Log In

« La » Chronique du week-end… (152)

"La" Chronique du week-end... (152)

Il est toujours étonnant de voir à quel point les ego sont susceptibles de changer un être dans le but ultime de lui faire paraître une valeur qu'il n'a pas et qu'il a peu de chance d'acquérir quel que soit le temps et l'énergie qui y seraient consacrés. Hollande reprend une idée de la brute épaisse de la finance allemande en la personne de son sinistre de l'économie, Wolfgang Schäuble. Celui-ci non content de vouloir éliminer la Grèce de l'euro et de l'épingler sur son tableau de chasse personnel, voulait créer une zone euro dans la zone euro en février et mars dernier. Son dernier dada, repris par notre autre pays du fromage, faire une zone euro des riches dans la zone euro globale. C'est tout de même bizarre cette manière de vouloir toujours annihiler les pauvres au profit des nantis, non ?

Méfions sans répit de ces gens qui n'ont de cesse qu'après avoir séparé, opposé, éclaté la foule de leurs ennemis, mais aussi de leurs amis et alliés. Cette maudite habitude de se mettre en valeur par la puissance financière qui n'est finalement que la démonstration pratique du culte du cynisme et de l'iniquité. Quelle idée ! Vouloir encore créer une nouvelle couche de fonctionnaires, bardée d'avantages et de prébendes mais qui, cette fois, serait élue et donc démocratique ou plutôt pseudo démocratique. Un nouveau parlement spécialisé dans la surveillance et la maîtrise des finances européennes. Devinez qui serait le patron de cette nouvelle autorité qui viendrait s'ajouter à un euro groupe complètement illégal et qui n'a aucune justification ni économique ni démocratique, à un patron, Français, commissaire européen en charge de l'économie, à un parlement européen sans intérêt, forcément un Allemand, les chantres du néolibéralisme européen aidé et soutenu par l'équipe de Cameron aux ordres des Américains.

Finalement Hollande a totalement raison de reprendre cette idée nauséabonde d'éclatement entre riches et pauvres, c'est tout à fait socialiste comme comportement, non ou je me trompe. Peut-être ai-je conservé en mémoire les anciens idéaux de générosité et de partage qui firent les beaux jours des idées de gauche, à l'époque où Macron n'était pas encore né. Il a raison, il faut faire éclater l'euro et même l'Europe. Je suggère, à sa différence, que ce soit les pauvres qui quittent les bancs de cette assemblée de persécuteurs des démunis. Telle l'association des pays non alignés d'antan, faire une nouvelle équipe des non alignés européens, qui accepterait de continuer de faire partie intégrante de l'Europe mais sans la respecter, ni elle ni ses directives. Pourquoi ? Pour forcer les tenants du pouvoir européen à choisir entre continuer à jouer aux néolibéraux manipulateurs et rançonneurs et en se détachant volontairement du reste de la communauté européenne, et à remettre en question leur technique de gestion pour la rendre à la fois plus humaine et moins autoritaire. Puisque les riches veulent se regrouper pour gouverner les pauvres, que les pauvres les laissent partir en cessant de leur obéir.

Depuis le début l'Europe a toujours été organisée pour que les riches fassent la pluie et le beau temps de tous les autres. Il n'y a pas de raison, à entendre les Schäuble et Hollande, que cela ne continue pas. Les Grecs, humiliés, rackettés, mis au ban de la communauté européenne par des nordistes sans foi ni loi, sont l'exemple donné à tous ceux qui ne voudraient pas se plier aux diktats allemands. Le message est clair, seuls les naïfs ne l'auront pas compris, ce que nous faisons à la Grèce depuis cette semaine est la pire insulte que l'on puisse faire à un état libre et autonome. Ce n'est pas une mise sous tutelle comme le disent gentiment les journalistes qui répètent sans réfléchir ce que leur ordonnent les gouvernants français et allemands. C'est une prise de contrôle total d'un pays par « ses partenaires » devenus ses maîtres. Oui, cette semaine a été difficile pour Tsipras à qui l'on reproche les cinquante années de gabegie auxquelles il n'a jamais participé. On lui reproche de n'avoir pas fait en cinq ou six mois ce que ses prédécesseurs n'ont jamais fait depuis la fin de la guerre civile qui suivit la fin de la dernière guerre mondiale.

Que l'Italie, l'Espagne, le Portugal, l'Irlande, et la France se le tiennent pour dit, ou nous rentrons dans le rang allemand ou nous serons ni plus ni moins éliminés de direction de nos propres affaires. Une fois pour toutes, il faut que les Européens comprennent que les marchés, la descente aux enfers des plus défavorisés, la toute puissance des sociétés transnationales, sont le lot de chacun d'entre eux et sans ce renoncement aux autres techniques de gestion point de salut dans leur communauté qui ne sera que l'antichambre d'une Allemagne hégémonique économiquement et politiquement. C'est cela que nous apprend la semaine écoulée, faite de la résignation des uns et de la brutalité des autres. C'est un avertissement sans frais qui nous a été délivré par les huissiers allemands. Non, ne croyez pas que je sois anti allemand ou quoi que ce soit dans ce style, les Allemands, les Américains, les Français, tout ça c'est du pareil au même, des lobotomisés dirigés par des savants fous qui les enfoncent tous dans la fange depuis maintenant plus de quarante ans sans que nous y trouvions quelque chose à redire.

C'est de notre soumission que ces gens profitent, de notre résignation, de notre abandon, de notre refus de demeurer des êtres humains autonomes et responsables. Que le diable nous emporte tous, eux et nous… C'est d'ailleurs ce qu'il fait !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com