Log In

La Grèce va-t-elle mourir ?

La Grèce va-t-elle mourir ?

Certains, comme Le Monde, parle du démarrage de compte à rebours pour ce qui concerne le problème financier de la Grèce et de son dénouement attendu dans les prochains jours. Mais cela fait déjà tellement de temps que nos institutions gangrenées par les soumissions de nos politiques au monde de la finance. Cet ennemi sans visage qui devait être celui de notre président qui est victime d'une amnésie partielle depuis son discours du Bourget. Avez-vous remarqué comme nos journalistes, à la solde des banquiers, des multinationales et des gouvernements successifs aiment à cultiver ce suspens avec force gros titres sur les dernières chances… qu'on ne compte plus ? Tout cela est bidon ! Ils se moquent de nous !

Il fut promis à Alexis Tsipras 7.2 milliards d'euros contre une réforme en profondeur de l'économie grecque. Je traduis en Français clair, si la Grèce ne se met pas au diapason de l'Europe dans sa politique économique néolibérale, bernique les sous… Excusez-moi de la trivialité de ma traduction mais c'est vraiment ce que cela signifie. C'est à dire qu'en gros si la Grèce n'abandonne pas immédiatement toute autonomie et toute liberté de choix quant à sa politique économique, on la sacrifie sur l'autel de la finance internationale. Et, nous dit-on, le FMI est encore plus sévère et rigoureux dans le choix et la mise en place de ces réformes que la CE ou même la BCE, c'est dire si nous approchons de la mise à mort de la Grèce, comme tant d'autres fois précédemment. Bien que la Grèce n'ait jamais eu la prétention d'être un modèle en économie avec son travail au noir permanent, son évasion fiscale à grande échelle, ses curés et leur église qui ne paient pas d'impôts alors qu'ils sont les plus riches du pays (belle image de la charité chrétienne orthodoxe, ils ressemblent à s'y méprendre à l'église catholique), ce pays ensoleillé mérite-t-il toute absence de respect, ne serait-ce que celui que nous devons à un mourant ?

C'est cette totale absence de compassion, de générosité au chevet d'un malade qui fait pitié. Pitié non pas pour les Grecs qui méritent bien mieux que cela, mais pour ceux qui la conspuent, qui l'insultent et la moquent, nous les riches européens, perclus de dettes aussi et de lamentables politiques qui mettent à mal les plus démunis de nos sociétés. Ce que veut l'Allemagne c'est une Europe où nous travaillerons pour 1 euro de l'heure, que nous prenions nos retraites à 70 ans et que nous ayons la courtoisie de mourir à 71 pour faire encore plus d'épargne malsaine sur nos dos voûtés et arc-boutés sous la charge de l'état. Eh bien moi mon admiration est acquise aux Grecs, pour leur triche excessive contre des gouvernements corrompus, le peuple ne faisait jamais que copier ses élus qui se remplissaient les poches et savaient tout ce qui se passait dans le pays mais n'ont rien fait car cela les aurait obligé à cesser leurs propres magouilles. Le peuple à mimé ses élus corrompus et je l'en félicite car par ce moyen il a montré qu'on pouvait tuer un état si nécessaire et que c'est facile. Oh oui que c'est facile, ah si seulement nous avions des accessoires indispensables à la masculinité entre les jambes, nous aurions pu faire pareil que les Grecs, comme jadis…

Mais comble de tout, vous lirez, comme je l'ai fait, que de l'argent a été gagné par la BCE sur le rachat des dettes publiques grecques depuis cinq ans, et pas quelques sous, non, 1.9 milliard d'euros… Comment on peut gagner de l'argent en rachetant des dettes restera un faux mystère pour moi mais ce qui importe est que cet argent appartient à la Grèce et que, dans sa grande bonté, la BCE va intégrer cette somme dans les 7.2 milliards qu'elle va donner à la Grèce. On lui prête son argent, en résumé ??? Voilà un remède qu'il est bon aurait dit Coluche. C'est un médicament de cheval ou plutôt… d'âne ? Comment peut-on qualifier ce type de solidarité entre membres d'une association ? Escroquerie serait le mot juste, même si ceci est légal ce n'est absolument pas éthique, comme d'ailleurs tout ce que font l'Europe et les gouvernements qui la composent. On ne peut pas faire confiance à nos représentants, c'est un fait acquis, ils ont pris le mandat de représentation que leur avons donné pour un chèque en blanc sur notre avenir qu'ils ont choisi sans même s'intéresser à nos désirs, à nos souhaits et à ceux de nos enfants.

Je vais vous faire le scénario des événements qui vont advenir au début de ce mois de juin. A la dernière minute, comme d'habitude, après de longues heures de négociation et peut-être même la nuit, l'Europe va distribuer aux Grecs les fonds promis. Pourquoi ? Tout simplement pour les mêmes raisons évoquées ci-dessus, nos politiciens n'ont pas d'organes génitaux masculins, ils ont peur. Ils ont donné naissance à un monstre et ne savent pas comment faire pour le calmer sans employer des remèdes dont ils ne connaissent pas les effets secondaires. Ils craignent la mort, la fin de cette Europe maudite qui a réduit à la misère des millions d'êtres humains naïfs et confiants en la parole de leurs mandataires politiques. Je ne suis pas plus malin que vous ou que des brigands qui nous gouvernent, ils savent, nous savons tous que nous allons dans le mur, mais nous sommes abasourdis de tant de stupidité, la nôtre, et cela nous empêche de voir avec discernement la voie que nous devons choisir avant qu'il ne soit trop tard. La peur nous rend inefficients, le sang a glacé dans nos veines et nous ne pouvons qu'assister, béats, à notre propre décadence éthique et déclin spirituel et matériel.

Nous ne devons pas avoir peur pour une seule raison au moins. Tout ce cirque ne tient que par des conventions que nous avons imaginées et mises en œuvre. Est-il si difficile de changer de conventions ? Non ! Seul souci ceux qui s'opposent à cela sont ceux qui paient nos représentants pour les circonvenir, les multinationales et les banques qui croient que le règne de l'argent n'est pas encore terminé alors qu'il est mourant autant que la Grèce… Nous laisserons-nous faire encore longtemps ?

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com