Log In

Editôt ou éditard… (163)

Editôt ou éditard... (163)

J'étais hier à une réunion où se mêlaient toutes les tendances confondues des groupes de personnes opposés au système politique en place depuis l'avènement de la Ve République. Des libertaires, des anarchistes, des gauchistes, des décroissants, enfin de tout ce qui espère voir mourir une démocratie moribonde qui camoufle, mal, une oligarchie qui nous mène lentement mais sûrement vers la dictature. Eh bien, tous ces gens, dont je fais partie aussi, sont comme les autres, de l'ego, toujours de l'ego, encore de l'ego. Sous couvert de dogmes anti-dogmatiques, ils cachent mal leur désir d'être les seuls à avoir raison, chacun dans leur coin avec chacun leurs modes de pensée, leurs théories et leurs pratiques. Où se trouvent nos différences si nous faisons ce que reprochons aux autres ?

La dictature c'est : Taisez-vous !

Je vous l'ai déjà dit souvent, nous sommes convaincus d'avoir le point de vue le plus juste, le plus clair et donc aussi le seul valable. Le problème repose sur le fait que nous pensons tous de cette façon, ou peu s'en faut, alors que nous avons des points de vue différents. Or, il apparaît difficile de voir tout le monde avoir raison tout en ayant justement des visions différentes. Comme nous ne sommes absolument pas tolérants, il semble compliqué de continuer à échanger sur des expressions sociétales amenées par des idées opposées sinon au moins différentes. Pourquoi vous dis-je cela ? Je présentai hier mon premier livre, dans une librairie où se vend toute la littérature qui correspond aux idées contestataires du système avec une prédisposition à l'anarchie et à l'écologie plus ou moins radicale. Le titre de mon bouquin est : Enfin… Une nouvelle République ! Vous vous doutez bien que le mot même de République peut hérisser le moins anarchiste des anarchistes, et donc… Le préposé de cette librairie, tout en me préparant un café, me dit que non, cela ne peut pas convenir à la ligne politique de son établissement… Sans l'avoir lu, sans m'avoir écouté, juste sur la base d'un titre, le refus est net. Je me serais cru chez Gallimard au moment où je cherchais un éditeur… Il accepta néanmoins que je lui envoie le PDF du livre pour achever son choix. Ce que je ne ferai pas. La moindre des choses lorsqu'on se plaint d'être victime d'un ostracisme de la part du système en place et des médias, c'est de faire preuve de courage et d'ouverture, surtout avec des gens qui partagent les mêmes buts.

La démocratie c'est : Cause toujours !

Bien évidemment, je ne suis pas anarchiste ni libertaire dans le sens où ceux-ci l'entendent, mais nous sommes d'accord sur un point au moins. Nous en avons assez de cette gabegie républicaine façon gaulliste. Nous voulons changer le monde en commençant par notre petit pays, de façon internationaliste ou pas, il faut bien que nous commencions quelque part. Tous les partis politiques, mais là encore les anarchistes et libertaires ne veulent même pas entendre parler de partis qui sont pour eux des structures figées et inacceptables. Tous les partis politiques disais-je qui souhaitent changer les choses ont un tronc commun. Celui qui repose sur le refus de continuer sur cette voie qui nous mène définitivement dans un mur très solide. Les questions, que je juge de détail, sur les rapports entre habitants d'un même territoire avec ou sans frontières pourront être traitées ensuite, en échangeant librement nos points de vue avec une tolérance qui n'existe pas chez les tenants du pouvoir actuel et leurs partis respectifs. Nous ne pouvons pas jérémier sur l'intolérance dont nous sommes les victimes et faire preuve du même défaut, non ou je me trompe ? Comme nous pouvons le voir, ce n'est pas gagné et les PS, LR, PC, EELV, FN, etc, ont encore de beaux jours devant eux. Les électeurs en payeront les conséquences, qu'ils soient libertaires ou pas, ils feront les frais de nos divisions entre « amis », de nos luttes intestines sur fond d'ego mal contrôlé. En fait, nous sommes tous humains, c'est à la fois rassurant et affolant !

Pendant ce temps, la Pologne vire à droite toute !

Durant nos querelles dans l'entre-soi de chacun des partis ou groupements, les ennemis de la démocratie avancent à grands pas. Les Polonais ont choisi clairement et sans aucune ambiguïté des conservateurs extrémistes pour défendre leurs intérêts dans une Europe qui ne survivra pas très longtemps. Cette Europe qui ne s'est pas écroulée avec le problème grec va mourir, ou muter en un monstre qui nous rappellera les plus sombres moments de l'histoire de notre continent. L'échec de l'Europe était inscrit en lettres capitales sur son acte de naissance, étant mal née, ayant mal vécu, se désintéressant des peuples en ne parlant que d'économie, son déclin et sa mort se feront pour mon plus grand plaisir. Mais, si cette disparition doit entraîner la renaissance d'un ordre, manipulé par une extrême droite réanimée par des barbares et des brutes épaisses, racistes et productivistes, nous devons nous mobiliser, nous devons nous battre pour éviter cela, surtout ceux qui sont opposés au système en place. Ensemble, nous sommes évidemment plus forts, cette Lapalissade vous fait rire, moi elle me fait pleurer, car tant que nous ne serons pas coincés les épaules contre un mur brûlant qui nous consume la peau, nous ne réagirons pas.

C'est triste mais c'est comme ça, l'homme ne réagit que lorsqu'il y est obligé, par souci de conservation de son confort personnel. Nous sommes humains, hélas ! Nous sommes humains, tant mieux !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com