Log In

Ce n’est qu’un début…

Ce n'est qu'un début...

L’oléoduc Keystone XL traverse le Canada et les USA depuis l'Alberta jusqu'au Golfe du Mexique est stoppé. La lutte des défenseurs de l'environnement alliés des tribus indiennes autochtones aura-t-elle eu le succès que je lui souhaitais ou s'agit-il encore d'une stratégie politicienne de ces pollueurs pour arriver à leur fin, même plus tard ? Ma première réaction fut un contentement, puis, après quelques secondes de réflexion, la joie céda la place au doute. Les pétroliers ne sont pas des gens qui manquent de ressources, ils ne sont pas stupides non plus, malgré leur incapacité à comprendre que leur recherche du profit à court terme est en train de tuer l'humanité. Alors, quelle est la véritable raison de cet abandon ?

Victoire ou piège ?

Dans un premier temps il faut savourer ce répit, ne serait-ce que momentané, et l'arrêt des travaux de ce pipeline déjà bien avancé dans sa construction. Les Indiens et les écologistes, les vrais, ceux qui se battent, pas ceux qui veulent devenir ministres, autrement dit les écolos canadiens et américains, ont mené depuis plusieurs années une lutte acharnée contre cette affaire qui avait le soutien au Canada de l'ancien premier sinistre, Stephen Harper et aux USA des républicains. Non seulement l'extraction par fracturation a empoisonné l'Amérique du Nord, mais non content de cela, pour favoriser une reprise économique étasunienne, le pétrole le plus sale qui existe devait être transporté jusqu'au sud des Etats Unis. D'où ce projet d'oléoduc transcontinental auquel Barack Obama a mis son veto en début d'année. Même Hilary Clinton, peu empressée à se priver du soutien des plus gros financiers dont elle aura besoin pour sa campagne, a fini par se ranger du côté des anti oléoduc. Bien évidemment, à l'instar de tous les présidents passés, si elle était élue, elle changera d'avis pour récupérer une manne trop importante pour la laisser passer. On connaît cela avec notre propre président qui fait l'exact contraire de ce pourquoi il a été élu, n'est-ce pas ?

A qui profite ce blocage ?

Pour ma part, comme pour bon nombre d'observateurs proches de la vraie écologie, il ne s'agit qu'un stratagème de plus pour faire en sorte d'achever ce projet colossal avec certitude. Nous avons de fortes chances de voir le nouveau premier ministre canadien suivre la voie tracée par son prédécesseur malgré son retard à l'allumage. Pour ce qui est des USA, il est fort probable de voir les républicains prendre la présidence et avoir avec le reste du parlement l'autorité et les moyens politiques d'en finir avec les écologistes qui contrecarrent les ambitions des climato-sceptiques et des faiseurs de profits multinationaux. Si c'est le cas, nous verrons une destruction totale des toutes petites avancées écologistes faites sous les mandats du président démocrate qui finira son règne en 2016. Pour peu que les lobotomisés américains élisent Trump et là nous aurons en prime des conflits partout sur la planète déjà bien encombrée des drones et des troupes étasuniennes. Comme vous pouvez le voir, en admettant que la COP21 soit moins nulle que prévu, tout sera remis en question dans le cas d'un conservateur à la Maison Blanche. Rien n'est gagné donc et le combat continue, à la fois de ce côté de l'Atlantique mais aussi et surtout du côté des nord Américains.

Les Alpes tombent en morceaux

Voilà peut-être qui fera bouger les consciences européennes avec des fragments des Alpes qui viennent déranger nos dîners face aux Pujadas et autres présentateurs de spectacle d'information. Je n'y crois pas, j'aimerai y croire mais j'ai énormément de mal. Que faudra-t-il pour faire comprendre aux continent européen que le climat est important pour nous aussi ? Mais, c'est vrai aussi que tout va encore bien pour nous, nos assiettes sont pleines et les migrants vont rester en Turquie, alors pourquoi s'inquiéter, n'est-ce pas ? Nous verrons bien avec cette COP21 qui s'annonce de plus en plus incertaine malgré une embellie toute politicienne de Hollande sur son voyage en Chine… Qui vivra verra !

Dans tous les cas, il faut que la véritable écologie ne baisse pas les bras, nous devons tous y aller de nos énergies et de nos volontés pour non pas sauver la planète mais l'humanité. La planète survivra à notre départ, qu'on se le dise !

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com