Log In

Pauvres de nous !

Pauvres de nous !

Le Monde présente en trois chiffres ici une aggravation de la situation de la pauvreté dans notre beau pays, si riche et fort de quelques unes des plus grosses fortunes de notre planète. Il est vrai que cela n'a rien à voir. Effectivement, ce n'est pas parce que nous avons des milliardaires sur notre territoire que la misère n'existe plus. Idem pour les Usa et tous les pays où la qualité des gens se juge, s'évalue à l'aune de leur richesse matérielle. Ces trois chiffres sont 535 €, 43 ans, 33.6 %. Je vous traduis. Les 600 000 personnes reçues par le Secours Catholique en 2014 avaient 535 € en moyenne de revenus mensuels, étaient âgés de 43 ans en moyenne et comprenaient 33.6 % d'étrangers. La pente de cette descente aux enfers d'une partie tous les ans plus forte de notre population émeut-elle notre gouvernement de gauche ? Autant qu'un gouvernement de droite !

Pourquoi la misère ?

Cette question est étrange dans un état qui se dit le créateur des Droits de l'Homme, qui a pour devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». La nuit du 4 août est oubliée, d'ailleurs, ne serait-il pas intéressant de poser la question de la signification de cette date à nos bacheliers, alors que nous l'avons apprise, nous les vieux, à l'école primaire et le savons toujours. Peu des questionnés sauront répondre, j'en prends le pari. Il est triste d'être convaincu de la maigreur de la culture de ceux qui seront les citoyens de demain mais, heureusement, il me reste le suicide. Ce n'est pas seulement leur faute de toutes les manières, c'est aussi la mienne, la vôtre, la nôtre collectivement. Il en de même de la pauvreté, nous sommes aussi responsables que ceux qui nous gouvernent, de droite et de gauche, du centre ou de l'enfer depuis tant d'années. Les privilèges sont légion et leurs bénéficiaires tiennent le haut du pavé, comme toujours depuis la nuit des temps. Pour répondre à la question, je vous dirai tout d'abord que la misère est utile. Elle permet de geler les salaires et met en concurrence les candidats au travail, les salariés putatifs des entreprises qui n'ont que l'embarras du choix pour leurs recrutements, temporaires la plupart du temps. L'arrivée de migrants est d'ailleurs un péril supplémentaire pour les bas salaires, car, leur dénuement extrême va les faire accepter de travailler, dès que l'autorisation leur sera donnée, à des salaires plus bas que ceux des résidents de plus longue date. D'ailleurs, nous n'entendons pas trop le MEDEF sur ce problème, c'est dire !

Mais nous, pourquoi la tolérons-nous ?

Parce que la question est bien celle-ci. C'est nous qui laissons faire. Qui nous empêche d'aider, de participer, de soulager ceux qui souffrent autour de nous. Et, ne me dites pas « je ne suis pas riche, je n'ai pas d'argent ». Ce n'est pas la seule façon d'aider, c'est même la manière la plus sournoise que je connaisse. Il est tellement facile de laver sa conscience en donnant à tous ces organismes caritatifs qui font ce que l'humanité se refuse de faire dans sa globalité. Nous déléguons à quelques personnes le soin de s'occuper des misérables que nous laissons créer par nos élus et autres dictateurs. Il y a toujours plus riche que soi, il y a aussi toujours plus pauvre que soi et là, nous sommes vraiment submergés. Les misérables, dans le sens économique du terme, représentent 4 % de notre population. C'est affreusement important et cela ne cesse d'augmenter. Si nous étions intelligents nous prendrions soin d'eux car, qui vous dit que demain, vous ne serez pas dans leur position ? C'est ce que j'appelle de l'égoïsme positif. On fait ce que l'on doit pour bénéficier des mêmes soins au cas où… La publicité lave nos cerveaux, nos dons lavent nos consciences. Mais c'est tout de même mieux que rien diront certains. Oui, mais cela ne m'empêche pas de dire la triste vérité qui touche une bonne partie d'entre nous. C'est en fait regrettable pour ceux qui ne font que donner de l'argent. Vous ne pouvez pas savoir comme je me suis amusé et m'amuse encore à faire la Banque Alimentaire, la distribution de nourriture dans les centres sociaux. L'ambiance est riche et conviviale en plus de la générosité de ces pauvres qui nourrissent des plus pauvres encore.

Comment sortir de cette spirale infernale ?

Il y a une solution. Elle effraie ceux qui détiennent le pouvoir car ils le perdraient. Nous devons dire stop et changer le système. Nous ne pouvons accepter plus longtemps qu'un président de société gagne des milliers de fois le plus bas salaire de son entreprise le jour de son départ. Que son salaire mensuel soit 700 fois celui du smicard qui permet à l'entreprise d'être propre et donc de fonctionner. Quel est le talent d'un homme qui en vaut 700 ? Ce doit être un Dieu. Ma réflexion de base est simple. Tous les salariés d'une compagnie sont utiles, sinon ils ne seraient pas là, non ou je me trompe ? Est-ce que le président est 700 fois plus utile que la balayeur de l'atelier ou le technicien de surface qui nettoie les bureaux ? A voir les résultats de grandes sociétés comme Areva, Alcatel et d'autres, on se demande même si les présidents passés n'étaient pas 700 fois plus minables et incompétents que leur employé le plus mal payé. Vous voyez bien que c'est le système qui est mort, qui est obsolète, que nous devons jeter aux orties. La recherche de l'augmentation du capital mène à l'enfer que je vous ai décrit, la misère. C'est le concept même de capitalisme qui est suranné et anti-humain, c'est lui qui doit être relégué aux livres d'histoire. Vous me croyez collectiviste, vous vous trompez, je suis humaniste et la seule voie que je connaisse qui peut nous restituer notre humanité perdue est une forme d'écologie politique qu'aucun parti ne vous propose et ne vous proposera jamais. Une vraie écologie qui prend en compte la nature au lieu de vouloir la plier et l'asservir au profit de quelques uns.

Ce n'est pas gagné, dans ce cas aussi, je sais ! Mais, ça ne m'empêche pas de lutter.

A bon entendeur, devenez sourd.

Haroun.

« L’ASSEMBLEE NATIONALE est toujours otage de Thomas THÉVENOUD et de Sylvie ANDRIEUX qui sont toujours députés. Pensons à elle. Ne l’oublions pas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com