Log In

17 raisons de rêver…

17 raisons de rêver...

Pendant que Frédéric Taddeï reçoit ses premiers invités pour parler des migrants, l'ONU émet 17 objectifs pour le développement durable, aussi appelés ODD, à atteindre en 2030. Les huit objectifs du millénaire pour le développement qui devaient être atteints en 2015 ne le sont pas, mais des avancées importantes ont été faites dans plusieurs domaines… Une façon sympathique de se remonter le moral après un constat d'échec. Si nous n'arrivons pas à réaliser 8 exploits, comment en réaliser 17 sur une même durée ? Bien sûr nous n'y arriverons pas et tout le monde le sait, vous en voulez la preuve ? Lisez le point 17 et vous aurez compris. Sans financement pas de changement et le financement n'est pas encore trouvé et ne le sera certainement pas à la hauteur des ambitions de nos adorables diplomates des Nations Unies… En fait, ils ne sont que le reflet des dirigeants qui les envoient là-bas, la boucle est bouclée et on se moque encore de nous…

La liste au Père Noël

Voici la célèbre suite de vœux pieux que nos beaux-parleurs, établis dans le confort douillet de la capitale du business américaine, New York, payés par nos impôts et dûment habilités à raconter des fadaises, ont pondu juste avant les fêtes pour qu'on ait le temps d'y penser et de mobiliser nos économies. Simple, claire et précise, elle a l'air d'une bénédiction… Si nous la réalisons !

1. Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.
2. Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.
3. Donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges.
4. Veiller à ce que tous puissent suivre une éducation de qualité dans des conditions d’équité et promouvoir les opportunités d’apprentissage tout au long de la vie.
5. Réaliser l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.
6. Garantir l’accès de tous à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement et assurer une gestion durable des services en eau.
7. Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes à un coût abordable.
8. Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.
9. Mettre en place une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation soutenable qui profite à tous et encourager l’innovation.
10. Réduire les inégalités entre les pays et en leur sein.
11. Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et soutenables.
12. Instaurer des modes de consommation et de production soutenables.
13. Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.
14 Conserver et exploiter de manière soutenable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.
15. Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.
16. Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable, assurer à tous l’accès à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes.
17. Revitaliser le partenariat mondial au service du développement soute
nable et renforcer les moyens de ce partenariat.

Les points de 1 à 7 ne sont effectivement que des vœux pieux sans aucun engagement réel de la part de ceux qui signeront cette feuille de route. Dès qu'un robinet sera installé ou une femme qui entrera dans une université jusque-là interdite à la gente féminine, nous pourrons parler de succès, mais ces « avis », ces « recommandations », n'engagent en rien les signataires en une quelconque obligation de moyens et encore moins de résultats.

Les points 8 et 9 sont le rappel obligatoire qui nous oblige à être toujours et encore productiviste, que la seule issue est donc le libéralisme qui permet le retour à une croissance espérée mais qui ne reviendra jamais, quoi que nous fassions. Tous les soubresauts, tel celui des gaz et pétrole de schiste et d'autres peut-être, ne seront que des succédanés de croissance qui ne feront qu'accélérer la mort de notre planète. On voit ici encore que nos dirigeants, alors que depuis 1989 rien n'a été dans le bon sens, s'entêtent à persister dans une voie mortifère et suicidaire, matériellement et intellectuellement, humainement et psychologiquement.

Les points 10 à 16 reviennent aux douces mélodies des vœux pieux sans aucun risque de ne pas avancer d'au moins un petit millimètre pour pouvoir annoncer, comme c'est le cas des 8 objectifs du millénaire et du développement, de grandes victoires mais sans atteindre les objectifs réels.

Le point 17 est un morceau d'anthologie. L'ONU annonce tout de go, que, afin d'atteindre les objectifs fixés, d'argent il n'y a pas. Il va falloir trouver cet argent chez les privés puisque les états sont en faillite. Qui va financer à votre avis ? Mais, oui, vous avez trouvé, c'est là que réside l'escroquerie. C'est Monsanto qui va aider à l'agriculture, c'est Shell et Total qui vont financer la lutte contre le changement climatique, etc. Comme vous pouvez le voir… ce n'est pas gagné !

En conclusion, ces braves gens se moquent une fois de plus de nos bobines de lobotomisés, et le pire c'est que nous applaudissons à ces billevesées comme des enfants découvrant les cadeaux de Papa Noël au pied du sapin… qui sera mort évidemment !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com