Log In

A quand la révolution contre les vendus qui nous gouvernent ?

Comme nous pouvons le voir depuis le 6 mai 2012, nos socialistes, devenus entretemps sociaux-démocrates et en passe de devenir sociaux-libéraux dans l’attente de passer au cap suivant qui sera sociaux-capitalistes, font ce que le diablotin de Sarkozy aurait fait, de l’austérité qui s’appelle chez nos gouvernants corrompus actuels des « économies ». En fait, et malheureusement je ne fais que répéter ce que je dis depuis des lustres, la gauche et la droite, françaises, se sont partagés un gâteau dont nous sommes les fruits cons… fits.

 

Aquillino-Morelle.jpg

 

Lorsque la droite n’a pas le courage de faire passer des décisions impopulaires et difficiles à accepter, quand elles viennent d’un gouvernement libéral, elle passe le relais à la gauche qui, sous le couvert de jeux de mots sociaux, mais qui ne sont que des coquilles vides de sens et d’honneur de leur part, afin de les faire prendre en compte par la populace que nous sommes, populace lobotomisée et complètement apathique s’entend. Les syndicats, aussi corrompus que les partis politiques, et vendus à leurs ennemis de toujours du « grand capital » comme disait Georges Marchais le drôle, n’émettent que peu de sons et jamais longtemps car comment pourraient-ils hurler au charron contre un gouvernement qu’ils ont mis en place pour tenir leurs promesses de jours meilleurs et réaliser leurs revendications. Donc la gauche valide les idées mises en avant par la droite, les fait passer en douceur, dans tous les cas sans trop de heurts, et n’a plus qu’à rendre le pouvoir que la droite lui avait prêté pour faire la sale besogne. D’ailleurs elle ne peut que le rendre parce que même si le bon peuple, de veaux que nous sommes, ne rechigne pas lors de toutes les trahisons incessantes de leurs champions, il finit tout de même par se mettre en colère et voter pour la droite en guise de sanction contre la gauche traîtresse mais sans se douter que tout était prévu comme cela entre les deux bords d’une décharge où nous sommes entassés, nous les cochons d’électeurs, les bons payeurs d’impôts, les retraités qui tombent dans la misère, les assurés sociaux qui n’auront bientôt plus de sécurité sociale. Alors le train de mesures « d’économies » proposées par ces messieurs et mesdames du gouvernement ne sont que les délicates et courtoises manières de nous violer une fois de plus. Ils parlent tous de relance, comme si elle était le Messie et pourrait sauver le monde pollué et spolié qu’ils ont détruit et qu’ils continuent de déchiqueter pour des profits toujours plus gros. Et en remplacement de moyens distribués à ceux qui pourraient générer cette relance tant désirée, ils leur en prennent, ils les vident de leurs revenus restants après tant de décisions qui les ont déjà tellement mis à mal. Quelle relance ? Pauvres nuls que vous êtes, chers, trop chers gouvernants, il n’y aura plus jamais de croissance, le passé est derrière nous et maintenant nous devons faire preuve de raison et d’invention, nous devons réinventer un monde qui pourra assurer à nos enfants et petits-enfants autre chose que de vivre cinq cents ans de consommation, ils préfèreront certainement connaître une nature belle et généreuse que des nanotechnologies qui nous donneront la durée mais jamais le bonheur.

 

Il faut tout de même constater que les marges des entreprises sont en baisse depuis la fin des années quatre-vingt, qu’elles n’ont jamais été aussi basses. Les profits fantastiques que nous les voyons engranger ne sont que ceux faits par les grandes entreprises, les petites et moyennes souffrent. Les grosses sociétés spéculent, trichent, manquent à tous leurs devoirs, elles nous mentent sur les véritables sources de leurs richesses. Quand nous voyons ces industriels multinationaux nous fabriquer des viandes immangeables, des poissons nourris aux antibiotiques, j’en passe et des meilleurs, alors que nos paysans perdent espoir et se suicident à un rythme soutenu. Quand ils meurent ou font faillite leurs fermes sont achetées par les grosses exploitations où les patrons ne portent jamais de bottes et ne savent rien d’autre de leurs usines que les tableaux financiers que leurs esclaves leur fournissent. Bientôt nous n’aurons plus d’autre choix que de manger des végétaux transgéniques et des viandes gonflées aux médicaments et autres produits hautement toxiques à long terme. J’ai pris ici l’exemple des viandes et des produits alimentaires mais c’est vrai pour tous les secteurs d’activité, les marges se réduisent comme peau de chagrin et la croissance est morte définitivement, ne croyez pas ces menteurs professionnels, ces bonimenteurs de foire. Comment ne pas comprendre le dégoût permanent qui touche tous les électeurs ayant un peu conscience de la manière dont nos dirigeants nous traitent. Alors, que l’austérité cachée par le chef d’orchestre spécialiste de la Valls ne vous effraie pas, ce n’est que le début, le pire est à venir et ce sera vraiment pire. Ce qui nous attend n’est ni plus ni moins que ce qui a déjà touché l’Italie, la Grèce, l’Espagne, l’Irlande, le Portugal et plus si affinité. La faillit guette tous nos états, nos dettes qui continuent de s’accumuler, l’inflation qui va bientôt naître et qui va faire grossir les taux d’intérêt, tout cela ne vaut rien qui vaille, l’avenir est aussi sombre que les ailes de nos anges du pouvoir qui ne sont que des diables bien dissimulés par le maquis des arrangements entre « amis ».

 

Encore un exemple de ce conflit d’intérêt de ce petit conseiller tricheur et menteur, d’Aquillino Morelle qui travaillait pour des empoisonneurs alors qu’il était chargé de notre sécurité sanitaire. Tout va a volo, les valeurs d’antan, sans jouer les adeptes du « c’était mieux avant », n’ont plus court et notre président, même après avoir éjecté son « pote » et conseiller, ne pouvait pas ne pas savoir…

 

Les socialistes sont aussi pourris que les umpistes, celle qui va encore gagner des voix n’est autre que la Le Pen… Honte à eux, honte à nous, pôvre France, pôvre Europe et pôvre monde, car tout est identique et rien n’échappe à la médiocrité…

 

A bon entendeur, devenez sourd…

 

Haroun.

3 Commentaires

  1. liberté Répondre

    Bravo qu’attendez vous français miséreux qui engraisse se gouvernement de corrompu de mafieux
    Soulevons nous pour combattre cet état de dictature
    Peuples de France combattons pour la liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP to LinkedIn Auto Publish Powered By : XYZScripts.com