Log In

« La » Chronique du week-end… (153)

"La" Chronique du week-end... (153)

Pendant que la marque Boulanger injurie ses clients par l'entremise de méthodes qui paraissent trop bien pratiquées pour ne pas être imposée par la direction, pendant que les supporteurs des rois de la pédale garnissent des Champs Élysées pluvieux afin d'oublier qu'ils sont plus de 5.5 millions à chômer dans le pays, tout compris, pendant que le roi saoudien profite d'une plage qui ne lui est prêtée que dans l'espoir de lui vendre des Rafales par une France telle une péripatéticienne qui attend son « petit cadeau » avant de se déshabiller, pendant que les conversations sur les Grecs s'arrêtent alors qu'elles devraient commencer, pendant tout ça, nous sommes dans les bouchons dans l'attente de l'arrivée sur nos lieux de villégiature… Ça commence bien !

Nous sommes en train de passer à côté d'une expérience qui aurait été très enrichissante pour le monde entier, enfin pour notre planète sûrement. On pourrait appelé cela un acte manqué. Ce ne sera pas la première fois, mais cette occasion que nous avons laissée passer ne se reproduira pas de sitôt… peut-être. De quoi suis-je en train de parler ? De la Grèce justement, mais pas de la même façon que d'habitude, j'avais rêvé d'une autre issue à ce conflit entre les forces négatives de l'argent-roi et les forces positives créées par la volonté et le désir de chercher et de trouver de nouvelles solutions, au moins d'essayer. Je vais partir d'un exemple très concret. Selon Serge Latouche : « sur deux siècles, en France, la productivité horaire du travail a été multipliée par 30 pendant que la durée individuelle du travail n'a été divisée que par deux et l'emploi n'a été multiplié que par 1.75, tandis que la production a été multipliée par 26 »… Je crois qu'il n'est pas nécessaire de donner d'autres arguments pour prouver que les souhaits des patrons ont été exaucés alors que ceux de leurs employés attendent toujours et attendront ad vitam æternam.

Comme je le dis souvent, il est faux de penser que la mission des entreprises est de générer des emplois, cela n'a jamais été le cas et cela ne le sera définitivement pas. Elles sont là pour faire des profits car elles défendent un point de vue économique uniquement capitalistique. Il faut du capital, toujours et encore plus de capital, un capital qui ne crot pas disparaît, selon la théorie socialo-capitalo-libérale. En revanche dans la situation de la Grèce, Tsipras, s'il avait eu autant de courage qu'on aurait pu l'espérer, le capital pouvait perdre le pouvoir qu'il détient depuis trop longtemps, l'occasion manquée est là. En effet, deux conditions sont nécessaires à un changement de société, que le pouvoir en place (celui de l'argent-roi dans notre monde) disparaisse, et que le peuple soit enclin à accepter des sacrifices qu'il n'aurait jamais agréés dans d'autres conditions que celles qu'il traverse. Or, nous voyons bien que le peuple est prêt à tout pour sortir de cette situation, il a même mis en place un gouvernement dont c'était la promesse. Mais Tsipras n'a pas voulu prendre le risque de tuer le système financier qui broie son pays.

Depuis presque cinquante ans, nous nous laissons porter sans réfléchir par le capitalisme exacerbé de notre « allié » aux grandes oreilles auteur de l'American Way of Death. Nous nous laissons endoctriner, sans même avoir l'ombre d'un soupçon des intentions réelles des manipulateurs financiers et transnationaux qui animent les marionnettes de Washington et de Bruxelles. Nous regardons béatement les maillots colorés de drogués sur roues, les jambes musclées de footballeurs non moins drogués et des émissions de télé-réalité afin de mieux oublier nos vicissitudes, nos turpitudes, nos lâchetés et nos abandons. Mais nos mauvaises consciences savent, non seulement elles savent mais elles culpabilisent et nous avons là une des raisons de notre mal-être général et de nos absorptions d'antidépresseurs à la tonne. Non content d'être persécuté au travail, notre résignation nous achève en silence dans les tréfonds de nos subconscients. Encore une fois, je ne suis pas bolchevique, le collectivisme a su nous prouver qu'il ne pouvait résoudre nos problèmes. Il nous faut autre chose, le productivisme débridé souhaité et vanté par les capitalistes et les collectivistes n'est pas la solution, nous le voyons bien tout en fermant les yeux. Tsipras pouvait essayer autre chose, il pouvait tenter l'aventure, mais… Il a eu peur ! Ses maîtres-chanteurs l'ont intimidé et pire encore, cela signifie qu'il ne fait pas confiance en son peuple !

Il ne mérite pas de garder le poste qu'il occupe car il a trahi sa cause, comme Hollande, comme Sarkozy, comme tous les élus du monde dit civilisé, qui, au lieu de donner le bonheur à leur peuple, ne font que s'arroger des droits qui ne sont pas les leurs mais ceux de leurs mandants. Pendant que les corrompus laissent les industriels de l'agroalimentaire nous empoisonner avec des ingrédients interdits dans les merguez que nous faisons griller sur nos barbecues, qu'ils pérennisent l'action dévastatrice d'Areva qui brille par l'incompétence de ses dirigeants et leur esprit de lucre, que les pollueurs nous assassinent et nous font payer le prix exorbitant de leurs émanations industrielles et de leurs conséquences, pendant que la honte jaillit sur nos visages sous la forme de la rougeur que le soleil nous permet de dissimuler sous le bronzage, le monde se meurt ! Sous nos yeux au regard complaisant, notre univers se délite, se décompose, lentement, mais tout de même de plus en plus vite. Nous assistons paralysés par la peur du changement à la disparition peut-être de notre propre espèce, juste parce que nous avons peur.

Nous devrions être tous dans la rue pour hurler notre volonté de survie, mais nous préférons jouir jusqu'à l'extinction définitive. C'est un choix, c'est le nôtre ! Amen.

A bon entendeur, devenez sourd.

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com