Log In

Adieu l’émir on t’aimait bien…

Adieu l'émir on t'aimait bien...

J'ose caresser l'espoir de ne pas m'être fait un ennemi en la personne de Jacques Brel en parodiant une de ses chansons. Mais, connaissant son intelligence et son sens de l'humour, je crois qu'il me comprendra… En fait, il n'est même pas question d'un émir mais d'un roi. Vous savez ce grand roi démocrate, qui coupe des mains, des têtes, qui lapide et qui empêche les femmes de conduire des voitures, celui qui finance nos terroristes préférés de l'état islamique ou de daesh, comme vous préférez, après avoir financé Al Qaïda, celui encore à qui la France doit beaucoup d'argent et qui risque de nous acheter des Rafales, celui qui possède une si belle propriété sur notre côte d'azur tant bétonnée… Lui en tout cas ne risque pas de comprendre mon humour…

Eh oui, vous l'aviez deviné, je parle bien du roi d'Arabie Saoudite qui vient en villégiature dans son nouveau royaume, la France. Je pense qu'il va certainement annexer notre pays, il n'aura même pas besoin de livrer bataille tant nous sommes disposés à devenir ses esclaves, comme ceux qu'il a déjà, et en grand nombre, dans ses déserts inhospitaliers. La Boétie écrivit jadis « Discours de la servitude volontaire », que je vous conseille de lire. Nous on ne l'écrit pas, on la vit, on la met en scène et on la sert à nos maîtres. Pendant que nous égorgeons nos petits paysans d'un côté, nous permettons à des personnages peu recommandables, humainement et politiquement, de ne pas respecter les lois de notre république bananière. En fait, il suffit d'être riche pour être au-dessus des lois dans notre belle et riche contrée, ou d'être politicien, ou star du football ou du show business. Enfin, il suffit en résumé de n'être pas issu du peuple. Il faut être reconnu et là tout est possible, tout est permis.

Que ce gros roi, bouffi d'orgueil et de suffisance, juge nécessaire de mettre en place un ascenseur pour aller de sa propriété jusqu'à la plage, publique, en contrebas ne prouve qu'une seule chose, qu'il est trop gros pour se mouvoir sans l'aide de machines qui le transportent. Mais qu'il fasse interdire cette plage, je le répète publique, afin de réaliser ses travaux, qui devraient être interdits d'ailleurs, et ensuite avoir la jouissance de cette belle petite plage pour lui est cinq cents acolytes, cela est parfaitement interdit. Nous avons, difficilement établi une loi qui préserve le littoral français d'être accaparé par des personnes morales ou physiques qui le souhaiteraient mais c'est ben la dernière loi qui est et sera respectée. Passez sur les plages du Martinez ou du Carlton à Cannes et vous verrez si la loi littoral est respectée, pas de danger, les riches sont bien protégés. Ne voyez pas dans mes propos une quelconque jalousie. J'ai connu tout cela il y a déjà longtemps et je n'en garde pas un souvenir apaisant ni agréable. Bien sûr il est délicieux d'avoir à son service tous ces gens qui courent après le pourboire et qui font preuve d'un professionnalisme qui force le respect, mais le plaisir est éphémère pour qui joue un rôle comme je le jouais jadis. Je ne veux pas devenir un esclave mais je n'accepte pas, non plus, d'être servi par eux.

Le pire dans tout cela repose sur les opinions des gens à qui on va empêcher la fréquentation de cet endroit pendant le séjour du gros roi en question. Comme c'est la mode depuis l'existence des chaînes d'information permanente, le public est interrogé pour donner « l'opinion populaire »… Une dame dit : « c'est pour la sécurité du roi, pas pour prendre la plage, s'il y avait un attentat… », un autre « c'est tout de même un roi »… Servilité volontaire je vous disais, j'en suis encore loin ! Ils sont encore pires que ce que je croyais, en tout cas ces deux-là. Il n'y a pas de différence entre un roi et nous, pas plus entre un élu du peuple et le peuple en question, fut-il président d'une république bananière comme la France. A quoi ont servi nos trois révolutions bourgeoises alors ? Et la nuit du 4 août ? Nous sommes des esclaves mais ce ne serait pas grave si nous y étions contraints, nous demandons avec force et vigueur qu'on nous pose des chaînes aux pieds, aux mains, et à nos cervelles lobotomisées ! Vive l'esclavage volontaire ! Inscrivez-vous vite, il n'y aura peut-être pas assez de boulets pour tout le monde.

Juste un mot sur nos paysans. Leur sort est de toute façon scellé depuis longtemps. Les petites exploitations doivent mourir pour laisser la place à agro-industrie, de la production à la fabrication de produits finis. Et ce qui est le plus drôle est encore une fois la réaction des gens qui sont interrogés par les médias. Avez-vous vu ces ménagères, ces acheteurs de viande devant des étals pleins à craquer, n'avez-vous rien remarqué ? Toutes les interviews ont lieu dans des supers et hypermarchés. Seule l'une d'entre elles a été faite chez un boucher dans un bel arrondissement de Paris où la viande est sélectionnée directement par le boucher chez l'éleveur. Inutile de vous dire que la viande se vend à prix d'or dans cet établissement. La seule façon de sauver ce qui reste de nos producteurs de viande, nos vrais paysans, c'est effectivement d'acheter nos viandes, pour ceux qui en mangent, chez un boucher et pas dans un super ou hypermarché. Et nous ne sommes pas obligés de la payer une fortune dans les beaux quartiers, il y a des boucheries tout à fait honorables dans tous les coins de notre pays. Nos journalistes, peut-être un peu fainéants et livrés pieds et poings liés à leur commanditaires annonceurs et autres puissants groupes médiatiques, vantent sans le savoir, ou pire en le sachant, le commerce qui tue les petites entreprises, qu'elles soient agricoles ou pas.

Je crains le pire pour notre avenir, pas le mien, j'ai vécu plus qu'il ne me reste à vivre, mais mes enfants, mes petits-enfants… Nous vous léguons l'enfer et le pire est que vous refusez d'ouvrir vos yeux sur cet héritage maudit, vous l'acceptez sans mot dire.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com