Log In

Editôt ou éditard… (155)

Editôt ou éditard... (155)

Quand on veut tuer son chien, on dit qu'il a la rage… Dicton qui explique pourquoi les gouvernements trouvent plus facilement les coupables lorsque ceux-ci présentent l'inconvénient, pour ces coupables putatifs, de leur être opposés. Ainsi, comme par hasard, la vidéo qui permet de reconnaître un des auteurs présumés de l'attentat de Bangkok, montrerait l'image d'un des plus importants partis s'opposant à la junte militaire qui vola le pouvoir par un coup d'état l'an dernier. Évidemment, ce ne peut être que les chemises rouges qui ont commis une telle atrocité, mais… Ce parti n'a jamais opéré de cette manière, alors est-ce une novation dans leur mode opératoire ou le détournement des accusations sur la bête noire des militaires qui gouvernent la Thaïlande ?

Vous vous souvenez sans doute de mon article sur le film « V pour vendetta », dont je réitère le conseil de vision, il devrait même être obligatoire de le voir et le faire rembourser par la sécurité sociale. Dans ce magnifique film à la gloire de la Liberté, c'est un gouvernement du futur qui ordonna lui-même le massacre de centaines de milliers de victimes pour attester de la nécessité de mieux assurer la sécurité de son peuple en le privant, dans le même temps, de ses libertés individuelles. Mais ne voyez-vous pas que nous assistons, de nos jours, aux mêmes maux. Lorsque nous bataillons contre un ennemi financé par nos alliés, lorsqu'un de ces alliés profitent de l'embarras général pour supprimer ses opposants régionaux, lorsque nous attaquons un pays sans raison, alors que nous invitions ses dirigeants le moment précédant notre agression, en sachant pertinemment que le désordre généré sera sans commune mesure avec l'espérance démocratique servant de prétexte, lorsque nous profitons du terrorisme que nous soutenons en catimini pour installer toujours plus de caméras et de lois liberticides, ne faisons-nous pas la même chose que le gouvernement du film ? C'est exactement la même chose, nos gouvernements n'ont pas encore atteint les limites quantitatives des massacres du film mais les ont dépassées, pas encore chez nous mais chez nos supposés ennemis c'est certain, depuis déjà longtemps.

Bien entendu, je n'accuse pas le gouvernement thaïlandais d'avoir mis la bombe ou de l'avoir fait poser car je n'en ai pas la preuve, mais c'est justement là où se trouve le problème, le vrai problème. Les preuves sont les moyens pour les coupables de passer au travers des gouttes de la pluie embêtements qui leur tomberait dessus si nous n'étions pas obligés de prouver qu'ils sont ceux qui ont agi ou fait agir. En France c'est pire encore, il faut des aveux… Inutile de vous dire qu'avec des aveux non donnés et des amis politiques ou dans les bons milieux, vous ne risquez pas d'aller en prison, ni d'être sanctionné d'une manière ou d'une autre, comme les Chirac, Tibéri, Thévenoud, Cahuzac, Sarkozy et tant d'autres plus discrets. Même si les dirigeants thaïlandais n'ont pas mis la bombe de leurs mains, ils tirent profit de cela et c'est tout de même le souci d'un gouvernement de faire régner la justice dans le pays qu'il dirige, à commencer par ne pas prendre le pouvoir par la force. Les réseaux et les services, plus ou moins secrets, à la disposition des gouvernants de tous les pays du monde servent à de basses besognes dont nous ne saurons, presque toujours, si peu de choses que, ni les uns ni les autres, ne seront jamais inquiétés. Même la Justice doit être rendue au peuple et mérite une réforme, une réelle, pas un lustrage politique qui sert à positionner ses amis aux meilleures places.

Étonnamment, pour la majorité des gens, après un pareil massacre, ils trouvent normal que la première remarque s'occupe d'économie et de la perte touristique que cela va entraîner… Bizarre, les êtres humains ont moins de valeur que la défense des intérêts touristiques des marchands du temple. Nous ne sommes plus rien d'autre que des consommateurs, ceci implique que des gens réfractaires, tels que je peux l'être, deviennent, par conséquence, des mécréants et de dangereux subversifs qui nuisent aux intérêts du pays. Par ailleurs, il faut tout de même prendre en compte une donnée fondamentale. Nos investissements touristiques pour des contrées sous la férule de dictatures plus ou moins déclarées ne font que les pérenniser. On pourrait imaginer n'acheter des produits qu'à des pays démocratiques qui ont les mêmes régimes sociaux que nous et se rendre en congé que dans des pays où une vraie démocratie règne au profit de ses habitants. La première conséquence de ces décisions raisonnables seraient, plus d'achat en Chine ou chez des voisins qui utilisent des travailleurs détachés et la seconde serait plus de vacances en dehors d'une petite dizaine de pays et encore il faudrait regarder de bien près…

Sachant que c'est par l'économie que nous tenons la dragée haute à tous les pays sous-développés du monde, où nous allons en vacances et achetons des matières premières à vile prix, si nous appliquions ces décisions, nous n'aurions plus aucun pouvoir sur eux et ils trouveraient certainement d'autres manières de survivre, on peut espérer qu'elles seront moins pires que celles que nous leur imposons…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com