Log In

Le sens de nos vies…

Le sens de nos vies...

Il y a des faits économiques qui, apparemment, n'ont aucune raison d'être liés malgré une croissance ou une décroissance simultanées, mais qui, finalement, ne sont que les maillons d'une même chaîne. Cette même chaîne étant trop longue pour nous apercevoir que ces faits en faisaient partie intégrante d'un seul regard ? Eh bien, à bien y réfléchir, non ! Tout est lié, en économie comme dans toutes les choses qui nous entourent, qu'elles touchent au climat, à l'égalité, à l'éthique, à l'agriculture comme à l'industrie. Chaque décision que nous prenons a des conséquences complètement inattendues dont nous nous apercevrons dans un avenir plus ou moins long. Nous vivons dans un réseau universel où tout a de l'importance… surtout nos stupidités quotidiennes !

Je me doute que vous souhaitez un exemple pour vous éclairer sur mon point de vue ? Comme à l'accoutumée je vais vous satisfaire mais vous êtes libres de partager ou pas le point de vue que je vous donne, bien entendu, le principal est que votre opinion, quelle qu'elle soit, représente la vôtre, après réflexion et autonomie. Y a-t-il un lien entre le développement sans limite de tous les types d'extraction des énergies fossiles, et dans celui de l'intensification des attaques du système libéral sur notre pays comme sur tous les autres, mais dont la France fait figure de tête de file des états au comportements sociaux ? Apparemment les liens, s'il y en a, n'apparaissent pas franchement. Et pourtant… on sent bien qu'ils sont possibles car dans les marchés libres tans souhaités par nos entrepreneurs sans foi ni loi outre que le profit, seule la totale liberté pourra les autoriser à tout faire pour engranger toujours plus d'argent. Encore une fois, il ne s'agit pas ici d'un discours collectiviste dont je me défends, il est question d'une éthique qui se veut la gardienne de nos consciences et de notre terre que nous devons remettre entre les mains de nos enfants.

Si lien il y a, quel est-il ou quels sont-ils ? Je vous suggère de lire le livre de Naomi Klein, « Tout peut changer », c'est utile pour l'éveil de nos consciences de voir ce que font les ennemis du genre humain pour satisfaire leurs besoins égoïstes de puissance et d'argent. Vous vous apercevrez, comme je l'avais constaté par moi-même de la même façon sans grandes recherches, que les directeurs de compagnies pétrolières et gazières ont, soit directement soit via certains de leurs puissants partenaires et actionnaires, pris des postes de haute responsabilité dans des organisations qui se veulent « amies » de l'écologie. Ceci fait, ces gens gavent de dons et autres subventions de leurs fondations ces mêmes organisations et y mettent leurs alliés à des point clefs, voire au plus haut niveau. Conséquence inévitable de cette collusion entre pollueurs et écolos, le message de l'écologie est édulcoré, pour le moins, voire complètement annihiler, asphyxier de cet environnement agressif mais subversif.

Mais ce n'est pas fini, par l'entremise de fondations qui dispensent aussi de larges dons aux partis politiques de tous bords, la même stratégie porte aux mêmes conséquences. Et l'on voit les mêmes gens, ou des membres de leurs cliques, ces voyous de l'industrie la plus polluante, appartenir aux dirigeants des plus grandes entreprises pollueuses, mais aussi à la tête de conseil d'administration d'association écologistes et membres éminents de syndicats patronaux et de partis politiques libéraux. La boucle est bouclée, depuis les partis et via les leviers que représentent leurs syndicats, fondations et associations écologistes qu'ils financent tous, les plus grands exterminateurs que la terre ait portés font ce qu'ils veulent en nous traînant dans un univers de plus en plus libéral, pas libre je dis bien libéral, qui va mettre en place l'extinction de notre espèce à moyen ou long termes. En conclusion, je dirai que ce ne sont pas des liens qui lient les antagonismes de mon exemple, ce sont des chaînes on ne peut plus visibles et concrètes qui pèsent sur nos pieds englués dans une terre qui, bientôt, ne voudra plus nous nourrir. Mais si ces chaînes sont concrètes et visibles, pourquoi ne nous rebellons-nous pas ? Qu'attendons-nous pour réagir ? Cela commence, toujours dans le livre de Naomi Klein, vous verrez que la « Blocadie » est un nouveau type de pays transnational qui lie tous les opposants aux tendances génocidaires dans de plus en plus d'états de notre boule bleue. Et c'est heureux ! On n'attend plus que nous, vous, moi, nos voisins, nos amis, nos familles, nous avons un rôle humanitaire à jouer, pas pour nous, mais pour nos gosses.

Je vous livre ici des propos qui ont été tenus il y a fort longtemps par un génie :

« Certes, comme le feu d'une petite étincelle devient grand et toujours se renforce, et plus il trouve de bois, plus il est prêt d'en brûler, et, sans qu'on y mette de l'eau pour l'éteindre, seulement en n'y mettant plus de bois, n'ayant plus que consommer, il se consomme soi-même et vient sans force aucune et non plus feu : pareillement les tyrans, lus ils pillent, plus ils exigent, plus ils ruinent et détruisent, plus on leur baille, plus on les sert, de tant plus ils se fortifient et deviennent toujours plus forts et plus frais pour anéantir et détruire tout ; et si on ne leur baille rien, si on ne leur obéit point, sans combattre, sans frapper, ils demeurent nus et défaits et ne sont plus rien, sinon que comme la racine, n'ayant plus d'humeur ou aliment, la branche devient sèche et morte. » … « Il n'est pas croyable comme le peuple, dès lors qu'il est assujetti, tombe si soudain en un tel et si profond oubli de la franchise (= liberté), qu'il n'est pas possible qu'il se réveille pour la ravoir, servant si franchement (= librement) et tant volontiers qu'on dirait, à le voir, qu'il a non pas perdu sa liberté, mais gagné sa servitude. » Ces mots simples mais clairs sont d’Étienne de la Boétie (1530-1563). Mort à 32 ans, il écrivit à 18 ans « Discours de la servitude volontaire » que je vous conseille ardemment aussi et d'où sont tirées les phrases ci-dessus citées.

Il est à croire que nos gouvernants, de droite, de gauche, du centre, des extrêmes, n'ont jamais parcouru ces lignes purificatrices de biens des maux dont ils sont les victimes sans le savoir, mais il n'est jamais trop tard, ils peuvent encore se suicider…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com