette loi passera, que nous le voulions ou pas. D'ailleurs, selon des sondages faits pour nous convaincre que c'est bien nous qui demandons à être asservis, plus de 60 % des Français sont prêts à accepter de limiter leurs libertés sur internet et ailleurs contre une meilleure sécurité. Mais les dés ne sont-ils pas pipés, en admettant que ces sondages soient réellement le reflet de ce que pensent les veaux qui peuples ce pays, comme disait De Gaulle ? Le fait que les médias, à la solde des gouvernements successifs qui se suivent et se succèdent pour accomplir les mêmes missions, que nos politiciens eux-mêmes et tous leurs affidés, que les multinationales en tout premier lieu, veuillent nous faire croire que nous sommes en danger, n'est-il pas la vraie source de nos craintes sans fondement réel ?

Hilary Clinton, cette grande démocrate ou plutôt hypocrite, est donc candidate à la présidence américaine, première conséquence, les écoutes ne sont pas prêtes à cesser, tout comme Guantanamo et toutes les promesses que son prédécesseur, premier président noir (clair mais noir tout de même) avait déjà faites. Il en va ainsi de nos libertés, faites de définitions toutes différentes parmi ceux qui en parlent, elles seront tels des oiseaux à qui nous ouvrons brutalement la porte de leur cage alors qu'ils ne savent pas voler assez bien pour survivre à ce nouvel espace grandiose mis à leur disposition. Et c'est comme cela qu'ils nous effraient, tous ces braves gens qui ne veulent absolument pas que nous réfléchissions. Ils nous font croire que nous ne sommes pas prêts à la liberté et que dehors, dès que nous sortons de leur emprise, le danger est partout et que nous ne savons pas assez bien voler pour survivre. Mais, tout comme les oiseaux, nous sommes capables de nous adapter, nous pouvons, si nous le voulons, apprendre ou plutôt réapprendre la liberté et même si cela ne s'est jamais réalisé depuis la nuit des temps, rien ne nous empêche d'essayer de devenir libres. Ce n'est pas parce que les preuves de notre intelligence ne sont pas évidentes que nous en sommes dépourvus et rien ne nous oblige à le penser, voire à le croire.

Bien évidemment, je suis contre cette loi liberticide, mais vous me connaissez, je suis excessif. Je suis pour une liberté totale, mais celle-ci est-elle compatible avec la démocratie ? La question paraît stupide mais à y bien réfléchir… Pensez-y… Ce n'est pas aussi simple que cela. Si la démocratie est de donner la parole au peuple, comment une seule voix peut-elle être négligée, oubliée, parfois bafouée ? Chaque opinion ayant la possibilité d'exister, il semble assez injuste qu'elle n'est pas son influence dans l'ensemble des autres opinions, même si elle est définitivement et grandement minoritaire. La liberté permet de penser comme on l'entend mais si cette opinion ne sert à rien, à quoi sert-elle ? N'est-ce pas aussi une raison de la désaffection des citoyens pour les urnes ? Le fait majoritaire n'est pas démocratique et je ne parle même pas des systèmes électoraux qui permettent une grande stabilité politique au profit de partis puissants qui ne partagent en rien leur pouvoir. La démocratie est le régime politique qui doit laisser apparaître toutes les couleurs qui font l'arc en ciel des choix politiques des citoyens d'un état. Si une seule voix est négligée, la démocratie disparaît au profit de tout autre régime où certains peuvent faire fi de l'opinion des autres et détourner le pouvoir qu'ils tiennent de leurs concitoyens au détriment de ceux-ci.

C'est ainsi que le terrorisme aide beaucoup les gouvernements du monde dans la suppression de nos libertés. Il formate une espèce de consensus mou, une absence totale de contradiction, une apathie intellectuelle et philosophique qui sont contraires aux désirs de ceux qui mènent nos pays car nos réflexions autonomes ne nous feraient pas acquérir leurs produits aussi facilement. Nous ne sommes que des pions numérotés qui se déplacent et vivent sur l'échiquier de l'économie mondialisée tenue en otage par les banquiers qui la financent. Ce consensus permanent est ce que nous appelons sommairement le « politiquement correct » où tout est normé, normalisé, standardisé, programmé, pour ne pas nuire à l'économie, seule gagnante de nos abdications et détentrices des clefs de nos chaînes dorées, que nous avons choisies nous-mêmes, pour mieux nous asservir, et dans la plus grande des gaîtés. La liberté n'est pas de choisir ses chaînes mais bien de s'en séparer. C'est pour cela que nous livrons des armes à ceux qui tuent nos enfants, nous les formons, nous leur communiquons le savoir et les informations nécessaires à leur passage à l'acte que nous leur avons aussi suggéré. C'est parce que nous voulons avoir peur que nous donnons à nos pseudo ennemis les moyens d'attiser nos craintes, la boucle est bouclée. Encore une petite chose, voyez-vous à quelle vitesse les chinois sont en train de s'armer jusqu'aux dents, maintenant les indiens les rejoignent, les Rafale ne sont pas achetés par hasard aujourd'hui. Les Américains n'ont jamais cessé de s'armer et je crois qu'ils ne cesseront jamais… Et les Russes, et Israël, et… Que croyez-vous que cela signifie que tous ces sauvages civilisés s'arment de cette façon ?

Que la loi qui fera de nous des imbéciles craintifs et enchaînés passe, pas de souci, il faut croire que tant que nous ne toucherons pas le fond rien ne sera possible. Vivement qu'on y arrive !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com