Log In

La politique est-elle un spectacle ?

La politique est-elle un spectacle ?

Cette semaine est fracassante, avec un début lancinant elle prit ses marques et a atteint son apothéose jeudi soir, oui hier, lors du passage remarqué de notre premier sinistre. Entre les ennuis, tout à fait putatifs, de Volkswagen, les morts de la ferveur religieuse de La Mecque, le pont aérien et naval établi entre la Russie et la Syrie, les anciens militaires qui rejoignent le front kurde pour aider à la lutte contre le diable Daesh et tout le reste que je fais mine d'oublier, notre chef de gouvernement a vraiment fait fort. Qu'a-t-il fait de si spécial ? Rien justement. Il a continué à nous embobiner avec sa relance, sa croissance naissante, ses grands mots pour la lutte contre le terrorisme, ses réformes de droite faites par une équipe de bras cassés de gauche, c'est en cela qu'il est fort. Mais le paroxysme de l'émission toucha au « la politique n'est pas un spectacle » qui lui permit de nous refaire une colère…

Fort, très fort… Comme du vinaigre

Il faudrait que Valls devienne (valse de Vienne, je ne peux pas m'empêcher de la faire celle-là, désolé), un jour peut-être, un vrai honnête homme, dans le sens qu'on donnait à cette locution au XVIIIe siècle. Je sais, c'est beaucoup demandé, mais je n'y peux rien, je suis excessif. Les mensonges permanents auxquels nous sommes confrontés, à longueur de temps depuis des décennies, nous immunisent peu à peu contre les billevesées de nos gouvernants, mais pas dans le bon sens. Ce n'est pas en éloignant les électeurs de la politique que la pérennité de nos oligarques se fera, c'est une erreur. Il y aura toujours un sursaut, une prise de conscience qui fera sauter le couvercle de la marmite et finira par ébouillanter ceux qui se moquent injustement et hypocritement de ceux qui les nourrissent. Pourquoi dis-je cela ? Tout simplement parce que ce sont nos politiciens qui ont fait de la politique un spectacle et ce n'est pas en refusant de lire un tweet d'un téléspectateur que cela changera quelque chose. Ils se sont crus si malins qu'ils ont pensé qu'ils pourraient utiliser les médias comme courroie de transmission entre les lobotomisés que nous sommes et eux, les gens de pouvoir. Et s'il est vrai que cela fonctionne assez bien pour eux, cela ne signifie pas que ça durera…

Spectacle ou pas ?

Selon le Larousse, voilà ce qu'est le spectacle : Ensemble de ce qui se présente au regard, à l'attention, et qui est capable d'éveiller un sentiment : Contempler le spectacle d'un coucher de soleil. Représentation théâtrale, projection cinématographique, etc. : La rubrique des spectacles dans un journal. Ensemble des activités du théâtre, du cinéma, du music-hall, etc. : L'industrie du spectacle.

Force est de constater que la politique est un spectacle puisque le but final de celle-ci est bien d'éveiller un sentiment vis-à-vis de celui, ou celle, qui se donne en spectacle. Notre adhésion à un parti, à une idéologie, à une manière de penser, est bien la preuve de notre attachement aux valeurs de ce à quoi nous adhérons, non ? De plus, les partis politiques, en utilisant les services de sociétés de production d'événements, en s'invitant sur des scènes financées et organisées comme des représentations théâtrales ou des récitals de chanteurs plus ou moins en voix, ne prouvent-ils pas, encore une fois, leur appartenance au monde du spectacle. Forcer le trait de l'indignation en refusant de participer à un jeu stupide qui mettait en scène sa personne n'est pas le meilleur moyen de nous faire changer d'avis sur l'intégration de la politique dans le monde du show-business. Quand notre premier sinistre utilise une fois encore la manifestation du 11 janvier pour couvrir de gloire un rassemblement qui n'a jamais eu lieu dans le sens où lui le dit, n'est-ce pas encore une utilisation du spectacle de la comédie jouée par notre président Hollande. Quand nous voyons Sarkozy tout faire pour être au premier rang des personnalités, n'est-ce pas encore une fois la preuve qu'il faut être sur la photo pour exister, qui le fait mieux que les politiques et les stars ? Ils sont tous les stars de leurs fans, les lobotomisés qui votent sans réfléchir pour ceux auxquels ils ont accordé du crédit, sans jamais le remettre en question ou émettre des doutes en fonction de leurs résultats peu probants…

Bolloré a bien compris

S'il en est un qui a vraiment assimilé la politique au spectacle c'est le patron dictateur de Canal plus. Il manipule sa chaîne et son groupe pour en faire un étui sur mesure à ses opinions politiques qu'il espère bien divulguer sans contrainte par les canaux à sa disposition. Et ça marche. Entre l'embauche de Guillaume Zeller à titre de patron de l'information du groupe alors qu'il l'était déjà sur D8 et Directmatin.fr, le passage de Maïtena Biraben du supplément au Grand Journal, Bolloré montre bien quelles sont ses intentions. Le FN a trouvé l'un de ses meilleurs supporteurs en la personne de ce milliardaire en mal de pouvoir politique, tous les autres étant déjà à sa disposition… Alors monsieur Valls, ne vous énervez pas, ou au moins ne faites pas mine de vous énerver, si la politique est un spectacle c'est bien parce que nos politiciens sont des clowns, non ? Il faudra du temps aux politiciens pour reconquérir la confiance de leur peuple, et en fait, ils n'en prennent même pas le chemin ni n'ont cette intention. Bonjour tristesse !

D'ailleurs, pourquoi les Français rechignent-ils à aller au spectacle des élections et de l'isoloir ? Tout simplement parce qu'ils estiment qu'on leur fait payer trop cher un spectacle sans envergure et sans talent.

A bon entendeur, devenez sourd.

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com