Log In

« La » Chronique du week-end… (156)

"La" Chronique du week-end... (156)

Les Américains sont très forts, trop forts diraient les jeunes qui ne connaissent ni le Français ni quoi que ce soit grâce à une école aux abonnés absents du fait de l'impéritie de nos gouvernements successifs. Pourquoi nos voisins d'en face sont-ils si forts ? C'est simple, la seule attaque de train qui ait eu lieu dans notre beau pays voit intervenir deux militaires et un étudiants étasuniens, qui non contents de passer des vacances bien méritées en rentrant d'Afghanistan se paient quelques minutes de loisir avec un terroriste bien de chez nous dans un train à grande vitesse. Un renfort anglais et un second français permirent de reconstituer une alliance, pas si ancienne, qui nous vit tous réunis pour servir la cause du bien… comme à l'accoutumée. C'est beau comme un film américain… Pendant ce temps-là, d'autres étasuniens nous présentent Enrico Macias comme la star préférée de feu Ben Laden. Au moins une question surgit précipitamment de mon esprit embrumé par tant de bonheur. Méritons-nous tant de félicité ?

Mais avant d'y répondre, peut-être est-il nécessaire de bien comprendre les deux situations, qui, bien que différentes, ont quelques points communs. Commençons par notre ex plus grand ennemi public, Oussama Ben Laden. Qu'il ait fallu dix ans à la plus grande armée du monde, aux plus riches services spéciaux et secrets de notre globe, alors même que des satellites entre autres choses peuvent compter les cheveux qui nous restent sur la tête, cela n'est pas plausible, pas crédible, pas honnête, enfin en un mot impérialiste ou américain selon vos goûts. Que Ben Laden ait été retrouvé me semble logique, que les soldats mandés pour le tuer aient accompli leur mission aussi, que son corps n'ait pas été montré et qu'on l'ait jeté en mer comme le vulgaire corps d'un migrant soudanais, je n'y crois pas. Je ne suis même pas certain que ce soit Ben Laden qui ait été liquidé comme un pauvre mafioso en goguette, peut-être un baron payé pour jouer le rôle, voire un acteur… Alors si nous faisons les comptes, dix ans pour le trouver et l'éliminer, et quatre années de plus pour fouiller la maison dans laquelle il était soi-disant terré. Et pourtant elle n'était pas grande cette maison, rien à voir avec les palais de nos gouvernants, qu'ils soient américain, français, ou même turc… Je ne suis pas sûr mais j'ai comme l'impression que nous sommes pris pour des dindons dans une farce digne des pires dindes de Noël que j'ai eu la joie de manger. Vraiment ils nous prennent pour des débiles mentaux, nos gentils alliés américains, non, ou je me trompe ? Reste que notre Enrico a été choisi, par je ne sais qui, pour apparaître comme le héros qu'il est dans tout l'univers connu et inconnu… Enfin, très certainement…

Maintenant venons-en à l'attentat déjoué dans le Thalys. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'Obama a envoyé ses sbires de la CIA pour orchestrer une fausse attaque de train en Europe, il y a des limites au complotisme, comme dirait un complotiste, mais c'est possible, dans tous les cas, c'est techniquement possible. Non, j'opterai plus prosaïquement pour l'utilisation forcenée d'un fait d'arme de jeunes gens exercés et formatés pour, sinon devenir des héros, dans tous les cas pour apparaître comme tels. Car, quelle est la gloire de gagner une bataille contre des guerriers moins armés, moins formés ? Il n'y en a aucune, « à vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». Ces soldats risquent leurs vies contre des gens prêts à mourir pour leur cause et c'est ce qui donne à ces terroristes une force et une habileté inégalées par leurs envahisseurs. Cela étant, ces mêmes soldats américains sont préparés à répondre à toute éventualité et, pendant que les autres voyageurs se cachaient, leur réponse pavlovienne à l'agression mit hors d'état de nuire le terroriste armé jusqu'aux dents. Cela ne réduit en rien leur mérite, bien au contraire, il faut d'autant plus les féliciter qu'ils n'ont même pas pris le temps de penser avant d'agir, sinon, auraient-ils agi ? Et c'est de cela que doit être fait un vrai guerrier, de spontanéité et d'obéissance, mais certes pas de réflexion ni de recul sur les situations qu'il doit régler. Heureusement, nous avions les robots-cops étasuniens pour nous aider une fois de plus.

Alors me direz-vous, qu'y a-t-il de commun entre ces deux informations ? Ce qui est finalement le tronc commun dans ces deux événements est l'immense déconsidération dont nos alliés d'outre-atlantique nous accable, ils nous prennent pour ce que nous sommes, des benêts incapables de se défendre seuls. D'un côté ils nous racontent des fables auxquelles nous faisons mine de croire, de l'autre les processus d'instruction et de formation de leurs forces militaires, et encore plus les spéciales, les dotent de moyens que nous ne pouvons même pas imaginer nous offrir. Avec leur monnaie de singe, qu'ils impriment sans cesse pour noyer le monde entier dans leurs problèmes économiques internes, ils peuvent se payer ce qu'ils souhaitent sans coup férir, sans aucune gêne, sans aucun scrupule et surtout sans aucune vergogne. Qui aura l'audace de leur demande de rembourser ce qu'ils doivent ? Personne, même pas leur principal créancier, les Chinois !

Ce que je retiens de tout cela est qu'il va être de plus en plus difficile de se déplacer sans courir de risque. Alors, ce que je suggère à tous est l'adoption d'un GI américain, si vous avez les moyens, un caïd des forces spéciales, et si vous êtes millionnaires, adopter Tom Cruise et l'équipe de « Mission Impossible »… Mais à quelque chose malheur est bon… Moins nous nous déplacerons, moins nous polluerons, sympa, non ?

Au fait, nous ne méritons pas tant de félicité !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com