Log In

« La » Chronique du week-end… (159)

"La" Chronique du week-end... (159)

Descartes nous a dit : « Je pense donc je suis », ce à quoi répondit Pascal par : « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas », tout cela est très bien mais qui a raison ? Quand nous voyons la plus importante région, économiquement seulement, de notre voisin, l'Espagne, vouloir se retirer d'une nation, d'un pays, de son pays depuis déjà longtemps pour vivre sa vie d'état-nation, une question se pose. Est-ce la raison ou le cœur qui pousse les Catalans à vouloir se faire la belle ? Eh bien à entendre les uns et les autres, tous ces experts en tout et en rien, ce serait pour les uns l'un et pour les autres justement l'autre. Mais la seule question qui reste à résoudre est toujours la même, qui a raison ?

Pour ou contre ?

Vous commencez à me connaître et vous savez donc que seul le doute m'habite ? Pour ma part, il est vraisemblable que ce soit les deux ensemble, je dirai même que j'en suis presque convaincu car le doute continue de m'habiter depuis la ligne du dessus. Vous n'osez pas me le demander mais vous êtes intéressés par mes réflexions, vous vous en moquez ? Pas grave, je vous les communique tout de même, ça me libère ! Nous pouvons faire le tour des raisons plausibles, valables qui ont poussé une bonne partie des Catalans à prendre cette direction en solitaire. L'histoire tout d'abord avec les souffrances infligées à la Catalogne par les grands d'Espagne, ensuite la réussite économique brillante de cette région dans une Espagne en déliquescence avancée, à cela s'ajoute »une impression » des Catalans sur le fait qu'ils sont la vache à lait du reste de leur (encore) pays, voilà de façon non exhaustive quelques justifications possibles. Mais si on y regarde de plus près, sans même chercher d'autres motivations, nous avons déjà ici trois voies différentes qui mènent au même résultat.

Pourquoi ? Mais pourquoi vraiment ?

La première est une espèce de revanche à prendre sur ces voisins peu respectueux, la deuxième est purement financière, quant à la troisième, qui est une conséquence de la précédente, elle est purement psychologique. Non, la revanche n'est pas aussi psychologique que la dernière, cette fameuse revanche est matérielle, concrète, et je la teindrai plutôt de la couleur de la vengeance. La dernière repose sur une idée qui, même si elle s'approche de la vérité, n'en est pas une aux yeux de tous. Donc, si nous n'allons pas plus loin dans la recherche des desseins des indépendantistes, juste avec trois petites raisons, nous voyons apparaître à la fois la raison, le cœur et l'esprit… Rien que cela. Je suppose que si nous avions mis en évidence d'autres finalités nous aurions pu les répertorier dans les mêmes rubriques, grosso modo. Alors ceci m'amène à penser que l'Europe n'est pas encore faite, loin de là. Si des acrimonies résident entre certains, des arrière-pensées chez d'autres, des intérêts chez encore d'autres,vous croyez vraiment que nous allons y arriver? Non, jamais ! Ou alors, pas comme nos politiciens ont voulu la bâtir. Si ce sont les peuples qui le décident, si ce snt eux qui font de cet agrégat sans sens actuel un ensemble harmonieux où chacun s'enrichira des différences de tous, là oui, j'y vais et j'y crois. L'Europe de l'économie, de l'argent, des banques et des multinationales n'existe que sur le papier à entête de nos gouvernements, pas dans le monde réel, celui des sans dents.

Retourner aux fondamentaux, à l'humain surtout

Déjà, il faudrait retrouver nos bases, savoir pour qui nous faisons cela et non pas connaître le pourquoi, dont chacun se moque éperdument. Faire l'Europe pour favoriser le commerce c'est bien, mais entre gens qui se connaissent et savent ne plus être en compétition permanente avec leurs partenaires, c'est encore mieux. Or cela n'a jamais été la préoccupation de nos édiles, de nos chers, je devrais dire nos trop chers élus et non élus qui gouvernent cette usine à gaz qu'est la Communauté européenne. Par ailleurs, dans une globalisation voulue et défendue par nos énarques et oligarques de tous bords politiques, les êtres humains que nous sommes n'avons plus de repères, n'avons plus d'appartenance à une communauté. Et comme personne n'a voulu que devenions des citoyens européens de France ou de Belgique et que nous continuons à participer aux Jeux Olympiques sous nos propres étendards, comment voulez-vous que nous reconnaissions une quelconque appartenance à une Europe du fric uniquement ? Plus le monde se montre globalisé, où tous les humains sont déguisés en Américains moyens lobotomisés par une surconsommation qui nous annihile, plus les rejets se feront sentir contre cette mégastructure sans humanité et les peuples se rapprocheront de leurs « anciennes coutumes », de leurs anciens territoires, de leurs anciennes langues an refusant la novlangue plus connue sous le nom d'Anglais.

C'est tout cela que rejettent les Catalans comme les Basques, comme les Corses, les Bretons et bientôt toutes ces peuplades qui se sont retrouvées dans les nasses de structures toujours plus grosses mais sans âme.

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com