Log In

Je suis Paris… Et Beyrouth alors ?

Je suis Paris... Et Beyrouth alors ?

L'attentat de Paris nous a tous mis les larmes aux yeux, ici et partout ailleurs, même dans les pays les plus inattendus. Mais la veille, le 12 novembre, un autre attentat de l'état islamique faisait 43 morts et 239 blessés à Beyrouth, voir article du Monde, dans le quartier du Hezbollah. D'ailleurs, peu importe le quartier car si nous faisons une différence entre les défunts c'est déjà le début de la fin… Une victime est une victime, surtout si cela provient du même bourreau. Mais alors pourquoi quelques médias en ont fait des articles sans aucune visibilité et d'autres rien du tout, voire moins que rien ? Tout simplement parce c'est la loi médiatique du mort kilométrique ou parce que ce ne sont pas des nantis, blanc, riches et judéo-chrétiens ? Un peu des deux mon capitaine, et en plus ils sont arabes diraient les affidés des groupes extrémistes racistes et blancs de notre France terre d'asile…

1 blanche vaut 2 noires… Mais en musique seulement !

Sommes-nous racistes ? Bonne question. Bien entendu il ne peut y avoir de réponse nette et claire à cette question piège. Mais je dois reconnaître que même chez des gens connus et reconnus pour leur ouverture d'esprit et leur antiracisme total et ancien, des questions se posent et donnent lieu à des doutes qui ne devraient pas exister chez des convaincus comme ceux-là. Les attentats génèrent la peur et la peur engendre des excès émotifs et des difficultés à concevoir des raisonnements sensés et réfléchis. Nous l'avons vu récemment et le voyons encore tous les jours. Cette même peur nous pousse à ne faire confiance qu'à ceux que nous connaissons, à ceux qui nous entourent et auxquels nous sommes habitués, elle nous met donc dans la position du repli sur soi et de la fermeture plutôt que l'inverse. Et c'est bien là le but avoué des terroristes de tous bords, nous obliger à nous terrer, entre nous, afin d'éliminer ceux qui devraient être à nos côtés dans cette lutte et qui, par le fait de notre rejet, se rapprochent inconsciemment de nos tortionnaires communs. En oubliant les autres, surtout lorsqu'ils sont proches de nous comme les Libanais le sont, nous ne faisons que perdre les amis que nous avions et qui s’éloignent inexorablement de nous pour aller vers d'autres qui n'ont rien de commun avec nous si ce n'est des soucis d'ordre économique. Alors pourquoi la France et le monde entier ont ignoré l'attentat de Beyrouth et ont fait un événement mondial du nôtre ?

La forme et le fond

Alors il est vrai qu'il est de bon ton de ne pas être raciste, c'est même un consensus général, être antiraciste fait partie intégrante du politiquement correct, établi pour le bonheur des partis traditionnels qui n'ont rien d'autre à offrir que leurs sempiternelles bévues et méthodes surannées. Mais ce n'est pas que du racisme qui nous fait penser que nous sommes au-dessus, mieux que les autres. C'est cette arrogance que détiennent les riches et les puissants. Ceux qui se disent qu'ils sont intouchables et que leurs décisions sont les seules valables et bonnes pour tous. C'est cette évaluation des personnes et des peuples par ce qu'ils possèdent qui crée ce racisme, cette différentiation entre êtres humains. C'est ainsi que les chaînes d'information continue et les nationales n'ont rien dit de l'attaque lâche et veule de l'état islamique au Liban, alors même que tournaient en boucle les témoignages de victimes et d'experts qui sont les premiers dans le désarroi et les autres dans la valorisation de soi. Nous donnons l'apparence d'un pays démocratique et ouvert et nous ne sommes que l'ombre de ce qu'on prétend être. Pendant que nos gouvernants, dits de gauche et donc soi-disant épris de ce sentiment libertaire propre aux vraies valeurs de la gauche révolutionnaire, nous retirent chaque jour plus de liberté en prenant la suite des atteintes déjà portées à celle-ci par leurs prédécesseurs de droite ; nos micro-trottoirs ne nous montrent que des gens heureux de leur nouvelle privation de liberté au profit d'une pseudo sécurité qu'ils n'auront jamais. Naïfs que nous sommes ! Comment peut-on accorder encore du crédit à des gens qui nous mentent depuis si longtemps ? Notre veulerie, notre lâcheté n'ont d'égales que notre refus d'ouvrir les yeux.

Tout est interdit !

Grâce, oui, je dis bien grâce à ces attentats, alors même que nos dirigeants font mine d'être en colère pour justifier leur guerre, ils nous privent de liberté. Celle de manifester durant la COP21, cette réunion qui n'a aucun intérêt si ce n'est de dorer les sondages de popularité et de manger des petits-fours. Ils interdisent toute réunion et tous cortèges. Ils s'opposent donc à la venue sur Paris des vrais écologistes, de ceux qui respectent la terre et ses limites, de ceux qui défendent la vie de tous contre ceux qui ne défendent que leurs profits personnels. Mais ce serait trop facile monsieur Hollande, ne croyez pas que nous en resterons là, votre COP21 n'est qu'un coup de bluff supplémentaire dans la protection de la planète et surtout de notre espèce. Nous continuerons, nous, les sans dents, de défendre de vraies valeurs, celles qui sont partagées par tous les peuples de notre boule bleue et nous ferons de vous comme des autres politiciens des rois nus. Bien sûr, aujourd'hui vous avez le pouvoir de nous en empêcher, mais attention, lorsque les Français auront un peu plus faim et que la difficulté à vivre sera plus pressante, ils reprendront la route de la réflexion et se poseront les bonnes questions. C'est le mépris de nos chefs d'état pour notre intelligence, qu'ils croient petite voire inexistante, qui les rendent encore plus odieux et hautains. Mais nous ne sommes pas aussi stupides qu'ils en ont l'air, nous sommes des êtres humains à part entière avec nos qualités et nos défauts mais nous ne sommes pas de sombres imbéciles comme ces gens de pouvoir le croient, l'espèrent.

De là à penser, comme tous les adeptes de la théorie du complot, que tout cela est organisé par nos propres gouvernements, il n'y a qu'un pas… Le franchirai-je aujourd'hui ? Non, mais…

A bon entendeur, devenez sourd…

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com